Pycnogenol® : ce nutriment tombé dans l’oubli

Chère amie, cher ami,

En ce début d’été qui s’annonce caniculaire, et après les difficultés liées à la Covid-19, s’il y a bien un nutriment vers lequel nous devrions tous nous tourner, c’est le Pycnogenol®.

Un extrait polyvalent, 100 % français !

Presque tombé dans l’oubli, le Pycnogenol® est l’un des nutriments les plus puissants pour protéger notre santé, en particulier celle de nos veines et de nos artères.

Cet extrait breveté d’écorce de pin maritime français provient de la forêt des Landes, le plus grand massif forestier artificiel d’Europe. Située tout près de Bordeaux, dans le Sud-Ouest de la France, cette plantation de pins maritimes (Pinus pinaster) date de l’époque de Napoléon III et s’étend sur près d’un million d’hectares. Son entretien est garanti sans pesticides, herbicides ni OGM, et les arbres abattus sont tous remplacés, comme le prévoit la législation forestière française.

Ultra-polyvalent, le Pycnogenol®, est utile dans de nombreuses indications (que je vous détaille juste après), et nous devrions tous en avoir dans notre pharmacie de secours. Mais surtout, c’est l’un des anti-inflammatoires et antioxydants naturels les plus puissants ! Il contient entre 65 et 75 % d’oligo-proanthocyanidines (ou OPC) [1], des molécules antioxydantes issues du métabolisme végétal, et que l’on retrouve notamment dans le raisin et les fruits rouges. Ils sont d’une grande biodisponibilité, traversent aisément la barrière hémato-encéphalique et favorisent la production de collagène.

Fortes chaleurs et jambes lourdes

En été, nombreux sont ceux qui souffrent de jambes lourdes, signe d’une mauvaise circulation du sang. Et ce n’est pas le réchauffement climatique qui va arranger les choses…

En effet, plus la chaleur est intense et prolongée, plus nous avons les jambes lourdes. Pour améliorer notre circulation sanguine, nous devrions marcher au minimum 30 minutes par jour en portant, idéalement, des bas ou chaussettes de contention. Le problème est que nous faisons face à deux paradoxes :

  • plus il fait chaud, plus nos jambes sont lourdes, et moins nous avons envie de marcher ;
  • plus il fait chaud, plus nous sommes réfractaires à l’idée de porter des bas de contention.

Alors, nous nous tournons vers les nombreux produits dits « veinotoniques » présents sur le marché. Ils contiennent tous à peu près les mêmes ingrédients : hamamélis, marron d’Inde, petit houx, ginkgo biloba, cassis, myrtille, vitamine C, bioflavonoïdes de citron, rutines, extraits de pépin de cassis… On trouve par exemple le « Complexe Circulation » de Vit’all+ (1 comprimé matin et soir), ou le « Pack circulation » de Copmed (1 à 3 gélules par jour), qui associe deux formulations végétales et un gel à appliquer localement.

Mais en cas de grosse chaleur, ces complexes ne sont pas toujours suffisants pour réduire l’inflammation chronique veino-lymphatique, à l’origine de la sensation de stase veineuse et de jambes lourdes.

C’est là que le Pycnogenol® entre en scène !

Stimulation sanguine et jambes légères 

L’insuffisance veineuse chronique (IVC) résulte d’un mauvais fonctionnement des valves veineuses et d’une mauvaise circulation du sang dans les jambes. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de consulter un phlébologue qui, au moyen d’un Doppler veineux, peut faire un bilan complet de l’état des veines des membres inférieurs.

Le Pycnogenol® agit directement sur notre circulation sanguine : il a la faculté de renforcer les parois des capillaires, les vaisseaux sanguins les plus fins de l’organisme, et que vous voyez parfois « éclatés » à la surface de votre peau. Cette propriété se double d’une action anti-inflammatoire et antiagrégante, c’est-à-dire fluidifiant le sang et prévenant ainsi les micro-hémorragies qui peuvent résulter de la stase sanguine. Du fait de cette action fluidifiante, il est conseillé de prévenir votre médecin si l’on vous a prescrit antérieurement des médicaments anticoagulants.

Cette stimulation de la circulation sanguine s’accompagne d’un effet anti–œdémateux, qui rend les jambes beaucoup moins gonflées et plus légères. C’est pour cette raison qu’en plus du port de bas ou de chaussettes de contention, je conseille souvent aux personnes qui font de longs voyages en avion de commencer une cure de Pycnogenol® la veille, et de la continuer jusqu’à ce que leurs jambes ne soient plus gonflées. 

Une écorce qui protège votre cristallin

Les facteurs qui affectent notre acuité visuelle sont nombreux ; mais le Pycnogenol permettrait, dans certains cas, d’en atténuer les effets.

Le premier cas, bien connu, est celui du processus naturel de vieillissement. Celui-ci se traduit par :

  • la diminution des capacités d’accommodation du cristallin ;
  • l’opacification progressive du cristallin ;
  • la diminution du nombre de cellules photoréceptrices situées au fond de l’œil.

Ainsi, à partir d’un certain âge, il devient par exemple difficile de voir correctement à courte distance. Mais l’extrait de pin, grâce à un effet préventif, ralentirait ce processus naturel de diminution de l’acuité visuelle. Associé à de la rutine[2], il serait encore plus efficace dans cette indication et dans la protection de la rétine.

Le deuxième cas est celui du diabète chronique. Une de ses principales évolutions se traduit par des troubles oculaires (qui peuvent être dépistés par un médecin avec un examen du « fond d’œil »). Or, les propriétés du Pycnogenol permettraient de réduire les risques cardiovasculaires et autres complications liées au diabète (micro-angioplastie diabétique, ulcère du pied et crampes musculaires). En effet, en plus de son action bénéfique sur la microcirculation, ce nutriment diminue l’absorption des glucides et contribue ainsi à contrôler les niveaux de glycémie. 

Protégez votre peau du vieillissement prématuré 

Souvenez-vous, dans une précédente lettre, je vous avais révélé comment prendre soin de votre peau grâce à la nutricosmétique. Vous pouvez désormais ajouter à la liste des conseils que je vous y donne, l’extrait d’écorce de pin : il contribue à maintenir le plus longtemps possible l’éclat de la peau.

Coups de soleil, pollution, tabagisme, stress ou déséquilibre alimentaire… Toutes ces agressions ont des effets délétères pour notre peau et peuvent causer son vieillissement prématuré. Les vertus antioxydantes du Pycnogenol® participent ainsi à la prévention de ce vieillissement. Le collagène et l’élastine présents dans ce nutriment protègent les protéines tissulaires, qui donnent à la peau son élasticité, stimulent la synthèse du collagène et celle de l’acide hyaluronique présent dans le derme. De plus, en protégeant le collagène, il contribue à améliorer tous les processus de cicatrisation.

Contre l’épuisement des articulations

Le processus naturel de vieillissement n’affecte pas que notre acuité visuelle, il s’en prend aussi à nos articulations. Avec l’âge, celles-ci s’usent et le cartilage, à l’origine de la souplesse articulaire, diminue peu à peu. Ce cartilage peut être encore plus affecté si l’articulation a été traumatisée par la pratique de sports violents par exemple, ou, comme c’est mon cas et comme le savent les plus fidèles de mes lecteurs, par une opération. Cette dégradation et disparition du cartilage est à l’origine de phénomènes inflammatoires chroniques. Leurs deux principales conséquences sont une diminution de la souplesse des articulations et l’apparition de douleurs, qui peuvent devenir insupportables en l’absence de traitement. Ces douleurs, que l’on nomme « arthrose », font souffrir la majorité des personnes de plus de 65 ans. Il existe de nombreux médicaments pour lutter contre ces inflammations, et le Pycnogenol® en est une alternative naturelle :

  • il inhibe l’activation du facteur pro-inflammatoire NF-kB (responsable de la mobilisation des médiateurs pro-inflammatoires en cas d’arthrose) ;
  • il diminue la protéine C réactive (CRP), marqueur sanguin d’inflammation ;
  • il diminue les raideurs articulaires (en réduisant la production des enzymes métalloprotéinases matricielles (MMP), responsables de la dégradation du cartilage et du collagène).

En prévention des maladies cardiovasculaires 

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité dans le monde.

Là encore, le Pycnogenol® contribue à diminuer ce risque par trois mécanismes :

  1. Il stimule la dilatation vasculaire et améliore le flux sanguin. Il diminue l’activation et l’inflammation des plaquettes sanguines et réduit ainsi le risque de formation de caillots ou de thromboses. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est déconseillé de l’associer aux anticoagulants médicamenteux (pensez à toujours prévenir votre médecin si c’est votre cas).
  2. Il régule naturellement le diamètre des vaisseaux sanguins et contribue ainsi à faire baisser la tension artérielle, qui reste le principal facteur aggravant du risque cardiovasculaire.
  3. Il contribue à faire baisser le mauvais cholestérol, facteur de risque de l’accident cardiovasculaire.

Surmonter les douleurs menstruelles et l’endométriose

90 % des femmes souffrent de douleurs physiques avant et pendant leurs règles, de stress émotionnel et du syndrome prémenstruel (SPM). Les propriétés anti-inflammatoires du Pycnogenol® permettent de soulager ces symptômes (tensions mammaires, douleurs abdominales, crampes et ballonnements…).

Ce nutriment est aussi utile chez les femmes qui souffrent d’endométriose. Les traitements proposés sont souvent hormonaux, ils bloquent la fonction ovarienne et peuvent entraîner des effets secondaires (bouffées de chaleur, sautes d’humeur, diminution de la masse osseuse, troubles du sommeil, maux de tête…) qui expliquent qu’ils ne soient pas toujours bien supportés ni acceptés. À l’inverse, le Pycnogenol® permet de soulager les douleurs menstruelles, et plus spécifiquement les douleurs d’endométriose, sans effet rebond, même après l’arrêt du traitement. Deux essais cliniques qui ont étudié ce nutriment ont permis d’observer que cinq femmes en cours de traitement ont réussi à tomber enceintes[3].

Pour cette indication, le laboratoire Copmed propose une préparation spécifique : l’Endomenat. Il s’agit d’une association synergique à base d’extraits de plantes (Pycnogenol®, thé vert, achillée millefeuille, réglisse, myrobolan chébule[4], gattilier), de vitamine E et de minéraux. Il est conseillé d’en prendre 2 gélules matin et soir, au moins 10 à 20 jours par mois, avant et après la période des règles.

Des associations antiallergiques

Le Pycnogenol® a des effets antihistaminiques et donc antiallergiques. Dans cette indication, je conseille 1 à 2 gélules de 50 mg par jour. Vous pouvez l’associer à des capsules d’huile d’onagre (une à deux capsules par jour de 1 000 mg) et à du zinc (un comprimé de 15 mg par jour).

Une nouvelle cible pour le Pycnogenol®

Peut-être vous arrive-t-il de chercher un peu trop souvent vos clés de voiture, vos lunettes ou encore votre téléphone. Ces difficultés de mémorisation peuvent révéler un trouble cognitif léger, lié à l’âge, qui peut parfois être annonciateur d’un risque de démence. Dans ces conditions, il est recommandé de prendre des extraits standardisés de ginkgo biloba, à raison d’une ou deux gélules de 500 mg par jour.

Pourquoi ne pas y ajouter une supplémentation quotidienne de Pycnogenol® ? L’extrait de pin semblerait en effet en mesure d’améliorer de légers troubles de la mémorisation. Dans le cadre d’une étude[5] menée en Italie, 87 hommes âgés de 55 à 75 ans ont été divisés en deux groupes : le premier a reçu une supplémentation de Pycnogenol® à raison de trois gélules de 50 mg par jour pendant huit semaines ; le deuxième n’a reçu que des placebos. Au début et à la fin de l’étude, les participants ont rempli un questionnaire pour évaluer l’intensité de leurs troubles et préciser leur état mémoriel. D’après les résultats, les hommes ayant reçu le complément ont vu leur état s’améliorer de 18 %, contre seulement 2 % pour le groupe placebo.

Un nutriment à la hauteur de son prix ?

Le seul problème du Pycnogenol®, c’est son prix… Cette substance étant brevetée, il n’existe qu’une seule source d’approvisionnement, et toute concurrence est exclue. La conséquence se retrouve dans le prix : une boîte d’une trentaine de gélules végétales se vend entre 30 et 40 €. Vous pouvez en trouver en magasin spécialisé et sur Internet. La dose recommandée étant d’une à deux gélules par jour, vous pouvez ainsi calculer approximativement le coût mensuel. Cela dit, il est rare de faire des cures de plus de deux mois, et vous pouvez aussi vous complémenter seulement 10 jours par mois (en cas d’endométriose, notamment). Libre à vous de faire une cure plus longue, recommandée pour prévenir l’évolution des troubles cognitifs légers par exemple ; dans ce cas, la dose d’une gélule par jour me semble raisonnable.

L’extrait d’écorce de pin maritime est un antioxydant entièrement naturel et sans danger. Il est ultra-polyvalent, tellement bénéfique et « universel » qu’il serait dommage de s’en passer.

Docteur Dominique Rueff


[1] Les oligo-proanthocyanidines (OPC) sont des composés flavonoïdes aux propriétés antioxydantes 20 à 50 fois plus importantes que les vitamines C et E. Ces antioxydants neutralisent les radicaux libres responsables des dommages causés par l’oxydation dans l’organisme. Par leur activité antioxydante les OPC inhibent la synthèse de certaines substances qui provoquent des réactions allergiques et inflammatoires. Ils préservent ainsi le collagène (protéine des tissus conjonctifs : peau, tendons, ligaments, cartilages, paroi interne des vaisseaux sanguins). Les OPC proviennent principalement d’extraits d’écorce de pin ou de pépins de raisin, mais de nombreux autres végétaux en sont des sources non négligeables.

[2] Un pigment qui fait partie de la grande famille des bioflavonoïdes, que l’on trouve dans le raisin, le vin rouge, les abricots, les cerises, les mûres et la peau des pommes. 

[3] Kohama T, Herai K, Inoue M., « Effect of French maritime pine bark extract on endometriosis as compared with leuprorelin acetate ». J Reprod Med. 2007;52(8):703-708.

Kohama et Suzuki, « The treatment of gynaecological disorders with pycnogenol », Eur Bull Drugs Res 7(2): 30-32 1999

[4] Le myrobolan chébule pousse dans les forêts de diverses régions d’Asie. Il a été introduit en Afrique tropicale, où des plants sont parfois cultivés.  L’extrait de myrobolan chébule aide à maintenir la santé des organes reproducteurs et améliore la résistance au stress. 

[5] Hosoi M, Belcaro G, Saggino A, Luzzi R, Dugall M, Feragalli B. Pycnogenol® supplementation in minimal cognitive dysfunction. J Neurosurg Sci. 2018;62(3):279-284. doi:10.23736/S0390-5616.18.04382-5



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


13 réponses à “Pycnogenol® : ce nutriment tombé dans l’oubli”

  1. BUSELLI PIERRE dit :

    Bonjour docteur,
    En ce qui concerne le Pycnogenol, combien de mg par jour?

    Cordialement.
    Pierre

  2. Dufour André dit :

    et que pensez vous du « CAPILLARD » extrait des mélèzes de Russie ?

  3. Briffa dit :

    Bonjour Docteur
    Je me sers en Picnogénol à la Vie Naturelle et j’en suis très contente, le prix est très raisonnable,et vous faîte bien d’en parler je l’avait oublier, je me le commande de suite..!
    Très sincèrement
    D B

  4. DOMINIQUE GUENIN dit :

    Bonjour DOCTEUR,
    Merci pour tous vos conseils, auxquels je suis abonné, très très utiles.
    Cependant, si vous acceptez d’y répondre, merci, une question:
    Je connais bien le pin maritime, j’ai utilisé pendant plusieurs années le Bol d »air Jacquier (et l’ai abandonné) serait il utile pour toutes les indications de votre article.
    Merci Docteur, et recevez mes très cordiales salutations.
    Dominique Guenin

  5. Bornowsky dit :

    Bonjour, pouvez-vous me CERTIFIER que l’extrait viens de l’écorce du pins des Landes région de Bordeaux dont vous parlez dans votre article ?
    Merci de votre confirmation
    J.Bornowsky

  6. Bornowsky dit :

    Bonjour, pouvez-vous me certifiier la provenance de cet article .
    Cet extrait breveté d’écorce de pin maritime français provient de la forêt des Landes, le plus grand massif forestier artificiel d’Europe. Située tout près de Bordeaux, dans le Sud-Ouest de la France, cette plantation de pins maritimes (Pinus pinaster) date de l’époque de Napoléon III et s’étend sur près d’un million d’hectares. Son entretien est garanti sans pesticides, herbicides ni OGM, et les arbres abattus sont tous remplacés, comme le prévoit la législation forestière française.

  7. Abderrazak dit :

    Merci docteur pour cette lettre et toutes les autres sources d’informations interressantes
    J’ai une question … vous avez conseille de prendre ginkgo biloba entre 500 et 1000 mg par jour , alors sur le marche il ya la forme a 40 mg .Est ce que on peut donc prendre jusqu a 25 gelules par jour ?

  8. Gil, françoise dit :

    Docteur Rueff je trouve vos lettres et votre description du Picnogénol faciles à lire car toujours accompagnées d’un mot ou d’une explication pour des novices en médecine Vos présentations sont toujours claires et bien étayées.
    C’est à la fois enrichissant de vous lire tout en étant agréable.
    C’est un peu comme si nous avions une conversation avec vous. Je vous remercie pour tout ce que vous faites pour nous éclairer et avoir ainsi une meilleure santé naturelle.

  9. Lemaire Michel dit :

    Pour info.
    Chez Super Smart (qualité pharmaceutique reconnue), une boîte de 60 gélules revient à 56 euros. Possibilité de remise progressive, pouvant aller jusqu’à 25%, en fonction des commandes successives.

  10. Véronique GABRIEL MARQUIER dit :

    Bonjour
    Merci pour votre article !
    Plutôt que tombé dans l’oubli, j’aurai dit méconnu!
    Pycnogénol est quasiment plus connu aux Etats-Unis et au Japon qu’en France
    Un comble pour un ingrédient naturel français!
    Cordialement
    Dr Véronique GABRIEL-MARQUIER
    Consultant Pycnogenol

  11. LAETITIA cl dit :

    Bonjour

    Concernant le pycnogenol…je prends un médicament pour l’hypertension et puis je prendre le pycnogenol en même temps ? Ou l’un et pas l’autre ?

    Merci

  12. Jean Bourcelot dit :

    Je suis convaincu de l’importance des microbiotiques et les utilisent personnellement. Je suis également un fervent lecteur de vos articles et ouvrages.
    Je reste perturbé , cependant, par le fait que certaines souches sont utilisées pour l’engraissement du bétail.
    L’obesite représentant un fléau mondiale ne vaut il pas la peine de déterminer quelles souches sont utilisées par les éleveurs par mesure de précaution. Je me permets de vous référer l’article publié par lInternational Journal of obesity du 9/8/2011 et NCBI de Mai 2011.

  13. Côté dit :

    Bonjour Docteur , heureuse que vous me parliez du pycnogenol car il ya plus de 20 ans j’en ai pris et je me rappelle des effets merveilleux obtenus , je cours en chercher pour ma mémoire. Bravo pour les bons conseils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…