Le Mystère Beljanski

Chère amie, cher ami,

Ce titre peut vous paraître intriguant… Mais je l’ai choisi car il correspond au sens profond de mes interrogations à propos de l’histoire du docteur Mirko Beljanski, qui, dans les années 1980, a mis au point des substances naturelles à visée anti-cancéreuse et antivirales. Mes interrogations ne portent pas seulement sur l’efficacité ou l’innocuité de ces substances, mais sur l’ensemble du traitement administratif, judiciaire et médiatique français de ce que beaucoup continuent d’appeler « l’affaire Beljanski ».

Je tiens à vous préciser tout de suite que, contrairement à certains confrères, je ne revendique aucune compétence personnelle à lever le voile sur ce mystère. Je souhaite simplement vous aider – nous aider – à poser les bonnes questions à propos d’un débat qui est loin d’être éteint.

C’est pour cette raison que j’ai accepté d’intervenir dans le cadre des deux conférences qu’organise Sylvie Beljanski, la fille de Mirko Beljanski, et son équipe, les 7 et 8 septembre prochains à Nice[1], à l’occasion de la parution en langue française de son livre Gagner la lutte contre le cancer, la découverte dont la République n’a pas voulu[2]. 

Mais d’abord, un peu d’histoire : qui était Mirko Beljanski ? 

Mirko Beljanski est né en 1923 à Turija, un petit village au nord de l’actuelle Serbie.

En raison des événements politiques en Yougoslavie, il fuit son pays et rejoint la France après la Seconde Guerre mondiale, en 1946.

En France, il étudia la biologie à l’université de la Sorbonne à Paris, et après avoir obtenu son diplôme d’État de Docteur ès Sciences, il fut engagé par le CNRS en tant que biologiste et chercheur pour travailler à l’Institut Pasteur.

Il ne tarda pas à rencontrer des difficultés lorsque, en 1953, le biologiste et biochimiste Jacques Monod prit la direction de l’Institut Pasteur, les deux hommes ne partageant pas les mêmes méthodes.

Le Dr Beljanski a été l’un des premiers biologistes moléculaires à étudier l’ARN (acide ribonucléique), une molécule qui joue un rôle dans l’information de l’ADN, qui va conduire à la cancérisation de la cellule. Pendant plus de 30 ans, il étudia plus particulièrement le fonctionnement de l’ADN et de l’ARN, qui ont des structures chimiquement proches, et fit de nombreuses découvertes.

Il découvrit par exemple que la transcriptase inverse[3] (une protéine enzymatique qui impose à l’ADN l’information provenant de l’ARN), existe non seulement dans les virus, mais aussi dans d’autres organismes comme les bactéries, les champignons et les poissons.

En 1960, Mirko Beljanski obtint le prix Charles Léopold Mayer, décerné par l’Académie des Sciences, pour ses travaux sur l’ARN.

Dès 1975, il démontra que toute molécule possédant un potentiel cancérogène déstabilise l’ADN des cellules cancéreuses et favorise ainsi leur cancérisation.

Il mit au point un test biochimique pour évaluer l’impact des molécules de l’environnement sur le fonctionnement des gènes : l’oncotest[4] ; et surtout, il proposa une nouvelle vision de la cancérogenèse[5] tendant à démontrer que des extraits naturels de plantes avaient la propriété d’inhiber la synthèse des ADN promoteurs de cancers, et non celle des ADN sains.

En 1978, les divergences d’opinions se faisant plus fortes entre Jacques Monod et Mirko Beljanski, ce dernier se vit contraint de quitter l’Institut Pasteur. Il rejoignit alors la Faculté de Pharmacie de Chatenay-Malabry où il mit à profit sa maîtrise exceptionnelle de la dérégulation cellulaire, pour concevoir des compléments alimentaires dépourvus d’effets secondaires, capables d’apporter une aide efficace aux malades.

C’est alors qu’il mit au point cinq substances spécifiques : trois extraits réalisés à partir de Pao Pereira, de Rauwolfia Vomitoria et de Ginkgo biloba, ainsi que des fragments d’ARN[6] très prometteurs.

Sa pugnacité lui permit de poursuivre ses recherches et de publier 133 articles dans des revues scientifiques[7] à comité de lecture.

Et maintenant… l’affaire !

En 1988, le ministère de la Santé dépose une première plainte contre Mirko Beljanski pour « exercice illégal de la pharmacie », qui débouche sur un non-lieu.

En 1993, Claude Evin, alors ministre de la Santé, dépose à nouveau une plainte contre lui pour « exercice illégal de la médecine et de la pharmacie ». L’affaire est jugée en mars 1994, et Beljanski n’est condamné qu’à une amende symbolique.

Mais le directeur général de la Santé dépose une troisième plainte, motivée cette fois par l’absence d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) des compléments mis au point par le médecin.

Cette plainte, déposée en juin 1996, aboutira à un comportement policier effarant : le 9 octobre 1996, au petit matin, le GIGN fait irruption chez le chercheur pour l’arrêter, son laboratoire est entièrement pillé et détruit. Dans le même temps, de nombreux malades, dans la France entière, subissent des perquisitions avec saisie de tous les produits qu’ils utilisaient.

Un mois plus tard, le chercheur déclenche une leucémie myéloïde aiguë. Une maladie 100 % mortelle à son âge, 74 ans. L’homme n’y résistera qu’un an : il meurt en octobre 1998. Ses détracteurs de manquent pas de donner leur opinion : « Si Beljanski disposait de produits efficaces, pourquoi ne s’est-il pas guéri ? ». Mais ils se gardent bien de préciser qu’aucun produit n’était resté à sa disposition pour se soigner : tout avait été saisi ! Quelle hypocrisie. Et quelle panique pour tant de patients que le gouvernement de l’époque prétendait ainsi protéger !

Ces mêmes personnes reprochent encore au chercheur de ne pas avoir déposé de demande d’AMM, ce qui est faux : il en avait déposé plusieurs, mais aucune de celles-ci n’avait réellement été examinée.

Malgré tout, dans un arrêté de février 2002, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France pour dépassement du délai raisonnable de l’instruction et violation de la Convention européenne des droits de l’homme, compte tenu de l’âge de Mirko Beljanski et de l’atteinte portée à sa réputation de scientifique et au sérieux de ses recherches. 

Mais quels sont ces « extraits naturels » identifiés par Beljanski ? 

Il y en a cinq ! Le but de cette lettre n’est bien sûr pas de vous donner un cours sur leur maniement (les formations proposées par la Fondation Beljanski[8] le feront bien mieux que moi), mais de vous les faire découvrir :

– le Rovol V, extrait de l’écorce de la racine de Rauwolfia, est destiné à inhiber spécifiquement les cellules cancéreuses et tumorales, en modifiant l’expression de gènes intervenant dans la régulation du cycle cellulaire et la réparation de l’ADN ;

– le Pao V et le Pao VFM, à base d’extrait d’écorce de Pao pereira et de Pao Tariri, visent à favoriser la mort des cellules cancéreuses. Ils sont conseillés dans tous les cas de cancer. Le Pao franchissant la barrière sang-cerveau, son efficacité est en cours de test aux États-Unis sur le glioblastome, une tumeur cérébrale particulièrement agressive ;

– le Ginkgo V, à base d’extraits de feuilles dorées de Ginkgo biloba, aide les cellules soumises à un stress excessif (à la suite d’une exposition toxique, d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie) à réparer les dégâts qu’elles ont subis ;

– le Real Build est un composé de fragments d’ARN de bactéries colibacilles non pathogènes. Il stimule la genèse des globules blancs et des plaquettes, protégeant le patient d’un effondrement immunitaire précoce après une radiothérapie ou une chimiothérapie.

Le cinquième a rejoint le peloton un peu plus tard : il s’agit d’un mélange de trois thés particuliers.

À la suite d’un partenariat réussi avec la Chine, le Dr Beljanski reçut en cadeau un coffret rempli d’échantillons des thés très raffinés, et réputés pour leurs effets intéressants sur la santé.

De retour dans son laboratoire à l’Institut Pasteur, Mirko Beljanski soumit chacun de ces échantillons à un test spécifique, l’Oncontest[9], afin de mettre en évidence leur capacité à bloquer la duplication des cellules pathologiques. Le test s’avéra positif. Mais le chercheur mourut avant d’avoir pu exploiter ces résultats.

Quelques années après son décès, sa fille, Sylvie Beljanski, eut connaissance de la découverte de son père et décida d’en faire profiter le plus grand nombre, en créant OnkoTea®, un mélange particulier de trois thés entièrement naturels et certifiés d’origine biologique, qui sera bientôt disponibles en Europe.

À l’attention de ceux qui désireraient avoir recours à ces produits, il faut souligner ici que même les détracteurs[10] ont reconnu unanimement l’absence de toxicité de ces thés.

Les recherches de Mirko Beljanski validées dans de nombreuses universités américaines

Même si, du fait de leur forme et de leur origine, les « extraits Beljanski » n’ont pas obtenu aux États-Unis le statut de médicament, mais celui de complément alimentaire, les publications[11] en provenance de certaines universités sont nombreuses. On peut citer :

– le travail de plusieurs équipes de la Columbia University et du Centre Médical de l’Université du Kansas, qui montrent que l’extrait de Pao améliore grandement l’efficacité des chimiothérapies, en particulier :

– sur le cancer de la prostate, même à un stade avancé.

– sur le cancer du pancréas et des ovaires.

Ces deux institutions de recherches, ainsi que le Cancer Treatment Centers of America (CTCA) de Chicago, ont également confirmé l’efficacité d’autres « extraits Beljanski » sur le cancer du pancréas, en favorisant l’activité de certaines chimiothérapies spécifiques.

Mon expérience personnelle 

Lorsque, dans les années 1980, je travaillais à mon diplôme universitaire de Cancérologie, à l’hôpital Avicenne (Bobigny), sous la direction du Professeur Lucien Israël, notre équipe a eu l’occasion de vérifier l’intérêt de deux des extraits proposés par Mirko Beljanski, sur des patients atteints de cancer :

  • le Ginkgo V, qui améliore le devenir des fibroses apparaissant à la suite d’une radiothérapie[12];
  • le Real Build, qui protège les lignées sanguines et évite les déficits immunitaires après radio ou chimiothérapies. 

Dans ma pratique personnelle, en cabinet médical libéral ou en Services Hospitaliers, j’ai plus de difficulté à préciser l’action de ces extraits, car l’accompagnement des cancers que j’ai pu conseiller était toujours multifactoriel :

  • une alimentation anti-inflammatoire[13] et anti-glycation (que préconisait d’ailleurs Beljanski), riche en nutriments antioxydants (grenade, goji, curcuma, etc.), en polyphénols (thés verts), en oméga-3[14] (petits poissons, etc.) ;
  • de multiples précautions vis-à-vis de la toxicité de l’environnement, avec des indications sur les moyens de se détoxifier – ce que, en précurseur, Beljanski soulignait déjà à son époque ;
  • dans de multiples situations, un « traitement métabolique » tel que le propose le professeur Laurent Schwartz[15], associant un régime plus ou moins cétogène à certains compléments comme, entre autres, l’acide R-lipoïque ou l’acide hydroxyacétique (AHA) ;
  • une reprise ou un maintien d’activité physique aussi intense et constant que possible ;
  • une gestion en profondeur du stress, par la pratique régulière de la méditation[16] et de la cohérence cardiaque[17].

Je développerai tout cette approche de « médecine intégrative » au cours des deux conférences organisées par Sylvie Beljanski à Nice, les 7 et 8 septembre prochains. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez réserver votre place sur le site de la Fondation : https://shop.beljanski.org/nice-tp-2019.html.

Enfin, je ne voudrais pas achever cette lettre sans rendre hommage à Monique Beljanski, scientifique elle-même, fille du professeur René Lucas[18], épouse et collaboratrice de Mirko Beljanski qui, à 88 ans, à New-York, continue de répondre aux questions de ses patients. Elle anime également un blog : www.moniquebeljanski.fr

J’espère vous retrouver nombreux à Nice et pouvoir ainsi répondre à toutes vos questions sur ce « Mystère Beljanski » !

Docteur Dominique Rueff


[1] Première conférence réservée aux professionnels de Santé, le samedi 7 septembre de 19 heures à 21 heures à l’hôtel NOVOTEL NICE, Centre Vieux Nice, 8-10 Esplanade du Parvis de l’Europe, 06300 Nice. Seconde conférence ouverte à tous publics, le 8 septembre de 16 heures à 18 heures, au même hôtel. Réservation requise sur le site de la Fondation Beljanski : https://shop.beljanski.org/nice-tp-2019.html

[2] Éditions Le Souffle d’Or, disponible en précommande : https://gagnerlaluttecontrelecancer.com/

[3] https://www.beljanski.info/transcriptase-inverse/

[4] Voir plus loin.

[5] Processus par lequel une cellule normale se transforme en cellule cancéreuse.

[6] Voir plus loin : le Real Build.

[7] https://www.beljanski.info/publications-scientifiques-du-dr-mirko-beljanski/

[8] https://www.natural-source.com/eu/healthcare-professional/?___store=eu_fr

[9] https://www.beljanski.info/oncotest/

[10] https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-20-septembre-2018

[11] https://dev.beljanski.info/fondation-beljanski-la-recherche-contre-le-cancer/

[12] Les fibroses tissulaires apparaissant à la suite d’une radiothérapie peuvent donner lieu à des états très invalidants comme des fibroses pulmonaires ou des lymphœdèmes (après irradiations pour traiter des cancers du sein). Il faut noter cependant qu’avec les appareillages modernes, ces lésions s’observent de moins en moins.

[13] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/lalimentation-sante-conseille/ et https://www.lettre-docteur-rueff.fr/vers-alimentation-vraiment-anticancer/, https://www.lettre-docteur-rueff.fr/vers-alimentation-vraiment-anticancer-partie-2/

[14] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/la-saga-des-omega/

[15] http://guerir-du-cancer.fr/laurent-schwartz/

[16] https://www.sportetcancer.com/

[17] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/devenons-coherents/

[18] https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Lucas



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


9 réponses à “Le Mystère Beljanski”

  1. aline magny dit :

    bonjour,
    je me suis cassée le poignée le 7 juillet et j’ai fait un scanner et deux radios, je dois en refaire une la semaine prochaine ;
    est ce que je peux prendre ginkgo v et real build ? en quelle quantité? combien de fois par jour et la durée ?
    si vous connaissez aussi quoi prendre pour recalcifier le pognée ? merci beaucoup cordialement

  2. Evelyne Morel dit :

    Pour faire face au cancer (carcinome pelvien) que l’on m’a diagnostiqué en septembre 2017, j’ai eu recours aux compléments Beljanski sans interrompre le traitement traditionnel (chirurgie de la tumeur, ablation de la chaîne ganglionnaires , séances de chimiothérapie et radiothérapie ) il m’est incontestable que cette supplementation m’a permis de résister remarquablement aux traitements conventionnelles, à ce jour je suis en rémission, les métastases n’ont pas migré, je suis persuadée que le traitement Beljanski m’a permis de faire face à cette maladie, et a ,sans doute aucun , participé à ma guérison.

  3. MATHURIN BERTRAND dit :

    bonjour docteur Rueff merci pour ce tres bel article , avez vous une idée de traitement contre le SLA. D ‘ avance merci pour votre retour, bien cordialement. Bertrand

  4. Dr GUILLET Thérèse dit :

    Merci Dr Rueff de cet article sur Beljanski. Entièrement d’accord avec votre article, vos propos en même temps mesurés mais bien en faveur de ces produits, que j’ai utilisé personnellement (que j’utilise encore quelques mois par an) et aussi conseillé à certains patients, puisque je suis médecin, aujourd’hui retraitée.
    Je ne pourrai malheureusement pas être à Nice (j’habite la région parisienne) mais ne manque jamais les passage sur la région Ile de France de Sylvie Beljanski. Je n’ai pas vu de passage sur la région parisienne à la suite de Nice, mais j’aimerai bien que Sylvie Beljanski vienne un jour à Paris en votre présence aussi. Encore merci. Confraternellement.

  5. PATRICK VAN ENDE dit :

    Bonjour Docteur,
    Je vous lis avec beaucoup d’intérêt depuis longtemps.
    J’apprécie votre très grande réserve concernant l’affaire Beljanski. Cette situation est malheureusement typique d’une situation Française de lutte entre Mandarins.
    Le massacre de cet émminant scientifique ( et de tous ses collaborateurs ) une fois la protection du Président Mitterrand disparue, est une crapulerie, d’abord de l’Ordre des Médecins, puis de l’Ordre des Pharmaciens.
    Je chercherai l’info sur la possibilité de se procurer ces solutions. A défaut je me permettrai de vous recontacter.
    Mes remerciements pour l’ensemble de vos publications, dont je me délecte.
    Patrick van ende
    Belgique ( situation tellement agréable pour médecines naturelles, Homéopathie, Naturopathie , Huiles essentielles et herboristes ) Merci encore.

  6. BLANCHER dit :

    Merci docteur RUEFF pour cette lettre concernant l’affaire Beljanski. Mon mari décédé en 2006 a suivi un certain temps un traitement de Pao Peirera que nous recevions d’Amérique. Après 14 ans de combat pour un lymphome, nous nous sommes tournés vers ce traitement (sans doute entrepris trop tard ??….) Nous connaissions alors l’odyssée de ce chercheur et aujourd’hui votre message qui revient sur ses travaux confirme le sérieux de ses découvertes. Avec mes bien sincères salutations. J. BLANCHER

  7. Bonafons dit :

    merci pour votre lettre sur les découvertes du dt Beljanski,
    elle raisonne tout à propos chez moi car j’utilise la Pao Pereira pour aider à soigner mon chien atteint d’une tumeur cancéreuse agressive et non opérable. c’est un vétérinaire retraité qui a mis au point un protocole pour les animaux atteints de cancers; il ne promet pas la lune mais un mieux-être et c’est déjà qq chose. Depuis mon chien va bien et retrouve même un certain entrain; j’utilise aussi un traitement canadien, le polypore du bouleau et je l’ai mis au régime sans aucun glucide.
    merci pour vos lettre tjs intéressantes , cordialement.

  8. Christine dit :

    Bonjour Docteur,

    Je ne pourrai malheureusement assister aux conférences des 07 et 08 septembre à Nice, probablement très intéressantes, mais je traite actuellement mon Terre Neuve, victime d’une tumeur osseuse à une patte avant avec ces produits.
    A défaut de pouvoir lui faire subir des séances de chimiothérapie et tentant de l’aider au mieux, j’ai trouvé après recherches les travaux du Docteur Beljanski. En quête de conseils sur le sujet, Monique Beljanski, comme vous le dites très bien dans votre article, m’a effectivement très gentiment recommandé de lui administrer du PAO et et Rovol, ce que je ne manque pas de faire quotidiennement. J’ai commencé le traitement récemment ( une semaine) et ne constate pas de résultats pour le moment mais espère que cela puisse au moins le soulager…
    Si vous avez des conseils à me suggérer, je suis preneuse.

    Cordialement
    Christine

  9. MICHEL dit :

    Cette lettre très intéressante arrive trop tard puisqu’il n’y a plus de place.
    Par telephone, on m’a informé que les inscriptions étaient ouvertes depuis 3 mois,soit depuis le mois de mai.
    Vraiment dommage.

Répondre à Evelyne Morel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…