L’hormone qui vous fait gagner à la belote !

Chère amie, cher ami,

C’est presque un paradoxe, celle que l’on qualifie souvent « d’hormone de l’oubli », la prégnénolone, reste même de nos jours « l’hormone oubliée » dans bon nombre de bilans hormonaux, tant chez la femme que chez l’homme.

La « preg », qui a pourtant été découverte dans les années 30 et qui a fait l’objet de multiples études cliniques et scientifiques [2], reste étrangement méconnue du grand public et des médecins.

Au milieu du siècle dernier, la « preg » a été étudiée à la fois comme un anti-inflammatoire, donc contre les douleurs articulaires, et également comme une substance en mesure d’agir sur les capacités cérébrales et en particulier la mémoire.

Mais après les années 50, la découverte des effets anti-inflammatoires de la cortisone, puis des médicaments contenant différentes formes de « cortisones de synthèse » (les corticoïdes) [3], a tué en grande partie les recherches sur cette hormone.

Une « hormone mère »

La prégnénolone, c’est « l’hormone mère », donc un précurseur de toutes les hormones dites stéroïdes dont font partie la DHEA, les hormones sexuelles (testostérone chez l’homme, œstrogènes et progestérone chez la femme, et cortisol). Mais la « preg » aurait également des effets spécifiques. Si l’on a un taux plasmatique trop faible de « preg », on risque donc d’être au-dessous des normes et des besoins pour la plupart des hormones stéroïdes.

Ne faites pas baisser systématiquement votre taux de cholestérol !

Un élément de plus pour conforter l’opinion que trop faire baisser le cholestérol n’est pas vraiment bon pour la santé, et en particulier pour le fonctionnement et la prévention du vieillissement cérébral.

Avec un taux de cholestérol trop bas, les taux de « preg » et ceux de toute la chaîne des hormones stéroïdes seront diminués. C’est d’ailleurs un phénomène d’observation très fréquent : des personnes jeunes ayant un taux de cholestérol trop bas, ne prenant bien évidemment aucun médicament « anticholestérol », sont presque toujours plus fatigables, plus sujettes au stress et à la dépression que toutes celles qui ont un taux considéré comme normal de « preg » et de cholestérol.

Voilà une bonne raison de plus pour signer la pétition du cardiologue Michel de Lorgeril et lire ou relire son livre sur le sujet : « L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol – Comment les statines empoisonnent en silence. »

Devenez meilleur aux cartes !

La prégnénolone améliore les capacités de mémorisation. Cela peut vous être très utile dans la vie de tous les jours, à l’école, au travail, mais aussi lors d’une partie de cartes entre amis ! Vous savez maintenant comment devenir le roi de la belote…

Il ne s’agit pas seulement de mémoire mais aussi de capacités d’apprentissage. J’ai remarqué que, quel que soit l’âge, un déficit en « preg » nuisait à une bonne capacité d’apprentissage et de mémorisation.

Déjà, dans les années 40, mais dans une petite étude, des chercheurs de l’université du Massachussetts avaient noté que la « preg » améliorait les capacités psychomotrices sur les tests de simulateur de vol.

Dans son livre [4] « Le secret dune bonne mémoire », le Dr Christophe de Jaeger, gériatre, consacre un chapitre entier aux effets de la « preg » sur la mémoire.

Permettez-moi de vous citer ce court passage d’un article [5] de ce gériatre, confronté régulièrement aux déficits hormonaux et à leurs conséquences sur le vieillissement :

« La prégnénolone est un neurostéroïde important dont l’implication dans les phénomènes de mémorisation et les troubles de la concentration n’est plus à démontrer. Les troubles de la mémorisation que nous observons en vieillissant doivent nous faire nous interroger sur nos taux plasmatiques de prégnénolone. C’est une des hormones importantes de notre organisme, profondément impliquée dans notre vieillissement, et en particulier dans notre vieillissement cérébral (maladie d’Alzheimer), et son rôle ne fera que croître dans les années à venir. »

Prégnénolone, stress, humeur et dépression

La « preg » est une des substances dites « anti-âge » dont on remarque très rapidement les effets, en particulier sur le bon fonctionnement cérébral. C’est aussi une des substances que les patients réclament le plus en cas d’arrêt (nous verrons plus loin les contre-indications) ou de supplémentations sous-dosées.

Elle améliore la résistance au stress, au surmenage cérébral, et l’humeur. Elle semble contribuer à accentuer cette résistance et à éviter ou diminuer les états d’épuisement, d’hypersensibilité physique ou affective et les phénomènes de vieillissement accéléré. Le phénomène de « burn-out » dont on parle tant devrait systématiquement conduire à un dosage de prégnénolone.

Des recherches effectuées sur des pilotes de l’armée ont permis de constater des effets spectaculaires sur l’abaissement de la fatigue, y compris lors de conditions d’entraînement épuisantes. Par ailleurs, la « preg » permet d’équilibrer et positiver les états d’âme et les émotions, et même de diminuer en intensité les mécanismes anxieux ou dépressifs.

Elle agit sur votre système nerveux

C’est un aspect peu connu : elle possède au plus haut point la faculté d’améliorer la transmission nerveuse. Le docteur Bruce Miller [6], neurologiste au centre médical d’Harbor (UCLA), étudie actuellement ses effets dans la maladie d’Alzheimer. On a d’ailleurs remarqué que chez les patients touchés par cette maladie, les taux de prégnénolone étaient bas, comme c’est le cas aussi dans d’autres troubles de la mémoire et de l’apprentissage…

Toutefois, à ce jour il n’a pas encore été montré d’amélioration sensible sur la dissolution de la plaque amyloïde, qui est la caractéristique anatomique de la maladie d’Alzheimer.

Des études récentes ont montré que la prégnénolone était une aide puissante à la réparation de la gaine de myéline qui entoure nos nerfs, et qu’elle améliorait de façon spectaculaire les suites de traumatismes de la moelle épinière si on l’administrait très vite après l’accident.

Comment apaiser vos articulations ?

La « preg » diminue efficacement (à condition de la prendre aux doses individuellement nécessaires) les inflammations articulaires, en particulier dans l’arthrose et les conséquences des traumatismes de la moelle épinière. Cela n’a rien d’étonnant car, historiquement, la « preg » fut préconisée pour combattre les poussées d’arthrose et cela en absence d’effets secondaires. Personnellement, en plus des conseils nutritionnels de base consistant à diminuer la consommation d’aliments pro-inflammatoires (acides gras saturés et surtout les acides gras chauffés dits « trans » [7], les excès de gluten, de lactose et bien entendu l’éviction totale de la « malbouffe »), j’ai l’habitude de conseiller des prises quotidiennes soit en aliments, soit en supplémentations, de curcuma et de gingembre.

Il me semble indispensable, si l’on consomme des protéines animales, de privilégier la consommation de petits poissons gras comme les anchois, les sardines, le maquereau, sans dépasser deux à trois fois par semaine pour se garder d’un risque de pollution par les métaux lourds tels que le mercure. Plus ils seront petits et bas dans la chaîne alimentaire, moins le risque de pollution sera important. La supplémentation en capsules d’oméga-3 de bonne qualité [8] vient au secours de ceux qui n’aiment pas le poisson et a l’avantage de nous mettre à l’abri de toute pollution.

Déficits et troubles hormonaux

Gardons en mémoire que la « preg » agit en amont de toutes les synthèses hormonales. Il m’est souvent arrivé de constater ses effets positifs chez des hommes dont les taux de DHEA et/ou de testostérone étaient aussi très bas. Mais c’est surtout vrai chez les femmes qui souffraient de troubles liés à une insuffisance de progestérone.

Rappelons que cette hormone, sécrétée par les ovaires dans la deuxième phase du cycle, a une influence sur le déclenchement, la durée et la qualité des règles : quasiment toutes les femmes qui ont des problèmes de cycle (souvent des cycles trop longs ou anarchiques, ou des règles douloureuses) ont des problèmes de sécrétion de progestérone. Indépendamment de toute supplémentation en progestérone, j’ai remarqué que la prise de prégnénolone était souvent en mesure de contribuer à retrouver de meilleurs cycles et normaliser les règles.

Comment la prégnénolone agit-elle ?

Une grande part de ses effets découle de son statut de précurseur (comme le cholestérol) de la plupart des hormones dites stéroïdes, qu’il s’agisse de DHEA, de testostérone, d’œstrogènes ou de progestérone. Il est également possible qu’elle puisse avoir des effets propres, mais cela risque d’être difficile à démontrer.

La prégnénolone bloque les effets inhibiteurs de l’acide aminé glycine et du GABA, contribuant à l’équilibre de la balance inhibition/excitation du système nerveux central. Elle augmente le relargage de l’acétylcholine, puissant neuromédiateur, et agit sur les récepteurs NMDA (N-méthyl-D-aspartate) impliqués dans la mémoire.

L’acétylcholine et les glutamates sont directement impliqués dans la maladie d’Alzheimer qui se révèle par une atteinte de la mémoire à court terme, mais l’action de la prégnénolone, même préventive, n’a pas été démontrée pour cette maladie.

À quel âge faut-il faire doser sa prégnénolone ?

Même si la baisse des taux de prégnénolone se fait naturellement avec l’âge, elle se fait très différemment suivant chaque personne et situation. Il semble que vers l’âge de 75 ans il ne nous resterait que 40 % des taux que nous avions vers la trentaine.

Ces chiffres restent toutefois purement théoriques. La mesure des taux indique que chaque situation reste individuelle : des adultes jeunes (souvent en situation de surmenage et/ou de stress) peuvent avoir des taux très bas ; et des personnes plus âgées des taux quasiment inexistants.

Il n’y a, de fait, pas d’âge pour subir des stress intenses à répétition, des situations de harcèlement, ou les rythmes de travail cérébral que l’on s’impose (parfois par défi ou compensation) ou que l’on vous impose abusivement.

Hélas, le stress et le surmenage n’attendent pas « le nombre des années » et il m’arrive de constater des taux effondrés chez des personnes entre 20 et 30 ans.

Il faut faire doser la forme circulante dite « sulfate de prégnénolone » (S-prégnénolone), le dosage de la forme liée (prégnénolone) n’a que peu d’intérêt. Tout laboratoire « de ville » peut transmettre l’analyse à un laboratoire spécialisé. En France, ce dosage n’est pas inscrit à la nomenclature des actes remboursables.

Contre-indications et effets secondaires

Comme la DHEA, en tant que neurostéroïde et précurseur des autres hormones stéroïdes, la « preg » doit être déconseillée (en dehors d’un avis médical) chez toute personne ayant un cancer dit « hormonodépendant » comme le cancer du sein ou de la prostate.

De même, il n’est pas question d’en proposer à des enfants, des femmes enceintes ou allaitantes. Même si l’éviction doit être proposée dans certains cas, certains sujets âgés ont du mal à s’en passer : la décision doit alors être le fruit d’une information et d’un choix personnel.

J’ai personnellement peu relevé d’effets secondaires.

Cela étant, en tant que stimulant du fonctionnement cérébral, la prise de « preg » peut avoir des effets excitants. Il est donc logique de ne pas dépasser les taux physiologiques et d’éviter de la prendre le soir si l’on est insomniaque.

De même on la déconseille en cas de risque épileptique ou chez des personnes ayant des troubles de la personnalité pouvant conduire à la violence et à l’agitation.

Certains décrivent des états nauséeux. Je n’en ai pas personnellement répertorié. Je n’ai pas, non plus, remarqué d’interactions négatives avec des médicaments, en particulier avec les dépressifs sous traitement.

Chez certaines personnes, elle peut se transformer en grande partie en DHEA et donc conduire aux mêmes effets secondaires : peau grasse, survenue d’acné. Ces troubles sont réversibles à la diminution des doses ou arrêt temporaire du traitement.

Comment se procurer de la prégnénolone ?

Comme la DHEA, la « preg » est une substance de synthèse. Son statut juridique est quasiment le même. En France elle doit être considérée comme un médicament. Elle est donc disponible dans certaines pharmacies qui vous la délivreront sur prescription si vous avez la chance d’avoir un médecin qui vous la conseille.

Dans le cas contraire, vous pourrez la trouver, via le Net, sur certains sites de pays où elle a un statut de « complément alimentaire ». Sa consommation se fera alors sur votre seule et entière responsabilité. Mais attention : je vous déconseille toute autoprescription de « preg » sans un dosage préalable et une autosurveillance.

Il est bien évident que, dans l’absolu, une surveillance médicale doit être préconisée et que, comme la DHEA, la prégnénolone est totalement interdite chez le sportif pratiquant la compétition et sujet à des tests antidopage.

Bonne journée et surveillez bien votre messagerie.

Docteur Dominique Rueff


[1] Si vous tapez le mot prégnénolone sur le moteur de recherche d’articles médicaux et scientifiques « pubmed » vous trouvez presque 7000 références.

[2] Les corticoïdes ont des effets anti-inflammatoires 100 fois plus puissants que la « preg » pour un coût de revient et donc des capacités de profit beaucoup plus importantes pour l’industrie pharmaceutique. Mais leurs effets secondaires à terme sont importants.

[3] Paru en 2005, Albin Michel

[4] La pregnénolone est impliquée dans les phénomènes de mémorisation et les troubles de la concentration

[5] Bruce L. Miller, MD

[6] Acides gras trans : attention danger !

[7] J’ai personnellement l’habitude de consommer régulièrement ou par cures 1 ou 2 capsules par jour de « Super Omega-3 » du laboratoire Vit’all +



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


13 réponses à “L’hormone qui vous fait gagner à la belote !”

  1. Annie theaux dit :

    Bonjour je trouve très intéressant les articles sur les hormones et particulièrement sur la dernière celle qui fit gagner à la belote et je serais très intéressée de savoir a quel laboratoire je pourrais adresser ces analyses étant en Haute Loire au Puy en Velay mon médecin traitant ne connaissant pas
    Merci de bien vouloir me renseigner si toutefois vous avez une reponse

  2. Le Masle Christine dit :

    Bonjour ,

    Article très interressant sur cette hormone, pouvez vous nous proposer un site serieux pour commander la prégnénolone. je suis en guyane, je ne peux pas me faire prescrire cette hormone.
    MERCI

  3. Fany dit :

    Bonjour,
    Dans la mesure ou elle a une influence sur la myéline, je me demande si cette hormone pourrait être efficace pour la sclérose en plaque???
    merci
    Cordialement
    Fany

  4. Cathy Simon dit :

    Bonjour,
    Je me méfie fortement de ces prises d’hormones … Et surtout de la DHEA
    Suite à une baisse anormale de ma Dhea , mon médecin homéopathe m’en a prescrit. Sous surveillance du dosage, pendant un temps très court, etc. S’il est vrai que je me sentais mieux (énergie, meilleur sommeil, peau plus souple…), j’ai commencé très vite à perdre mes cheveux de façon galopante! Après à peine 3 semaines d’utilisation de DHEA, c’était la cata… J’ai immédiatement arrêté et 3-4 jours après, la chute diminuait. Je suis maintenant en traitement chez un dermatologue spécialiste à la Brussels’ Hair Clinic. Et il faut plusieurs mois pour retrouver une chevelure  » normale »…

    • allain Murielle dit :

      Non la perte de vos cheveux ne vient pas de la DHEA. C’est une super hormone qui va contre carré les effets du cortisol, hormone de la joie de vivre, libido, abaiser les traitement THS j’ai commencé par 10 ml puis 25 mg, je fais un dosage sanguin et c’est bon …

  5. olivier dit :

    pourquoi tourner autour du pot ? : si les docteurs prescrivent des statines qui détruisent la vie et ne connaissent pas la prégnénolone c’est que ce sont tout simplement des charlatans .Pour moi c’est une évidence
    Laissons tomber cette médecine d’operette gratuite et consultez votre naturopathe .

  6. maziere dit :

    J’aimerais savoir quel médecin (spécialiste) peut prescrire ce genre de produit. Mon généraliste refuse ce genre de médecine.

  7. Tuti dit :

    Mon mari et moi ( 67ans et 72 ans ) en avons pris ainsi que de la dhea, prescrits par un médecin qui en prenait depuis des années. Puis j’ai lu les contre-indications qui m’ont fait douter de ce choix : j’ai une poitrine à risque ( mastose ) et mon mari a une prostate sous surveillance à cet âge là . De ce fait , dans le doute , nous nous sommes abstenus de continuer malgré une petite tentation qui perdure .

  8. Lys dit :

    Bonjour,
    J’ai fait doser la preg suite à votre article. J’ai 63 ans et elle est inférieure à 0,50 ? (Je n’ai retenu l’unité). Quel dosage dois-je demander (mon homéopathe est d’accord pour en prescrire mais n’en a pas l’habitude).
    Merci

  9. Nath dit :

    Prise de pregnenolone et THS est-ce possible?
    Que pensez-vous du 7 l’étoile DHEA?

  10. Chichi dit :

    Que pensez-vous du 7 keto DHEA

  11. GAIA dit :

    Vous avez déclaré que la DHEA et la Pregnenolone sont interdites dans les tests de lutte contre les drogues dans le sport.
    Mais si vous vous référez au site officiel anti-dopage pour athlètes, DHEA est connue pour ses effets androgènes. La prégnénolone n’est PAS actuellement interdite.
    https://www.wada-ama.org/fr/liste-des-interdictions
    S’il vous plaît pouvez-vous préciser votre source pour cette déclaration.

  12. dayan dit :

    Merci pour cet article bien argumenté . Un bémol néanmoins!
    En ce qui concerne les pathologies hormono dépendantes , c’est BIEN parcequ’il y a déficience qu’il est fondamental de réguler !! Nous sommes malheureusement encore dans la dépendance de la médecine allopathique sous l’egide des laboratoires . Donc le médecin conventionné est soumis au dictant et vous donnera, pour sa bonne conscience, la petite formule d’usage « par principe de précaution « 
    Il faut bien garder le client
    A bon entendeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…