Et si vous n’aviez plus jamais d’allergies printanières ?

Il y a quelques semaines, vous avez reçu une lettre sur la meilleure façon de préparer votre printemps. Si vous avez suivi mes conseils, vous ne devriez pas avoir de difficultés à commencer cette saison en pleine forme !

Il se peut cependant que si, d’une part, vous avez un terrain personnel allergique et que, d’autre part, vous êtes dans un environnement allergisant, avec autour de vous des arbres comme le mimosas, le cyprès et le platane en fleurs (bientôt), vous soyez en mauvaise posture.

Dans ce cas, je vais vous donner encore quelques conseils qui vous seront bien utiles.

Vent, pollen et pollution : le trio redoutable

Les allergies printanières sont en recrudescence depuis quelques années, et nous sommes nombreux à en chercher la raison.

La pollution des villes (particules fines, ozone) et la pollution des champs (pesticides, herbicides) s’allient aux pollinisations pour vous perturber. Il faut ajouter à cela les vents violents que l’on observe de plus en plus souvent du fait du dérèglement climatique.

On a constaté une augmentation de 2 à 7 % des passages aux urgences pour crise d’asthme lorsqu’on passe d’un niveau bas à un niveau haut de pollution. Les allergènes, dont les pollens en particulier, ont effectivement une relation complexe avec les polluants de l’air.

Les polluants aggravent la toxicité du pollen :

  • Des particules fines (ozone, dioxyde de soufre ou dioxyde d’azote) fracturent les pollens et les rendent émetteurs d’allergènes ;
  • Certains polluants gazeux (dioxyde d’azote), ainsi que l’eau, provoquent l’émission de particules nocives par le biais des pollens ;
  • Des polluants se déposent sur les pollens pendant le « voyage » de ceux-ci dans l’air et les rendent plus agressifs.

Les particules fines respirées irritent les muqueuses respiratoires et oculaires, rendant les voies respiratoires plus réceptives, et facilitent l’accessibilité des pollens dans l’organisme. La sensibilité des individus aux pollens est ainsi accrue lors des pics de pollution. C’est pourquoi même dans les villes où il y a peu de verdure, la population citadine est de plus en plus sensible aux allergies.

Comment savoir si je suis vraiment allergique en ce printemps ?

  • Le nez me démange et j’éternue souvent ;
  • Mes yeux sont rouges et irrités ;
  • J’ai le nez qui coule ;
  • J’ai des démangeaisons au niveau du palais ou des oreilles ;
  • Je suis anormalement fatigué(e) et j’ai des douleurs musculaires.

Comment vous protéger ?

  • Ne sortez pas sans lunettes ou lunettes de soleil afin de préserver vos yeux ;
  • Portez un chapeau, un foulard ou une casquette pour éviter que les pollens s’accumulent dans vos cheveux ;
  • Ne vous frottez jamais les yeux, même s’ils vous démangent ;
  • Fuyez la fumée de tabac ;
  • Si vous jardinez ou faites des promenades près d’arbres ou de plantes en fleurs, portez un masque et des gants ;
  • Aérez régulièrement vos pièces le matin, le plus tôt possible quand la pollution atmosphérique est à son minimum.

Que manger ?

Les excès de protéines animales (viandes, fromages, laitages), et donc de graisses saturées, sont « pro-inflammatoires ». Remplacez ces protéines, de préférence le soir, par un repas végétarien, en associant céréales et légumineuses. Même en l’absence d’intolérance au gluten diagnostiquée, essayez de privilégier les céréales sans gluten, car ce dernier favorise l’expression de l’inflammation : riz thaï, sarrasin, millet et surtout quinoa.

Limitez votre consommation de produits laitiers, quelle qu’en soit l’origine, et de produits trop raffinés qui vous privent de beaucoup de micro-nutriments indispensables pour lutter contre les allergies.

La complémentation nutritionnelle à votre secours

La complémentation nutritionnelle de base peut se résumer à quatre nutriments :

  • Le magnésium ;
  • Le zinc ;
  • La vitamine C ;
  • La quercétine.

À ce propos, je vous renvoie à ma lettre publiée le 8 juillet 2016.

Dès que vous suspectez une menace d’allergie, je vous conseille de prendre 2 fois par jour, matin et soir :

  • Des capsules d’huile d’onagre: 1000 à 2000 milligrammes par jour ;
  • Du zinc sous forme de bisglycinate ou de glycérophosphate, au moins 200 milligrammes, matin et soir ;
  • De la vitamine C, si possible sous forme complexée aux bioflavonoïdes et à « action prolongée » : minimum 750 milligrammes 2 fois par jour ;
  • Au choix avec la vitamine C, de la quercétine : 700 milligrammes 2 fois par jour. Cette dernière, que l’on trouve sous la peau des pommes, peut être encore plus efficace que la vitamine C pour réduire les allergies et les inflammations de toute nature. La quercétine est un polyphénol qui, d’après des études menées en laboratoire (in vitro et sur des animaux), stabiliserait les membranes des cellules responsables de la libération d’histamine : les mastocytes. En diminuant ainsi la production d’histamine, la quercétine agit directement à la source des réactions allergiques et des symptômes qui lui sont liés.
  • D’autres compléments nutritionnels peuvent venir à votre secours : grâce à leurs effets anti-inflammatoires et antiœdémateux, le curcuma et la bromélaïne, une enzyme extraite de l’ananas, sont clairement indiqués ;
  • L’effet de l’œuf de caille sur les sensibilités aux allergènes a été découvert par hasard, dans les années 1960, par le docteur Truffier. Ce dernier fit le constat que les éleveurs de son entourage qui réalisaient régulièrement des cures d’œufs de caille voyaient leur sensibilité réduite. Il mit alors en évidence le rôle particulier de deux substances contenues dans les œufs de caille, influant positivement sur les signes des allergies, en bloquant des enzymes spécifiques. Les œufs de caille sont donc pleinement recommandés pour soulager les allergies saisonnières, mais également les maladies telles que le psoriasis et l’emphysème pulmonaire.

On recommande des cures de 6 à 7 semaines, mais il faudrait avaler plus de deux cents œufs par jour pour que cela soit efficace ! Heureusement, les œufs de caille existent à dose concentrée sous forme de complément alimentaire.

On trouve, actuellement, deux compléments alimentaires qui contiennent la majorité des nutriments que je viens de vous décrire :

  • Le premier, « Aller’Vital », associe bromelaïne, zinc, quercétine, curcuma et des bourgeons de cassis pour lutter contre l’inflammation. N’oubliez pas, si besoin, d’ajouter de l’huile d’onagre, de la vitamine C ou de la quercétine.
  • Le second, appelé « œufs de caille synergisés », est proposé par le laboratoire COPMED. Il associe aux œufs de caille, curcuma, ortie, zinc et manganèse. On recommande une cure de 2 à 3 gélules par jour avant l’arrivée des allergènes.

Vous pouvez très bien associer ou alterner ces deux complexes.

L’arme absolue contre les allergies printanières

Si vous avez encore des symptômes malgré ces recommandations – ce qui m’étonnerait fort cependant –, il existe encore une solution : c’est la micro-immunothérapie.

La micro-immunothérapie est une approche thérapeutique appartenant au domaine de l’immunothérapie. Son objectif est de redonner la parole au système immunitaire afin de rééquilibrer son fonctionnement, en harmonie avec les mécanismes naturels du corps. 

Elle se distingue par l’utilisation de substances possédant des propriétés régulatrices en low et ultra-low doses, c’est-à-dire préparées à des concentrations similaires ou inférieures à celles que l’on trouverait dans l’organisme.

Il existe de multiples préparations adaptées à des pathologies bien différentes, telles que les infections chroniques, les inflammations, les dépressions, le soutien de certains traitements anti-cancéreux et… les allergies.

Dans ce dernier cas, il s’agit de la préparation « LABO LIFE 2L ALERG ».

Celle-ci permet d’agir dès le déclenchement de la réaction allergique, avec la différenciation des lymphocytes T en Th1/Th2, puis à toutes les étapes de la réaction.

Les composants sont à doses très diluées et sans danger. Ils peuvent être associés à toute autre thérapie.

Avant d’envisager un traitement, je vous conseille de consulter un praticien habitué à ce genre de prescription et, si besoin, de contacter « Labo’Life ».

Dans le cas qui nous intéresse, vous pouvez, sans crainte, utiliser la formulation LABO 2L ALERG. Commandez-la à la pharmacie Corbion (en Belgique) sur cette page.

Suivez bien le mode d’emploi qui précise d’ouvrir les gélules, de les mettre sur la langue et de respecter un ordre précis.

Vous pouvez envisager une prise par jour, mais dans les cas graves, il m’est arrivé d’en conseiller 2 à 3 prises quotidiennes.

Et l’homéopathie ?

Je ne l’oublie pas, bien qu’avec tout ce que je viens de vous décrire, vous en aurez moins besoin.

« Poumon histamine » est un remède homéopathique obtenu à partir du poumon de cobaye, lorsque celui-ci a fait un choc anaphylactique après une sensibilisation à l’ovalbumine. Il contient de très nombreux médiateurs de l’allergie et de l’inflammation : histamine, leucotriènes…

Il est indiqué dans les allergies des voies respiratoires et a une action particulière sur le larynx et la trachée, où il réduit l’inflammation.
Les travaux de recherches expérimentales ont confirmé l’action des hautes dilutions de « Poumon histamine » sur le mécanisme de la réaction allergique, en particulier parce qu’il permet de réguler le processus cellulaire principal des allergies.

En cas d’inflammation allergique aiguë, je le conseille en dilution 9 CH, à raison de 5 granules au réveil et coucher. En prévention, avant la saison des allergènes, je conseille 5 granules en dilution 15 CH au coucher, ou une dose en 15 CH chaque dimanche.

Le venin d’abeille Apis est un très bon remède pour toutes les inflammations avec œdèmes. Prenez-en 3 granules en dilution 5 CH, 2 à 4 fois par jour.

Si vous avez un rhume avec yeux rouges et larmoiement incessant, abondant et brûlant, prenez Euphrasia, surtout si votre écoulement nasal n’est pas irritant et que le grand air vous fait du bien : 5 granules en dilution 4 CH matin et soir.

Enfin, si vous éternuez souvent, que vous avez le nez qui coule, une laryngite avec voie rauque, n’hésitez pas à prendre Allium Cepa (l’oignon !) en dilution 9 CH plusieurs fois par jour.

N’oubliez pas de prendre (et d’avoir dans votre pharmacie personnelle) des bourgeons de Ribes Nigrum (le cassis) qui améliorent l’inflammation et diminuent l’œdème de tous les états allergiques : asthme, bronchite, rhume des foins, coryzas. Prenez 10 gouttes ou une capsule de macérat glycériné 3 fois par jour, ou plus si besoin.

Un dernier conseil ?

N’hésitez pas à vous hydrater au maximum en période de réaction allergique : l’eau est le premier des remèdes en médecine ayurvédique !

Constituez-vous une pharmacie personnelle que vous composerez en fonction de vos symptômes habituels et des remèdes dont vous aurez constaté l’efficacité sur vous-même. Ainsi, le printemps, le vent et les pollens ne seront plus jamais vos ennemis !

Docteur Dominique Rueff




N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


6 réponses à “Et si vous n’aviez plus jamais d’allergies printanières ?”

  1. Poizot dit :

    Bonjour
    Dans les allergies , on parle souvent des allergies aux pollens, aux animaux…etc, mais on ne parle jamais des allergies au soleil et avec l’arrivée du printemps, la galère commence! Il parait que ce ne sont pas vraiment des allergies, mais le problème existe et je n’ai pas encore trouvé de solution au problème. Boutons, rougeurs, démangeaisons à chaque exposition sur la peau blanche. Les symptômes disparaissent dès que la peau est suffisamment bronzée. Y a t il des solutions, le protocole que vous proposez dans votre lettre est il applicable?

  2. Penichon dit :

    Êtes vous sûr de vos données dans ce paragraphe ?:
    Du zinc sous forme de bisglycinate ou de glycérophosphate, au moins 200 milligrammes, matin et soir

  3. Rochard dit :

    Bonjour, je suis toujours très intéressée par vos lettres.
    Je voulais ajouter une méthode pour être debarasssé définitivement de son allergie: la méthode NAET pratiquée par un médecin homéopathe. Méthode mise au point par une femme médecin allergique.
    Voir sur internet la description.
    Et ça marche magnifiquement.

  4. ANTHINIAC Didier dit :

    Bonjour
    Dans votre dernière lettre  » Et si vous n’aviez plus jamais d’allergies printanières ? « , vous nous proposez d’obtenir gratuitement un de vos livres  » Optimisez votre santé grâce aux compléments alimentaires  » par l’intermédiaire d’un abonnement à  » Alternatif Bien-Être « .
    Le seul petit problème, c’est que j’y suis déjà abonné.
    Donc, est-ce que je peux obtenir votre livre (moyennant finance bien-sûr) par un autre moyen que celui proposé?
    Merci d’avance pour votre réponse.

  5. Dr Rueff dit :

    Vous avez raison, c’est bien entendu 20 milligrammes matin et soir

  6. Dr Rueff dit :

    Le livre est envoyé gratuitement aux abonnés
    Prenez contact avec SNI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…