Ce nutriment oublié… indispensable à votre santé !

Ce nutriment « oublié » est la clé de notre vieillissement et le facilitateur de toutes les autres stratégies, médicamenteuses ou nutritionnelles proposées pour la prévention de maladies comme :

– la maladie de Parkinson,

– la maladie d’Alzheimer,

– la résistance à l’insuline, son évolution vers le diabète et ses neuropathies,

– les troubles cognitifs,

– l’athérosclérose et la récupération après les accidents vasculaires.

La mitochondrie au cœur de notre santé et de notre vieillissement

Dans plusieurs de mes lettres et notamment dans celle qui traite de la coenzyme Q10[1] j’ai déjà attiré votre attention sur la mitochondrie. Je vous disais que toutes nos cellules sont dotées de ces petits organismes qui forment les organes respiratoires, les poumons, les usines énergétiques permettant la transformation des sucres alimentaires (glucose) en énergie.

Sans un bon fonctionnement de nos mitochondries, nous vieillissons trop vite et nous risquons de souffrir précocement d’un bon nombre d’affections que nous n’aurions pas du connaître avant… un âge certain !

Aujourd’hui, les médecins s’étonnent de voir apparaître, chez des sujets de plus en plus jeunes, des maladies comme le diabète ou la maladie de Parkinson. Ils relient le phénomène au mauvais fonctionnement mitochondrial.

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer cette « asphyxie précoce » du poumon nos cellules :

  • Une mauvaise régulation du stress oxydatif[2] avec une inflammation chronique et un stress glyquant (ou caramélisation)[3] aggravées par des déficiences nutritionnelles majeures : zinc, glutathion, coenzyme Q10, vitamines A, E, C… et l’acide alpha-lipoïque.
  • Un déficit en oxygène de l’organisme du fait d’une sédentarité trop grande : pas assez de marche, de montées d’escalier, de vélo, de piscine, d’exercices d’endurance…bref de respiration. C’est l’alternance d’exercices d’endurance et d’efforts intenses et brefs qui « réveillent la mitochondrie » : l’exercice fractionné de haute intensité (HIIT, pour « High Intensity Interval Training »).
  • L’empoisonnement et la paralysie de la mitochondrie notamment par les pesticides et herbicides utilisés en agriculture. Les experts sont unanimes : ces maladies surviennent très tôt chez bon nombre d’agriculteurs et de viticulteurs utilisant les produits « phyto-sanitaires ». Certains ont également remarqué la fréquence de ces pathologies chez les habitants (et les enfants) en proximité de zones agricoles ou viticoles traitées. Au risque de me répéter je vous propose de revisionner ce documentaire effrayant mais passionnant que vous trouverez sur « You Tube » : « Demain tous crétins ? ».

Acide alpha-lipoïque : l’antioxydant universel !

Découvert dans les années 1930, on a d’abord cru que l’acide alpha-lipoïque était une vitamine, avant de découvrir que le corps en faisait lui-même la synthèse à partir de l’ingestion d’aliments tels que la viande rouge, les levures, les pommes de terre, le brocoli, le cresson, les épinards…

Si on le nomme « antioxydant universel » c’est parce, en plus de ses propres capacités antioxydantes dues à sa structure soufrée, il permet aux autres antioxydants de se régénérer et notamment la vitamine E, la vitamine C, le glutathion et la coenzyme Q10.

Il a une autre particularité, très rare, qui permet de penser qu’il pourrait agir directement sur le cerveau et le système nerveux : il traverse la barrière hémato-encéphalique. Il est probablement l’antioxydant qui pénètre le mieux dans nos tissus cérébraux et conjonctifs[4].

L’acide alpha-lipoïque a également la capacité de se lier aux métaux lourds (comme par exemple le mercure, le cadmium, l’arsenic) et donc de favoriser leur élimination (on appelle cela la chélation) et de protéger notre ADN des dommages que ces métaux toxiques seraient susceptibles de provoquer.

L’acide alpha-lipoïque prévient et améliore le diabète, le surpoids et leurs complications neuropathiques.

Les médecins allemands préconisent l’acide alpha-lipoïque dans le traitement des neuropathies diabétiques. Un traitement par voie orale pendant quatre à sept mois avec de l’acide alpha-lipoïque a tendance à réduire sa complication majeure : les déficits neuropathiques[5]. Il a également une influence bénéfique sur les troubles de la microcirculation qui sont souvent la conséquence du diabète.

Pensez dans ce cas à prendre des bains hyperthermiques et de la dihydroquercétine[6] : vous constaterez les effets sur votre tension et votre circulation périphérique.

Une étude[7] conduite chez des souris avec un diabète chimiquement induit a montré après quatre semaines une augmentation des taux de glutathion dans les globules et une diminution des marqueurs de stress oxydant. Mais aussi une diminution de la présence de plaques d’athérome (ces plaques graisseuses qui rétrecissent les parois de vos artères) et une amélioration de la production d’insuline par le pancréas. Après 20 semaines de supplémentation, alors que de nombreuses souris qui n’avaient pas reçu d’acide alpha-lipoïque commençaient à montrer des signes pathologiques, les animaux supplémentés sont restés en bonne santé.

Peut-être le savez-vous, lors d’un diabète sucré, le glucose sanguin détruit le collagène (de la peau, des vaisseaux sanguins, du tissu conjonctif), conduisant à un vieillissement précoce des reins, des artères et de la vue. L’acide alpha-lipoïque ralentit la fixation du sucre sanguin au collagène, favorisant l’absorption du glucose dans les cellules. On peut donc dire qu’il amplifie la tache de l’insuline, réduisant sa résistance (c’est-à-dire sa pénétration dans les cellules) et donc la glycémie (le taux sanguin de sucre).

Des chercheurs européens ont traité 12 adultes en surpoids, âgés d’environ 53 ans et atteints d’un diabète de type II, avec 600 mg d’acide alpha lipoïque deux fois par jour pendant quatre semaines. Douze sujets avec une tolérance normale au glucose servaient de témoins. L’acide alpha-lipoïque augmentait la sensibilité des extrémités (mains) chez les sujets diabétiques en seulement quatre semaines[8].

Un autre essai clinique[9] a montré qu’une supplémentation en acide alpha lipoïque pourrait ralentir l’atrophie du cerveau chez des personnes atteintes de sclérose en plaques.

Acide alpha-lipoïque et vision

En plus de retarder les complications oculaires liées à l’évolution du diabète, l’acide alpha-lipoïque apporte une protection non négligeable contre la formation de la cataracte. Des chercheurs pensent que cet effet est dû au fait qu’il augmenterait les niveaux d’enzymes antioxydantes endogènes, telle la glutathion peroxydase[10]. Bien entendu d’autres nutriments sont indispensables comme le zinc, les vitamines A (et ses précurseurs végétaux : les caroténoïdes), les vitamines E et C, les anthocyanes, (ces pigments que l’on retrouve dans les baies rouges), le glutathion et la carnosine. Ce sont ces nutriments que l’on retrouve dans de multiples « complexes nutritionnels » proposés pour la protection de l’œil[11].
Une étude sur des patients avec un glaucome[12] montre qu’une supplémentation quotidienne pendant deux mois avec 75 mg d’acide alpha-lipoïque ou pendant un mois avec 150 mg améliore l’état de l’œil.

Acide alpha-lipoïque et maladies neurodégénératives

Le glucose est un aliment de base pour le cerveau : pour 2% de la masse corporelle le cerveau consomme normalement 25 % du glucose du corps. Mais au cours de la maladie d’Alzheimer, les cellules nerveuses consomment 20 à 40% de glucose en moins[13], comme si le cerveau devenait résistant à l’insuline. Ceci se produit surtout au niveau du cortex frontal et des lobes temporaux. On parle de diabète de type 3[14]. Les diabétiques type 2 ont 50% de risque de plus de développer une maladie d’Alzheimer. Un phénomène du même type serait en cause dans la maladie de Parkinson.

Rappelons-le : l’acide alpha-lipoïque pénètre aisément dans le tissu nerveux. Et le stress oxydant et l’inflammation jouent un rôle important dans la dégénération des neurones.

D’autres recherches montrent le rôle d’une supplémentation en acide alpha-lipoïque dans la stabilisation des fonctions cognitives.

Dans une étude ouverte, neuf patients souffrant de maladie d’Alzheimer ont reçu quotidiennement 600 mg d’acide R-alpha-lipoïque[15] en plus d’un traitement conventionnel pendant douze mois. La maladie a progressé très lentement chez les sujets atteints de démence légère ! L’explication est que l’acide alpha-lipoïque augmenterait la production d’acétylcholine, un neuro-transmetteur essentiel du système nerveux. Des mécanismes semblables sont évoqués dans l’évolution de la maladie de Parkinson.

Acide alpha-lipoïque et athérosclérose

Des doses de 600 mg/jour d’acide alpha-lipoïque pendant deux mois, chez des sujets sains, ralentissent de manière significative l’oxydation du LDL-cholestérol (autrement dit le mauvais cholestérol).

Les chercheurs ont découvert que cette supplémentation réduisait de façon significative les lésions d’athérosclérose. Cet effet était associé à une diminution de 40% de la prise de poids et à une diminution des triglycérides[16], ces graisses responsables, en partie, du risque cardio-vasculaire. L’inflammation est également réduite ce qui contribue également à la diminution du risque.

Acide alpha-lipoïque et vieillissement

Le vieillissement de nos mitochondries est en partie responsable de l’apparition précoce de maladies liées à l’âge.

Selon les résultats de trois études récemment publiées par le Dr Ames[17] et une équipe de chercheurs de l’Université de Californie de Berkeley, une supplémentation conjointe en acétyl-L-carnitine[18] et acide alpha-lipoïque rajeunit des rats âgés et pourrait avoir des effets similaires sur des êtres humains vieillissants !

Ces deux suppléments nutritionnels agissent sur les mitochondries. Le Dr Ames commente de manière amusante ces résultats : « Avec ces deux suppléments pris ensemble, ces rats âgés se sont levés et ont dansé la Macarena».

Un autre chercheur du Children’s Hospital Oakland Research Insitute (CHORI) a ajouté : « Le cerveau avait meilleure allure, les rats étaient pleins d’énergie – tous les organes et tissus que nous avons regardés semblaient appartenir à un jeune animal ».

Il existe plusieurs formes d’acide alpha-lipoïque

Il y a plusieurs formes d’acide alpha-lipoïque. Une forme largement commercialisée d’acide lipoïque est souvent constituée d’un mélange des deux formes : la R (naturelle) et S (non naturelle). Ces formes ont des activités biologiques différentes.

Le R-acide alpha lipoïque est la forme que l’on trouve naturellement dans les plantes, les animaux et l’organisme humain. Il est responsable des effets bénéfiques spécifiques de l’acide alpha-lipoïque. L’acide S-lipoïque est un produit dérivé de la synthèse chimique dont les propriétés sont plus mal connues.

Aujourd’hui, c’est la forme naturelle « R » qui est préférentiellement utilisée (en France) dans les compléments alimentaires. Cette forme est associée à l’acide hydroxo-acétique (AHC) dans « le traitement métabolique du cancer » tel que je le décris dans une précédente lettre.

J’espère avoir attiré votre attention sur ce complément essentiel qu’il ne faut pas réserver aux formes graves de diabète ou de maladies de neurodégénérescence.

Je vous conseille de faire votre propre expérience en commençant par des doses relativement faibles d’acide R-lipoïque c’est-à-dire une gélule matin et soir dosée au moins à 200 milligrammes[20].

Ces nutriments sont tellement efficaces dans la prévention et l’accompagnement du diabète (et de ses complications) que je vous conseille bien sûr de surveiller votre glycémie. Au bout de quelques mois vous risquez d’avoir de bonnes surprises et… de pouvoir aisément baisser votre consommation de médicaments.

Docteur Dominique Rueff

 


[1] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/connaissez-bien-coq10/

[2] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/stress-oxydant/

[3] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/ne-vous-caramelisez-pas/

[4] Le tissu conjonctif (en anglais connective tissu) est un tissu de soutien relativement solide et plus ou moins fibreux, dont le rôle consiste à protéger les organes qu’il entoure. Source : https://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/tissu-conjonctif

[5] Voir ci-après

[6] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/prenions-bain-ensemble/

[7] i X. et al., Alpha-lipoic acid completely prevents atherosclerosis in diabetic mice, Diabetes, 2006 Aug. 

[8] Kamenova P., Improvement of insulin sensitivity in patients with type 2 diabetes mellitus after oral administration of alpha-lipoic acid, Hormones, Athens, Oct-Dec 2006, 5(4):251-8. 

[9] https://www.lanutrition.fr/sclerose-en-plaques-lacide-lipoique-serait-benefique

[10] Maitra I. et al., Alpha-lipoic acid prevents butthionine sulfoximine-induced cataract formation in newborn rats, free rad. Biol. Med., 1995 Apr, 18(4):823-9. 

[11] Comme le « Luminat » du laboratoire Bionops, l’ »Opti-vision » de Vit’all+ ou le «Macula plus » chez Smart-city

[12] Le glaucome à angle ouvert est appelé également glaucome à angle ouvert ou glaucome chronique. Environ 2 % de la population française de plus de 65 ans (et 5 % des plus de 80 ans) sont concernés. Celui-ci touche les 2 yeux et n’occasionne généralement pas de symptômes au début. Le glaucome à angle ouvert est susceptible d’aboutir à la cécité visuelle (la personne devient aveugle). Source : https://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/glaucome-angle-ouvert

[13] Hoyer S. : oxidative energy metabolism in Alzheimer brains. Study in early-onset and late onset cases. Mol Chem Neuropathol. 1992 ; 16 : 207-24.

[14] De La Monte SM, Wands JR : review of insulin and insulin-like growth factor, signaling, and malfunction in the central nervous system : relevance to Alzheimer’s disease. J. Alzheimer’s Disease. 2005 ; 7 ; 45-61. et De La Monte SM, Wands JR : Alzheimer’s disease is type 3 diabètes : evidence reviewed. J. Diabetes Sci Technol. 2008 ; 2 : 1101-1113.

[15] Voir ci-après

[16] Hager K. et al., Alpha-lipoic acid as a new treatment option for Alzheimer’s disease – a 48 months follow-up analysis, J. Neural Transm. Suppl. 2007, 72:189-93. 

[17] Feedind acetyl-L-carnitine and lipoic acid to old rats significantly improves metabolic function while decreasing oxidative stress, Porc. Acad. Sci. USA, Vol 99, issue 4, 1870-1875, February 19 2002 ; Memory loss in old rats is associated with brain mitochondrial decay and RNA/DNA oxidation : partial reversal by feeding acetyl-l-carnitine and/or R-alpha-lipoic acid, Proc. Natl. Acad. Sci. USA, Vol.99 Issue 4, 2356-2361, February 19,2002 ; Age-associated mitochondrial oxidative decay : improvement of carnitine acetyltransferase substrate-binding affinity and activity in brain by feeding old rats acetyl-L-carnitine and/or R-alpha-lipoic acid, Proc. Natl. Acad. Sci. USA Vol.99 Issue 4, 1876-1881, February 19,2002.

[18] La forme biologiquement active de la carnitine, ce complément alimentaire que connaissent bien les « boddu builders » et qu’ils préconisent comme « brûleur de graisse

[19] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/vers-alimentation-vraiment-anticancer-partie-2/

[20] Note de l’éditeur : vous pouvez trouver ces nutriments sous trois dénominations « R-Lipoat » «sodium R-Lipoat » et « Acide R-Lipoïque » sur le site de « Nutrition Conseil international ».



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


7 réponses à “Ce nutriment oublié… indispensable à votre santé !”

  1. MARIVAN dit :

    Bonjour,
    où pourrais-je trouver ces compléments alimentaires ?
    Avez vous des références ?
    Dans l’attente de vous lire,
    Bien Cordialement

  2. isabelle dit :

    et si on est pas diabéthique? car vous ne parler que des diabétiques et des maladie qui en découle ou de parkinson….
    si on est en pleine santé?

  3. sirius dit :

    Thanks! And thanks for sharing your great posts every week!cialis online

  4. GINETTE HENTZ dit :

    Ou peut on se procurer ce complément alpha lipoique?

  5. Jean-Jacques Lambert dit :

    Quelle marque conseillez-vous ?
    JJL

  6. VA dit :

    Quel laboratoire le commercialise ?

  7. AUBER Bernaard dit :

    j ai utilisé avec sucé l acide alpha lipoique à 800mg matin et soir et hydroxyc itrate à500mg matin midi et soir du laboratoire NUTRIXEAL en plus du régime cétogène contre mon cancer de la protate….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…