Quelques milliards pour votre santé

Dans ma lettre précédente, je vous ai décrit le concept de « microbiotique », terme officiel qui désigne ce que beaucoup d’entre nous nomment à tort « probiotique » car ce terme n’est pas autorisé officiellement, en France.

Je vous ai décrit quelques microbiotiques dits « de réparation ». Mais le potentiel de ces « bonnes souches microbiennes » peut avoir bien d’autres impacts que la réparation ou le métabolisme intestinal.

C’est ce que nous allons voir maintenant : comment ces milliards de micro-organismes vivants absorbés en 1 prise peuvent bénéficier à notre santé en général.

Un allié la minceur… et de l’appétit !

Les études montrent que Lactobacillus Gasseri aide à lutter contre l’obésité et la graisse abdominale :

  • En inhibant l’absorption des graisses alimentaires et en augmentant la quantité de graisses excrétées dans les selles ;
  • En libérant des hormones qui réduisent l’appétit ;
  • Et en diminuant le stockage des graisses.

De toutes les bactéries microbiotiques étudiées à ce jour, Lactobacillus Gasseri est celui qui montre les effets les plus prometteurs sur la perte de poids. C’est une souche naturellement présente dans le lait maternel humain ; le nouveau-né allaité au sein en reçoit donc dès sa naissance.

Selon plusieurs études, la prise de Lactobacillus Gasseri permet une réduction de la graisse abdominale. Des études japonaises effectuées sur l’Homme ont montré des résultats notables. L’une d’entre elles réalisée en double aveugle sur 210 personnes a montré que la prise de Lactobacillus Gasseri pendant 12 semaines a réduit le poids corporel, la graisse autour des organes, l’IMC (l’indice de masse corporelle), le tour de taille et de hanches. Qui plus est, la graisse du ventre a été réduite de 8,5% alors que dans le groupe témoin, aucun de ces paramètres n’a significativement diminué par rapport au début de l’étude [1].

Lors d’un essai clinique antérieur en double aveugle, réalisé sur 87 personnes avec un surpoids au niveau abdominal, après 12 semaines de prise de Lactobacillus Gasseri, les patients avaient perdu en moyenne 4,6% de graisse abdominale et 3,3% de graisses sous-cutanées. Leur poids avait diminué de 1,4% et leur tour de taille de 1,8% [2].

D’autres études [3] [4] [5], effectuées sur des rongeurs avaient déjà démontré que la prise de Lactobacillus Gasseri possède des effets sur l’obésité.

Ce microbiotique régule la croissance du tissu adipeux par inhibition de l’absorption des graisses alimentaires et en agissant sur deux hormones phares de la minceur : l’insuline et la leptine. Cette dernière est produite par les adipocytes sous cutanés, c’est à dire les cellules graisseuses.

Elle contrôle le poids par la régulation de la prise alimentaire et la dépense énergétique.

Chez les personnes en surpoids ou obèses, les taux de leptine sont très élevés et la résistance des cellules à cette hormone est importante.

L’utilisation de cette souche est sûre et sans effets secondaires.

Les gélules sont bien entendu gastro-résistantes et garantissent de fournir à l’organisme à chaque prise, 10 milliards de micro-organismes vivants. On en conseille 1 à 2 gélules par jour, en dehors des repas, en complément d’une alimentation saine et équilibrée, avec une activité physique suffisante et quotidienne.

Il est bon d’alterner régulièrement, si besoin une dizaine de jours par mois, avec d’autres microbiotiques.

Une aide à la protection cardio-vasculaire

Le plus récent microbiotique que vous trouverez dans le commerce et sur le net apporte 10 milliards de souches microbiotiques vivantes par gélule végétale gastro-résistante.

C’est le Lactobacillus Reuteri qui se démarque particulièrement des autres par son action protectrice au plan cardiovasculaire, en diminuant certains facteurs de risques. Comme le démontrent les dernières études scientifiques canadiennes contrôlées, en double aveugle contre placebo, la prise de L. Reuteri pendant 6 semaines a réduit significativement les taux de LDL-cholestérol, de cholestérol total et d’Apo B (un marqueur de la taille des lipoprotéines LDL, indicateur du risque cardiovasculaire [6]).

Une étude allemande randomisée et contrôlée, publiée dans la célèbre revue Diabetes Care, a également démontré que la prise de L. reuteri par 21 adultes tolérants au glucose, minces ou obèses, pendant 4 semaines, améliore la sécrétion d’incrétine GLP-1 (hormone jouant un rôle dans le fonctionnement des cellules Bêta du pancréas) qui sécrètent l’insuline (+49%). Les auteurs suggèrent que la consommation orale de cette souche microbiotique spécifique peut devenir une nouvelle approche thérapeutique pour améliorer la sécrétion d’insuline glucose-dépendante [7].

Une autre recherche a également mis en évidence que la prise de L. Reuteri permettait d’augmenter de 25% les taux de 25-hydroxyvitamine D circulantes. Au cours de cet essai contrôlé randomisé, 127 adultes en bonne santé ont pris L. Reuteri durant 9 semaines et à la fin de cette période leurs taux de vitamine D ont augmenté de près de 15 nmol/L, soit 25,5% d’augmentation.

A la connaissance des chercheurs, c’est la première étude de ce type indiquant un lien étroit entre la prise orale d’une souche microbiotique et une augmentation du taux de vitamine D circulante [8].

Enfin, d’après une méta-analyse, une supplémentation en L. Reuteri pourrait réduire les saignements et l’inflammation en cas de parodontite (inflammation des gencives) [9] qui reste la principale origine du déchaussement dentaire.

La meilleure souche à l’automne, pour votre immunité

Lactobacillus Rhamnosus, également appelé Lactobacillus GG en rapport avec les noms des deux chercheurs qui l’ont découvert dans le milieu des années 1980, Sherwood Gorbach et Barry Goldin est la souche microbiotique naturellement présente chez l’Homme la plus étudiée.

Elle a notamment fait l’objet d’études où elle a démontré ses propriétés bénéfiques pour la santé, y compris la stimulation du système immunitaire (augmentation de l’activité phagocytaire des leucocytes et des macrophages) et une résistance accrue aux maladies infectieuse (en particulier virales) [10].

Plusieurs études et méta-analyses ont indiqué que cette souche microbiotique a la capacité de raccourcir la durée des diarrhées d’origine virale, surtout chez l’enfant (gastro-entérites virales). L’ESPGHAN, (Société Européenne de Gastroentérologie Pédiatrique), recommande l’utilisation de L. Rhamnosus pour prévenir et traiter ces diarrhées aiguës infantiles [11].

Un rapport de février 2005 de l’Afssa, citant des études finlandaises suggère que L. Rhamnosus, donné dans le biberon ou à la mère qui allaite, favorise la diminution des symptômes de dermatite atopique (eczéma) chez des enfants allergiques aux protéines du lait de vache [12]

Une étude randomisée en double aveugle contre placebo a aussi démontré que L.Rhamnosus donné aux mères avant la naissance de leur enfant et à l’enfant pendant les 6 premiers mois de vie, conduisait à une nette diminution de la dermatite atopique [13].

La persistance de cet effet bénéfique a été retrouvée chez ces mêmes enfants à l’âge de quatre ans [14].

Empêcher l’absorption des métaux lourds

Une étude canadienne publiée dans le British Journal of Nutrition a mis en évidence sa très grande efficacité pour faciliter la perte de poids, notamment chez les femmes [15].

Certains chercheurs émettent l’hypothèse selon laquelle l’axe cerveau – intestin – a un impact sur le contrôle de la faim et de la satiété et que la prise de L. Rhamnosus peut faciliter la perte de poids en agissant sur cet axe [16].

L. Rhamnosus a également la propriété bien particulière de se combiner aux métaux lourds alimentaires et ainsi d’empêcher leur absorption. C’est ce que révèle une étude réalisée par des chercheurs canadiens sur 60 femmes enceintes et 44 enfants d’âge scolaire de Tanzanie. Après avoir réalisé que L. Rhamnosus, in vitro, était capable de chélater (fixer et absorber) les métaux lourds à son contact, ils l’ont ensuite testé in vivo dans des populations qui présentaient des taux élevés de mercure et d’arsenic dans le sang. Au terme de cette expérience (les deux derniers trimestres pour les femmes enceintes et 25 jours pour les enfants), ces taux de métaux lourds étaient significativement réduits dans le sang des femmes enceintes [17].

On conseille, en général, 1 gélule par jour à prendre loin des repas.

Des microbiotes pour la flore vaginale !

La flore intime de la femme est composée de Lactobacilles de différentes espèces qui produisent un biofilm tapissant les parois vaginales et renforçant ainsi la barrière naturelle [18].

L’écosystème vaginal est très fragile et la raréfaction ou la disparition de certains lactobacilles, et notamment de L. Crispatus et de L. Gasseri, en raison d’agressions internes ou externes (antibiothérapie, savons inadaptés, douches vaginales, crèmes spermicides, stérilets, tampons hygiéniques…) ou de modifications hormonales (ménopause, grossesse, post-partum, contraceptifs oraux…) peut engendrer un déséquilibre du microbiote vaginal, c’est à dire une dysbiose vaginale responsable de certains troubles gynéco-urinaires. [19]

Les recherches gynécologiques montrent que L. Crispatus est le marqueur de l’équilibre du microbiote vaginal.

C’est la souche retrouvée le plus fréquemment chez les femmes européennes.

Ses rôles sont divers :

  • Elle produit de l’acide lactique et maintient ainsi l’acidité du milieu (pH acide) ;
  • Elle synthétise des substances antimicrobiennes comme le peroxyde d’hydrogène H2O2 [20]
  • Elle entre en compétition avec les pathogènes : bactéries ou champignons (Candida Albicans).

D’autres études montrent que cette souche microbiotique se fixe parfaitement à la paroi vaginale [21].

Une petite étude réalisée sur 42 femmes a montré que la prise orale d’un mélange de L. rhamnosus et L. fermentum pendant 28 jours facilitait la formation d’une flore vaginale saine chez 90% des patientes. Cette étude confirme l’efficacité potentielle des lactobacilles administrés par voie orale pour restaurer et maintenir une flore urogénitale normale et saine [22].

Ces « complexes micobiotiques pour femme » sont particulièrement recommandés pour

  • A chaque changement de la vie d’une femme (puberté, grossesse, accouchement, ménopause…) ;
  • Lors d’infections bactériennes ou de mycoses, afin limiter les récidives ;
  • En cas d’utilisation de stérilets ou utilisant de crèmes spermicides ;
  • Pendant ou après une prise d’antibiotique pouvant déséquilibrer la flore vaginale.

On conseille en général une gélule (gastro-résistante) jour en dehors des repas, à prendre avec un verre d’eau.

Les psychobiotiques ou microbiotiques du stress

La communauté scientifique commence à bien cerner le rôle de certaines souches microbiotiques dans l’équilibre émotionnel comme l’indique une méta-analyse regroupant les essais randomisés [23]

Il existe désormais des preuves convaincantes que la flore microbienne intestinale joue un rôle essentiel dans le maintien de la santé, bien au-delà des troubles intestinaux et que certaines substances neuro-actives sont produites par le microbiote intestinal et affectent ainsi certains paramètres neurologiques et psychiatriques comme le sommeil, l’appétit, l’humeur et la cognition.

Des chercheurs irlandais ont ainsi défini « un psychobiotique comme un organisme vivant qui, lorsqu’il est ingéré en quantité suffisante, produit un avantage pour la santé des patients souffrant d’une maladie psychiatrique ».

En tant que classe à part de microbiotiques, ces bactéries sont capables de produire et de délivrer des substances neuro-actives comme le gaba ou la sérotonine, qui agissent tous deux sur l’axe cerveau-intestin.

Des études précliniques chez les rongeurs suggèrent que certains psychobiotiques possèdent, en effet, un rôle antidépresseur ou anxiolytique. De tels effets pourraient être orchestrés par le nerf vague, la moelle épinière ou encore le système endocrinien.

Les chercheurs ont ainsi noté que des preuves s’accumulaient sur une souche spécifique Bifidobacterium Infantis, qui soulagerait les symptômes de la dépression et émettent l’hypothèse que ses bénéfices seraient reliés :

  • A la restauration des concentrations normales de noradrénaline [24] ;
  • Aux actions anti-inflammatoires au niveau du cerveau (on sait aujourd’hui qu’une inflammation à ce niveau est un facteur de risque de dépression car elle entraîne une perturbation dans la synthèse de sérotonine et de dopamine).

Une étude antérieure avait même démontré que la prise de Bifidobacterium Infantis avait augmenté les concentrations plasmatiques de tryptophane, le précurseur de la sérotonine (le neurotransmetteur de la régulation de l’humeur, de l’appétit et du sommeil) [25]

Une action sur le côlon irritable

De multiples recherches ont ensuite mis en évidence le lien entre certains aliments fermentés (Rappelez-vous…le bon goût de la choucroute fermentée au petit déjeuner (lien) ! et donc certaines souches microbiotiques, et la santé mentale, et surtout l’anxiété et la dépression. Cette revue de la littérature scientifique montre entre autres que :

  • L’administration de Lactobacillus Rhamnosus à des animaux soumis à un stress réduit leurs comportements anxieux et dépressifs. Ces changements sont attribués à une action directe sur certains récepteurs de neurotransmetteurs, et surtout sur ceux du gaba [26]. Le GABA est une petite molécule très abondante dans notre cerveau qui joue le rôle de messager chimique.
  • Cette action sur le gaba correspond aux effets connus des anxiolytiques tels les benzodiazépines [27].
  • Dans une étude préclinique réalisée sur des rats et ensuite dans un essai clinique randomisé contre placebo sur l’Homme, la prise concomitante de Lactobacillus Helveticus et de L. Longum pendant 30 jours a permis d’améliorer significativement la dépression, la somatisation et de diminuer l’anxiété, la colère et le taux de cortisol, (hormone du stress), par rapport au placebo [28] [29].

Une étude française a également été réalisée avec L. Acidophilus chez des personnes atteintes du syndrome du côlon irritable souffrant de douleurs abdominales attribuées à une hypersensibilité viscérale. Les chercheurs ont mis en évidence que la prise de cette souche avait des propriétés calmantes et analgésiques, similaires aux effets de la morphine en agissant sur les récepteurs aux opioïdes et aux cannabinoïdes [30].

Peu onéreux et sans danger

Ces différentes souches de microbiotiques que l’on trouve, aujourd’hui associées dans de nombreuses formulations comme le « complexe psychobiotique » peuvent être conseillées, en complément de traitements spécifiques ainsi que du magnésium, certains acides aminés (lien) et de nombreuses plantes ou huiles essentielles en cas de :

  • Stress chronique chez les anxieux et qui ont tendance à somatiser au niveau des intestins (troubles du transit, douleurs, spasmes…)
  • En cas de fragilité psychologique ou de fatigue chronique.

On en conseille, en général1 gélule par jour en dehors des repas, à prendre avec un verre d’eau. Ce sont donc des traitements peu onéreux et sans danger.

Au début, un peu sceptique, je suis devenu un fervent défenseur et conseiller des microbiotiques et plus encore de ces souches plus spécifiques. J’ai constaté qu’elles facilitaient les résultats de traitements et de supplémentations plus spécifiques ou classiques.

Faites-en, comme moi, l’expérience.

Surveillez bien votre boîte aux lettres,


[1] Kadooka Y, Sato M, Ogawa A, Miyoshi M, Uenishi H, Ogawa H, Ikuyama K, Kagoshima M, Tsuchida T. Effect of Lactobacillus gasseri SBT2055 in fermented milk on abdominal adiposity in adults in a randomised controlled trial. Br J Nutr. 2013 Apr 25:1-8.
[2] Kadooka Y1, Sato M, Imaizumi K, Ogawa A, Ikuyama K, Akai Y, Okano M, Kagoshima M, Tsuchida T., Regulation of abdominal adiposity by probiotics (Lactobacillus gasseri SBT2055) in adults with obese tendencies in a randomized controlled trial., Eur J Clin Nutr. 2010 Jun;64(6):636-43. doi: 10.1038/ejcn.2010.19. Epub 2010 Mar 10.
[3] Sato M1, Uzu K, Yoshida T, Hamad EM, Kawakami H, Matsuyama H, Abd El-Gawad IA, Imaizumi K. Effects of milk fermented by Lactobacillus gasseri SBT2055 on adipocyte size in rats. Br J Nutr. 2008 May;99(5):1013-7. Epub 2007 Nov 1.
[4] Hamad EM1, Sato M, Uzu K, Yoshida T, Higashi S, Kawakami H, Kadooka Y, Matsuyama H, Abd El-Gawad IA, Imaizumi K. Milk fermented by Lactobacillus gasseri SBT2055 influences adipocyte size via inhibition of dietary fat absorption in Zucker rats. Br J Nutr. 2009 Mar;101(5):716-24. doi: 10.1017/S0007114508043808. Epub 2008 Aug 7.
[5] Kang JH1, Yun SI, Park MH, Park JH, Jeong SY, Park HO. Anti-obesity effect of Lactobacillus gasseri BNR17 in high-sucrose diet-induced obese mice. PLoS One. 2013;8(1):e54617. doi: 10.1371/journal.pone.0054617. Epub 2013 Jan 30.
[6] Afssa – Effets des probiotiques et prébiotiques sur la flore et l’immunité de l’homme adulte – Février 2005
[7] Diabetes Care. 2015 Oct;38(10):1827-34. doi: 10.2337/dc14-2690. Epub 2015 Jun 17.Simon MC1, Strassburger K2, Nowotny B1, Kolb H3, Nowotny P1, Burkart V1, Zivehe F1, Hwang JH1, Stehle P4, Pacini G5, Hartmann B6, Holst JJ6, MacKenzie C7, Bindels LB8, Martinez I8, Walter J9, Henrich B7, Schloot NC10, Roden M11. Intake of Lactobacillus reuteri improves incretin and insulin secretion in glucose-tolerant humans: a proof of concept.
[8] Jones ML1, Martoni CJ, Prakash S. Oral supplementation with probiotic L. reuteri NCIMB 30242 increases mean circulating 25-hydroxyvitamin D: a post hoc analysis of a randomized controlled trial. J Clin Endocrinol Metab. 2013 Jul;98(7):2944-51. doi: 10.1210/jc.2012-4262. Epub 2013 Apr 22.
[9] Martin-Cabezas R, Davideau JL, Tenenbaum H, Huck O. Clinical efficacy of probiotic as an adjunctive therapy to non-surgical periodontal treatment of chronic periodontitis: A systematic review and meta-analysis. J Clin Periodontol. 2016 Mar 11.
[10] Gill HS1, Rutherfurd KJ, Prasad J, Gopal PK. Enhancement of natural and acquired immunity by Lactobacillus rhamnosus (HN001), Lactobacillus acidophilus (HN017) and Bifidobacterium lactis (HN019). Br J Nutr. 2000 Feb;83(2):167-76.
[11] Guarino A1, Ashkenazi S, Gendrel D, Lo Vecchio A, Shamir R, Szajewska H; European Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition; European Society for Pediatric Infectious Diseases. European Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition/European Society for Pediatric Infectious Diseases evidence-based guidelines for the management of acute gastroenteritis in children in Europe: update 2014. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2014 Jul;59(1):132-52. doi: 10.1097/
[12] Majamaa H1, Isolauri E. Probiotics: a novel approach in the management of food allergy. J Allergy Clin Immunol. 1997 Feb;99(2):179-85.
[13] Sanchez M1, Darimont C2, Drapeau V3, Emady-Azar S4, Lepage M5, Rezzonico E2, Ngom-Bru C5, Berger B2, Philippe L4, Ammon-Zuffrey C2, Leone P2, Chevrier G6, St-Amand E6, Marette A6, Doré J1, Tremblay A1. Effect of Lactobacillus rhamnosus CGMCC1.3724 supplementation on weight loss and maintenance in obese men and women. Br J Nutr. 2014 Apr 28;111(8):1507-19. doi: 10.1017/S0007114513003875. Epub 2013 Dec 3.
[14] Kalliomäki M1, Salminen S, Poussa T, Arvilommi H, Isolauri E. Probiotics and prevention of atopic disease: 4-year follow-up of a randomised placebo-controlled trial. Lancet. 2003 May 31;361(9372):1869-71.
[15] Sanchez M1, Darimont C2, Drapeau V3, Emady-Azar S4, Lepage M5, Rezzonico E2, Ngom-Bru C5, Berger B2, Philippe L4, Ammon-Zuffrey C2, Leone P2, Chevrier G6, St-Amand E6, Marette A6, Doré J1, Tremblay A1. Effect of Lactobacillus rhamnosus CGMCC1.3724 supplementation on weight loss and maintenance in obese men and women. Br J Nutr. 2014 Apr 28;111(8):1507-19. doi: 10.1017/S0007114513003875. Epub 2013 Dec 3.
[16] Sanchez M1, Darimont C2, Panahi S3, Drapeau V4, Marette A5, Taylor VH6, Doré J7, Tremblay A8. Effects of a Diet-Based Weight-Reducing Program with Probiotic Supplementation on Satiety Efficiency, Eating Behaviour Traits, and Psychosocial Behaviours in Obese Individuals. Nutrients. 2017 Mar 15;9(3). pii: E284. doi: 10.3390/nu9030284.
[17] Bisanz JE, Enos MK, Mwanga JR1, Changalucha J1, Burton JP, Gloor GB2, Reid G3. Randomized open-label pilot study of influence of probiotics and the gut microbiome on toxic metal levels in Tanzanian pregnant women and school childrenMBio. 2014 Oct 7;5(5):e01580-14. doi: 10.1128/mBio.01580-14.
[18] Vásquez A1, Jakobsson T, Ahrné S, Forsum U, Molin G. Vaginal lactobacillus flora of healthy Swedish women. J Clin Microbiol. 2002 Aug;40(8):2746-9.
[19] Verhelst R1, Verstraelen H, Claeys G, Verschraegen G, Van Simaey L, De Ganck C, De Backer E, Temmerman M, Vaneechoutte M. Comparison between Gram stain and culture for the characterization of vaginal microflora: definition of a distinct grade that resembles grade I microflora and revised categorization of grade I microflora. BMC Microbiol. 2005 Oct 14;5:61.
[20] HYPERLINK « https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=Antonio%20MA%5BAuthor%5D&cauthor=true&cauthor_uid=12734221 » Antonio MA1, Hillier SL. DNA fingerprinting of Lactobacillus crispatus strain CTV-05 by repetitive element sequence-based PCR analysis in a pilot study of vaginal colonization. J Clin Microbiol. 2003 May;41(5):1881-7.
[21] Kwok L1, Stapleton AE, Stamm WE, Hillier SL, Wobbe CL, Gupta K. Adherence of Lactobacillus crispatus to vaginal epithelial cells from women with or without a history of recurrent urinary tract infection. J Urol. 2006 Nov;176(5):2050-4; discussion 2054.
[22] Reid G1, Beuerman D, Heinemann C, Bruce AW. Probiotic Lactobacillus dose required to restore and maintain a normal vaginal flora. FEMS Immunol Med Microbiol. 2001 Dec;32(1):37-41.
[23] Afssa – Effets des probiotiques et prébiotiques sur la flore et l’immunité de l’homme adulte – Février 2005
[24] Huang R1, Wang K2, Hu J3.Effect of Probiotics on Depression: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Nutrients. 2016 Aug 6;8(8). pii: E483. doi: 10.3390/nu8080483.
[25] Kali A1Psychobiotics: An emerging probiotic in psychiatric practice. Biomed J. 2016 Jun;39(3):223-4. doi: 10.1016/j.bj.2015.11.004. Epub 2016 Aug 9.
[26] Le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central et joue un rôle dans la régulation de nombreux processus physiologiques et psychologiques.
[27] Bravo JA, Forsythe P, Chew MV, Escaravage E, Savignac HM, Dinan TG, Bienenstock J, Cryan JF: Ingestion of Lactobacillus strain regulates emotional behavior and central GABA receptor expression in a mouse via the vagus nerve. Proc Natl Acad Sci U S A. 2011, 108: 16050-16055. 10.1073/pnas.1102999108
[28] Messaoudi M, Lalonde R, Violle N, Javelot H, Desor D, Nejdi A, Bisson JF, Rougeot C, Pichelin M, Cazaubiel M, Cazaubiel JM: Assessment of psychotropic-like properties of a probiotic formulation (Lactobacillus helveticusR0052 and Bifidobacterium longum R0175) in rats and human subjects. Br J Nutr. 2011, 105: 755-764. 10.1017/S0007114510004319
[29] Messaoudi M, Violle N, Bisson JF, Desor D, Javelot H, Rougeot C: Beneficial psychological effects of a probiotic formulation (Lactobacillus helveticus R0052 and Bifidobacterium longum R0175) in healthy human volunteers. Gut Microbes. 2011, 2: 256-261. 10.4161/gmic.2.4.16108.
[30] Rousseaux C1, Thuru X, Gelot A, Barnich N, Neut C, Dubuquoy L, Dubuquoy C, Merour E, Geboes K, Chamaillard M, Ouwehand A, Leyer G, Carcano D, Colombel JF, Ardid D, Desreumaux P. Lactobacillus



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


10 réponses à “Quelques milliards pour votre santé”

  1. lavalou dit :

    Quel est le lien pour les acides aminés ?

  2. Fulton claire dit :

    merci docteur pour récapitulatif PARFAIT

  3. Marie-Thérèse dit :

    Bonjour,

    Est-ce que ces lactobacillus divers se trouvent en pharmacie ou par un laboratoire ?

    Merci de votre réponse

  4. Le Brun dit :

    Bonsoir Messieurs,
    lactobacilus helveticus
    ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,, rhamnosus et les autres , avez-vous une adresse de fournisseur ??
    Merci de bien vouloir me répondre.
    plbg56@free.fr

  5. Cronnier dit :

    Bonjour,
    Vous citez le Lactobacillus Gasseri mais comment se le procurer ? Merci pour votre réponse.
    Bonne journee

  6. Maire francis dit :

    Très intéressant, notamment sur la réduction du LDL cholestérol et surtout de l’APO B. Dommage qu’on ne sache pas la mesurer en France.

  7. JSALIGNY dit :

    j’ai essayé le probiotique L GASSERI il y a quelque temps. Cela a été catastrophique pour ma santé. Cela a entraîné des vertiges très intenses quasiment en permanence (vertige de Ménière) avec perte d’équilibre, vomissements nocturnes et chutes. Comment peut-on prétendre dans ces conditions qu’il n’y a aucun effet secondaire à la prise de ces produits ? Je pense que je ne suiscertainement pas la seule victime de ce produit acheté sur internet à SUPERSMART, qui est a priori une marque sérieuse avec laquelle je n’avais jamais eu de problème. Je me pose la question de savoir si les gelules gastro-résistantes ne seraient pas en cause. Quelqu’un peut-il me renseigner car je ne sais où m’adresser pour avoir des réponses à mes questions.

  8. Alsane dit :

    (Rappelez-vous…le bon goût de la choucroute fermentée au petit déjeuner (lien) ! Au petit déjeuner peut-être mais en entrée au déjeuner elle peut-être un régal ! Voici ma recette :
    Un volume de choucroute crue bio, le même volume de pomme râpée, un peu de vinaigrette maison, quelques raisins secs. Variante : remplacer la pomme par de l’ananas.
    A votre santé et bon appétit !
    Alsane

  9. laurenson dit :

    j’ai des douleurs neuropathiques aux pieds que je soigne avec du neurontin !!outre la douleur ,c’est tres invalidant !!auriez vous des d’autres solutions ??merci pour votre réponse qui aidera de nombreux lecteurs !!

  10. Amar dit :

    Il y a quelques années, mon compagnon se plaignait tous les matins « j’ai eu très mal au ventre », ceci a duré plus de six mois.
    Lui ont été prescrit : Spasphon et Meteospasmil. Un peu de soulagement, mais pas d’amélioration .
    Je lui ai fait prendre les dix sachets de BACTIVIT FORT (Lab. Lescuyer) le matin à jeun (un par jour)
    On n’a plus parlé de ses douleurs….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *