Comment vivre plus longtemps en bonne santé avec une vraie prévention nutritionnelle ?

Chère amie, cher ami,

M’apprêtant à rédiger une lettre sur l’intérêt du dosage de l’homocystéine, j’ai découvert une publication fort intéressante qui m’a fait reporter ce projet.

Le titre de cette publication, « Alimentation : préserver son métabolisme de base pour vivre plus longtemps en bonne santé »[1], rejoint ce concept de « prévention active » que j’ai développé dans l’un de mes derniers livres[2] et auquel je reste très attaché.

Les deux co-auteurs[3] introduisent leur propos en rappelant que « l’espérance de vie « en bonne santé », c’est-à-dire sans incapacité, reste très inférieure à l’espérance de vie. En France, en 2018, la première était de 63,4 ans pour les hommes et de 64,5 ans pour les femmes, tandis que la seconde atteignait 79,4 ans pour les hommes et 85,3 ans pour les femmes. »

C’est de cet énoncé que surgit la question : comment modifier cette réalité ? Comment augmenter son espérance de vie en bonne santé afin de ne pas, ou le plus tard possible, être confronté à la maladie ?

Le paradoxe de la nutrition préventive

On pourrait s’attendre à ce que la nutrition préventive, dont je vous parle régulièrement, ait un impact sur les populations vieillissantes. Or, on observe que les années de vie en bonne santé avant le décès n’augmentent pas : les maladies chroniques (diabète de type 2, stéatose hépatique, etc.), les maladies cardiovasculaires et les maladies de dégénérescence cérébrale comme Parkinson et Alzheimer, continuent d’handicaper les populations vieillissantes. De plus, certaines de ces maladies (comme le diabète) surviennent de plus en plus tôt.

On peut avancer diverses explications :

  • le manque d’éducation nutritionnelle, ou la mauvaise qualité de cette éducation ;
  • une méconnaissance des effets potentiels des « conseils nutritionnels » et une grande confusion entre les programmes diététiques (tout ce qui concerne la régulation des apports alimentaires, les régimes) et les programmes nutritionnels (recherche et correction des déséquilibres en nutriments) ;
  • les conséquences, en particulier chez les jeunes enfants, des abus de la publicité à propos de la malbouffe et des sucreries ;
  • Le manque de temps et de moyens conduisant à la consommation quasi-quotidienne de préparations industrielles ultra-transformées, trop salées, trop sucrées, trop énergisantes, etc. ;
  • le laisser-aller et la résignation de certains parents vis-à-vis des désirs alimentaires de leurs enfants ;
  • l’absence de conseils nutritionnels spécifiques pour les femmes enceintes, et pour le sevrage des enfants.

Avant l’existence de la « carte Vitale », les médecins donnaient une « feuille de maladie » à leurs patients afin qu’ils puissent se faire rembourser leurs prescriptions. Je déplorais, déjà, qu’ils ne leurs donnent pas également une « feuille de santé » !

Nous en sommes toujours là, et la « médecine de la santé » reste une utopie inaccessible parce que, pour le praticien, elle prend trop de temps, demande trop de connaissances et n’est pas justement rémunérée.

La santé par la prévention ne fait pas vraiment partie de notre culture médicale, et la prévention nutritionnelle encore moins. La plupart des gens ne s’intéressent à leur régime que lorsqu’ils sentent qu’ils en ont ponctuellement besoin :

  • pour perdre du poids ;
  • parce qu’ils sont fatigués, manquent d’énergie ;
  • pour accompagner un traitement médicamenteux plus ou moins bien toléré ;
  • en cas de pathologie à priori induite par une mauvaise nutrition ou une trop grande sédentarité : augmentation des lipides sanguins, de la glycémie ou inflammations hépatiques liées à l’alcool, etc.

… Ou quand leur thérapeute insiste pour qu’ils modifient leur façon de manger.

Mais il est alors beaucoup trop tard pour parler de PRÉVENTION NUTRITIONNELLE !

C’est souvent à la suite d’une consultation que vous découvrez que :

  • vous avez un poids trop élevé ou insuffisant ;
  • vous souffrez de fatigue chronique ;
  • vous dormez mal ;
  • vous êtes trop angoissé(e) ;
  • vous êtes déprimé(e) ;
  • vous avez une mauvaise tension artérielle ;
  • votre foie est trop gros ou trop gras ;
  • vous avez des douleurs anormales, etc. ;

ou à la suite d’une analyse biologique que vous découvrez que :

  • vous avez trop de sucre dans le sang, donc vous risquez de devenir diabétique ;
  • vous avez trop de graisses dans le sang, ce qui représente un risque cardiovasculaire ;
  • vous avez trop d’urée, d’acide urique, et donc vos reins fonctionnent mal ;
  • vous avez des carences en vitamine D, en fer, etc. ;
  • votre thyroïde sécrète trop ou pas assez d’hormones ;
  • vous souffrez d’inflammation chronique ;
  • vos analyses hépatiques (transaminases, gamma-GT) ne sont pas normales ;
  • vous manquez de telle ou telle hormone, etc.

Malheureusement, les conseils de votre praticien ne proposent souvent qu’une réponse « minimaliste » :

  • Vous avez trop de cholestérol ? Prenez un médicament anticholestérol et tout rentrera dans l’ordre ;
  • Vous avez trop de sucre ? Mangez moins de sucre et prenez un antidiabétique (même naturel) ;
  • Vous avez trop d’acide urique ? Prenez un médicament inhibant sa synthèse ;
  • Vous avez trop de tension ? Prenez un anti-hypertenseur (même naturel), etc.

La nutrition préventive arrive donc trop tard !

À ces réponses, les deux co-auteurs précités réagissent :

 « Jusqu’à aujourd’hui, les recherches en nutrition préventive se sont principalement concentrées sur la prévention secondaire, qui vise à réduire la prévalence d’une maladie dans une population, et sur la prévention tertiaire, destinée à minimiser les conséquences de l’incapacité résultant de la maladie.

Autrement dit, les préceptes de la nutrition préventive sont généralement mis en œuvre dans la seconde moitié de la vie, lorsque les individus sont déjà à risque, voire affectés, par des problèmes de santé liés au vieillissement.

Pour être efficace, une véritable prévention nutritionnelle primaire devrait au contraire être appliquée très tôt, au moins pendant la première moitié de la vie, idéalement en commençant par la mère, avant la conception et pendant les 1 000 jours suivant la naissance de l’enfant.

Cette approche se heurte cependant à une question scientifique sous-estimée : formuler des recommandations nutritionnelles efficaces implique de connaître les facteurs qui permettent à un individu de rester en bonne santé. Or, paradoxalement, l’état de « bonne santé » lui-même n’est pas bien caractérisé, et il reste beaucoup à faire dans ce domaine de recherche.

D’un point de vue scientifique, plusieurs questions restent à explorer : qu’est-ce que l’état sain ? Quelles sont les caractéristiques métaboliques qui le caractérisent (avant que n’apparaissent les marqueurs des maladies) ? Comment ce profil métabolique sain évolue-t-il dans le temps ? »

Pour « enfoncer le clou », je citerai les conclusions d’un article de Julien Hernandez, publié le 20 février 2020 sur le site « futura-sciences »[4], à propos des bienfaits de l’alimentation méditerranéenne sur notre santé, par l’intermédiaire de son action sur notre microbiote : « On remarque à nouveau le potentiel préventif que possède l’alimentation sur notre état de santé. Un potentiel trop peu exploité, avec des consultations diététiques quasi-inexistantes dans le parcours médical de la population générale, non remboursées par la Sécurité sociale, connotées négativement par des idées préconçues anachroniques de restriction alimentaire, et enfin par la présence de brebis galeuses dont l’objectif est avant tout mercantile. » 

Quelle définition donner à la santé ?

Je réfléchis depuis de nombreuses années à cette question soulevée par les deux auteurs dans leur article.

Quels examens cliniques ou biologiques peuvent être proposés pour y répondre ?

On ne peut pas se contenter de mesurer le poids, la taille, la qualité du sommeil et la présence ou l’absence de stress pour savoir si l’on est, on non, en bonne santé.

On ne peut pas non plus se reporter aux seules questions de capacités mémorielles et cognitives. Car nous avons tous connu des personnes qui n’ont pas une bonne mémoire, ou une mémoire très sélective, et qui ne feront jamais de maladie de dégénérescence cérébrale.

La forme est également un « marqueur » très relatif : nous connaissons tous des gens qui se plaignent de ne pas « être en forme », mais qui vivent bien et plus longtemps qu’une majorité d’entre nous.

On ne peut pas non plus considérer la seule qualité de la peau, des phanères (cheveux, poils, ongles), de la vision ou de l’audition, etc., car nous connaissons tous des malvoyants ou malentendants en très bonne santé.

Il existe bien quelques tests cliniques simples qui explorent les réflexes, l’équilibre, la tonicité de la peau ou l’adaptation visuelle avec l’âge. Mais leur intérêt reste limité.

Si la durée de vie s’est allongée dans les pays industrialisés, il n’en est pas de même pour la « durée de vie en bonne santé », comme le soulignent les auteurs cités : « Pourtant, les épidémies de maladies chroniques telles que le diabète de type 2, la stéatose hépatique ou l’obésité continuent à augmenter chaque année partout dans le monde. Conséquence : les années de vie en bonne santé stagnent, laissant une durée de vie toujours plus longue avec des handicaps. Aujourd’hui, la durée de vie moyenne en mauvaise santé (morbidité) de la population française est d’environ 18-19 ans, ce qui est de plus en plus difficilement supportable, humainement et économiquement. » 

Et si l’on s’intéressait aux biomarqueurs de santé ?

Ils font depuis longtemps l’objet de mes recherches. Au cours de mon expérience personnelle, j’en ai identifié plusieurs, dont je vous donne la liste (non exhaustive) ci-dessous.

Pour chacun de nous, le problème est quasiment semblable : doit-on investir dès à présent dans des bilans biomarqueurs qui vont nous permettre de surveiller notre santé, ou bien attendre l’apparition de la maladie, avec ses handicaps, ses coûts et ses souffrances ?

Chacun répondra en fonction :

  • de son niveau d’information et de culture en matière de santé (auquel j’espère modestement contribuer) ;
  • de ses moyens financiers.

Voici les tests que je propose :

– Bilans protéomiques (PROTEOMIS®)[5] ;

– Statuts en minéraux (zinc[6], sélénium, fer, cuivre, etc.) ;

– Bilans d’équilibres vitaminiques (vitamine D[7], vitamines B[8] (B6, B9, B12), etc.) ;

– Bilans de stress oxydant (radicaux thiols, vitamine C, glutathion, glutathion peroxydase, T-Bars, 8-OHdG sanguine et urinaire…)[9] ;

– Bilans des acides gras érythrocytaires[10] (afin d’optimiser les apports lipidiques notamment en oméga-3) ;

– Recherche d’intoxications environnementales et notamment de présence de métaux lourds ou toxiques ;

– Bilans des apports en protéines et en acides aminés, chez les sportifs ou chez toute personne exprimant une fatigue musculaire ou un amaigrissement inexpliqués ;

– Évaluation de la méthylation[11] ;

– Évaluation du microbiote, de sa perméabilité intestinale et éventuellement de ses intolérances alimentaires ;

–  Dosage de l’homocystéine sanguine (que je traiterai dans une prochaine lettre) ;

–  Dosage des LDL oxydées ou des anticorps anti-LDL oxydées, afin de préciser les risques cardiovasculaires liés au stress oxydant.

Le choix et la régularité de ces bilans seront fonction de chaque situation spécifique.

Bien sûr, il n’est pas question de réaliser tous ces bilans systématiquement, mais, par expérience, je suis persuadé qu’un usage raisonné et raisonnable de ces biomarqueurs permet de mieux se protéger et d’augmenter sa capacité à vieillir en bonne santé, donc sans handicap et sans maladie.

Docteur Dominique Rueff

[1] https://theconversation.com/alimentation-preserver-son-metabolisme-de-base-pour-vivre-plus-longtemps-en-bonne-sante-129012?utm_source=facebook&utm_medium=footerfacebookbutton&fbclid=IwAR0JjgEDLSFydE_O9oD3-XsZDcIqo16653FmLVWO8djq5Bl-hlcJlQOdZ_c

[2] Mieux que guérir. Les bénéfices de la médecine alternative, Éditions Josette Lyon, 2011

[3] Anthony Fardet, chargé de recherche en alimentation préventive et holistique à l’UMR 1019 – Unité de Nutrition humaine, Université de Clermont-Auvergne, et Edmond Rock, directeur de recherche à l’ l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA).

[4] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/nutrition-regime-mediterraneen-certains-effets-expliques-partiellement-via-microbiote-79677/?fbclid=IwAR247X8kyvypGx2AW-49vVmkU1_MNb8x5yohHe1KBlpLAKP3sufPKw2rDuk

[5] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/bilan-proteomis-tresor-de-plus-sante/

[6] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/et-mon-petit-zinc-2/

[7] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/vitamine-d-21-raisons/

[8] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/un-plan-b-pour-votre-sante/

[9] http://www.stress-oxydatif.com/

[10] Sur la membrane des globules rouges.

[11] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/une-bonne-methylation-pour-une-meilleure-sante/


[1] https://theconversation.com/alimentation-preserver-son-metabolisme-de-base-pour-vivre-plus-longtemps-en-bonne-sante-129012?utm_source=facebook&utm_medium=footerfacebookbutton&fbclid=IwAR0JjgEDLSFydE_O9oD3-XsZDcIqo16653FmLVWO8djq5Bl-hlcJlQOdZ_c

[2] Mieux que guérir. Les bénéfices de la médecine alternative, Éditions Josette Lyon, 2011

[3] Anthony Fardet, chargé de recherche en alimentation préventive et holistique à l’UMR 1019 – Unité de Nutrition humaine, Université de Clermont-Auvergne, et Edmond Rock, directeur de recherche à l’ l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA).

[4] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/nutrition-regime-mediterraneen-certains-effets-expliques-partiellement-via-microbiote-79677/?fbclid=IwAR247X8kyvypGx2AW-49vVmkU1_MNb8x5yohHe1KBlpLAKP3sufPKw2rDuk

[5] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/bilan-proteomis-tresor-de-plus-sante/

[6] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/et-mon-petit-zinc-2/

[7] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/vitamine-d-21-raisons/

[8] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/un-plan-b-pour-votre-sante/

[9] http://www.stress-oxydatif.com/

[10] Sur la membrane des globules rouges.

[11] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/une-bonne-methylation-pour-une-meilleure-sante/



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


13 réponses à “Comment vivre plus longtemps en bonne santé avec une vraie prévention nutritionnelle ?”

  1. Albertini dit :

    Comme à l habitude ,cette lettre du docteur Rueff est très intéressante .
    Néanmoins ,je ne me vois pas du tout arriver chez mon médecin traitant lui demandant de me prescrire telle ou telle examen .
    Il ne me reste plus qu ´à essayer d avoir une meilleure hygiène de vie avec les quelques informations que je glane dans ces différents courriels
    Merci pour toutes ces informations

  2. Elodie Pierre dit :

    Faire des bilans réguliers j’aimerai en faire mais avec beaucoup de médecins si nous n’avons pas de symptômes déclarés, ils refusent de nous faire faire des bilans.
    Y a t-il moyen d’en faire sans passer par le médecin traitant ?

  3. Suzanne FLICK dit :

    Bonjour,
    j’ai une mauvaise tension artérielle ,trop d’urée et trop acide urique comment faire pour les faire baisser.
    merci beaucoup.
    Clément.

  4. Suzanne FLICK dit :

    Bonjour,
    J’ai trop d’acide urique trop d’urée et une tension artérielle élevée
    Comment faire quoi manger.
    Clément

  5. laurent Mercadier dit :

    Bonjour et merci pour vos bons conseils .
    Avez vous des solutions pour limiter l’Hyperferritine due à une hémochromatose héréditaire ? ce qu’il faut privilégier et éviter . Merci d’avance

  6. Jean garaboux dit :

    Votre état de santé est le bilan d’une vie, de votre vie.
    Il est toujours temps d’y penser. Devenez raisonnable et ne mangez pas trop. Des produits naturels. En réduisant les produits laitiers. En marchant plus, en bougeant plus.
    En limitant les pressions médicamenteuses, en écoutant votre corps.
    Il fait mauvais d’etre mal dans sa peau.
    Mettez vous y à l’aise et soyez heureux.

  7. chantal FLEURY dit :

    merc i pour ces conseils de test à faire,mais quel en est le coût et où faire ce genre de test?

  8. Nathalie DELFAU dit :

    Bonjour , votre article est trės interressant . J’ai un gliome diffus de bas grade et je suis sous chimio . Il n’est pas d’ordre gėnėtique mais d’un empoisonement aux métaux lourds . Alors oui , notre alimentation, les lieux ou l’on vit… sont importants . J’habite à la campagne, croyant ětre dans un milieu naturel , entourée des vignes traitées et d’un incinérateur à 6 km ! Faire ces bilans , si nous avons les moyens car pas ou peu remboursés et pas toujours en france , sont importants . Bonne journėe .

  9. Schmit Françoise dit :

    Bonjour
    le test proteomis coûte 130€, demander le kit au labo( adresse sur le site de Proteomis, ou labo CEIA), faire faire la prise de sang dans un labo, pas besoin d’ordonnance, c’est 10€ avec centrifugation( important pour l’utilisation du prélèvement. La demande au labo ne pose pas de problème au contraire, il vous demande ce que c’est.sinon changer de labo. renvoyer les tubes. vous avez des adresses données par le labo sur le site( trouver un médecin qui a l’habitude de lire cet examen) ou leur demander ou un RV en ligne.Le labo donne des formations pour les médecins.
    Cdlmt/ Françoise

  10. Sylvie dit :

    Tout a fait d’accord avec vous. Remarque : la recherche n’est pas suffisante parce qu’elle n’intéresse aucun laboratoire. Pourquoi ne pas proposer un financement collaboratif type Ulule ou plutôt suggérer aux mutuelles qui cherchent à consacrer l’argent disponible a une grande cause de se tourner vers notre santé alimentaire ou a financer les recherches qui trainent à propos de la transplantation de microbiote ?

  11. ALEXANDRA OUBOUCHOU dit :

    bonjour docteur
    comment faire pour faire baisser un tôt de ferritine 268ng/ML
    Immun turbidimétrie Cobas Roche 602
    Qu’els sont .les aliments a éviter je suis âgée de 82ans
    merci pour votre réponse
    M alexandra

  12. Marie Claude Menant dit :

    Bonjour Docteur,

    Je déplore également que la santé en France privilégie le curatif au préventif.
    Tous ces tests doivent être onéreux et nos cotisations de plus en plus lourdes seraient allégées si nous basculions vers le préventif.
    J’ai une thrombocitémie essentielle diagnostiquée, on n’en connaît pas l’origine. Mes plaquettes sanguines sont 3 fois supérieures au maximum toléré. Que faire ? je suis opposée à un traitement chimio, je ne prends que kardégic pour fluidifier le sang. Hormis une bonne nutrition y a-t-il
    une solution ? Merci de m’éclairer.

  13. Alaine Apap Bologna dit :

    Avant tout, un grand merci pour vos commentaires, tellement utils.
    Concernant le Magnésium: je n’arrive pas à retrouver vos suggestions à ce sujet: Ici à Malte, j’ai dû acheter Magnesium en sachet, que je n’ose pas prendre avant votre avis.
    Magnesium 833 Magnesium Carbonate 400 mg qui devient Magnesium Citrate après dissolution…
    Vit B6 1,4 mg
    Qu’en pensez-vous?

Répondre à chantal FLEURY Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…