La DHEA est-elle l’hormone de jouvence ?

Je ne compte pas le nombre de patients que j’ai vus dans ma carrière et qui manquaient de DHEA.

Pourtant, bien peu nombreuses sont les personnes qui savent vraiment ce qu’est la DHEA, ce qu’elle peut faire mais, également, ce qu’elle NE peut PAS faire.

Quand le Professeur Samuel Yen a publié les premières études sur la DHEA aux États-Unis en 1994, le monde entier écarquillait les yeux. On venait de « découvrir » une « hormone de Jouvence », la « pilule de l’éternité », une pilule « pour vieillir jeune ». Certains n’hésitaient pas à parler de la DHEA comme d’une véritable corne d’abondance…

Mais qu’en est-il vraiment ?

Qu’est-ce que la DHEA ?

Cette « hormone de jeunesse », on l’a tous en nous. La DHEA ou déhydroépiandrostérone est une hormone produite principalement par les glandes surrénales et plus faiblement par les ovaires et/ou les testicules et le cerveau. C’est d’ailleurs l’hormone la plus abondante dans l’organisme.

Dans la grande chaîne de la synthèse des hormones dites « stéroïdes », dérivant toutes du cholestérol [2], on trouve : la prégnénolone (dont nous reparlerons), la DHEA, puis, globalement et en fonction des sexes, les hormones masculines (androgènes) dont DHEA et testostérone, et les hormones féminines comme les œstrogènes et la progestérone. En quantités différentes, ces deux types d’hormones sont présents dans les deux sexes et essentiels à une santé optimum.

Sans que la question ne soit définitivement tranchée, il semble que la DHEA agisse de deux manières :

  • En tant qu’hormone spécifique, en particulier en tant qu’hormone surrénalienne, elle agit sur la fatigue surtout chez les sujets qui manquent de DHEA avant d’en prendre ;
  • En tant que précurseur d’hormones sexuelles, d’où les contre-indications classiques des supplémentations en hormones sexuelles [3].

Quand on l’interrogeait sur les effets réels de la DHEA, le Pr Baulieu, qui a été l’un des premiers à étudier cette hormone, avant-même Samuel Yen, répondait [4] : « Beaucoup ont supposé qu’en prenant de la DHEA, ils resteraient jeunes. En fait, si l’état de santé est normal, moyen, ça n’a aucun effet. En revanche ce type d’hormone agit quand quelque chose va mal. »

Je dois avouer que je le rejoins totalement sur ce point. Mon observation personnelle et mon expérience auprès de mes patients [5] ces quinze dernières années me l’ont confirmé : il faut remettre la DHEA à sa place, c’est-à-dire en prévention des effets de l’âge. Mais il faut arrêter de la parer de vertus miraculeuses.

À l’inverse, cette hormone que l’on encense est très régulièrement critiquée et mise en cause par les administrations américaines (FDA) et européennes.

Reste-t-elle un maillon incontournable d’une bonne stratégie de longue vie ?

Ce que la DHEA fait sur votre corps

  • Augmentation de la masse osseuse

C’est dans mon expérience « un grand classique ». Cela souligne l’importance de faire doser la DHEA chez toute personne suspectée de fragilité osseuse. L’activité de la DHEA sur la masse osseuse est trop souvent ignorée, alors même que des études ont prouvé, tant chez l’homme que chez la femme, une action significative sur l’amélioration de la densité et de la solidité osseuse. Chez l’homme, cette action est obtenue par supplémentation conjointe de testostérone. Ces faits ne doivent absolument pas exclure la recherche d’autres besoins et la correction éventuelle des apports en calcium, vitamine D, magnésium, bore, vitamine K, silicium…

  • Limite les prises de poids liées à l’âge

La DHEA permet aux personnes vieillissantes de limiter leur prise de poids et leur gain de masse grasse au profit de la masse maigre, c’est-à-dire du muscle. Il s’agit bien, vu sous cet angle, d’un ralentissement du vieillissement puisque le rapport masse maigre/masse grasse, tel qu’il est analysé dans certains centres spécifiques de médecine de la longévité, est bien un « marqueur de vieillissement ».

  • Ralentit la résistance à l’insuline

De nombreuses études [6] ont montré que la DHEA comme la testostérone contribuaient à ralentir l’apparition de la « résistance à l’insuline », cause d’obésité et souvent annonciatrice de diabète de type II (dit non-insulinodépendant).

  • Réduit le risque cardiovasculaire

La DHEA réduit aussi les risques cardiovasculaires précoces qui sont souvent associés à cette résistance à l’insuline. D’autres études montrent des bénéfices cardiovasculaires par l’intermédiaire d’une baisse du mauvais cholestérol (LDL) et d’une action « fluidifiante » sur le sang.

Il y a quelque chose qui me gêne à la lecture des différentes études publiées sur la DHEA. La plupart du temps, elles me paraissent en décalage avec mon expérience et mes observations.

Je crois que ce qui explique ce décalage, c’est que les doses préconisées sont en général beaucoup trop faibles.

Chez certains patients, des bénéfices réels sont obtenus avec une dose de 10 à 25 mg par jour, d’autres n’auront de résultats positifs et palpables qu’à partir de 50 voire 100 mg, par période de 24 heures.

  • Force et volume musculaire

La DHEA contribue à accroître la force et le volume musculaire. Il existe même une étude sur son action positive concernant une maladie génétique que l’on nomme « dystrophie myotonique de Steinert ». Une autre étude japonaise sur 11 sujets a confirmé l’amélioration significative sur le muscle ainsi que sur les conséquences cardiovasculaires de cette maladie.

  • Fatigue et stress : des effets parfois spectaculaires !

J’ai souvent rencontré, et dans les deux sexes, de jeune adultes (de moins de 40 ans), fatigués, souvent victimes de stress chroniques et prolongés. Je me suis aperçu que, la plupart du temps, ils avaient des taux effondrés de DHEA. C’est précisément chez eux qu’une supplémentation guidée par l’observation de la clinique et de la biologie peut conduire à des effets vraiment spectaculaires.

Il ne s’agit plus alors d’un problème de prévention de « vieillissement ». Il est ici question d’une véritable pathologie fonctionnelle liée à leurs taux : on manque de tonus physique et psychique après avoir été soumis à des stress importants et chroniques qui ont effondré les taux de DHEA au profit de celui du cortisol.

Ce phénomène peut être transposé à la plupart des hormones, mais il est particulièrement significatif en ce qui concerne la DHEA.

C’est pourquoi il me semble judicieux de conseiller de faire mesurer son taux de DHEA, même dès la trentaine ou en cas de fatigue inexpliquée.

Il faut ajouter que, dans le plasma, une augmentation du rapport cortisol/DHEA est souvent un signe de grand stress. Ajuster son taux de DHEA à ce qu’il devrait être à la trentaine est une excellente façon d’augmenter sa résistance au stress et d’être beaucoup plus « zen ».

  • Impact sur la peau et les muqueuses

C’est un des résultats validés par l’étude du Pr Baulieu : l’optimisation de votre taux de DHEA améliore l’aspect, la souplesse, la douceur et l’hydratation de la peau. Il en est de même pour toutes les muqueuses.

N’hésitez pas à doser ou faire doser votre taux si vous avez la peau trop sèche (et à prendre plus de bons acides gras !).

Est-ce que je manque de DHEA ?

Voici quelques indications qui devraient vous permettre de répondre vous-même à cette question :

  • Si je suis anxieux ou triste, sans raison
  • Si je suis trop fatigué(e) par rapport à mon âge et mon activité
  • Si j’ai tendance à prendre du poids, sans raison
  • Si j’ai de la cellulite, les muqueuses trop sèches, il y a de fortes chances que mon taux soit trop bas.
  • Si ma libido est en berne, il est possible que je manque de DHEA et probablement aussi de testostérone (pour les deux sexes). De même si ma pilosité diminue, en particulier sous les bras et sur le pubis.
  • Si mes muscles se relâchent ou si ma mémoire diminue sans raison, il sera intéressant de faire doser mon taux de DHEA (et de prégnénolone) et de me supplémenter jusqu’à atteindre les taux physiologiques de l’âge de 30 ans.

Non, la DHEA n’est pas réservée aux personnes âgées !

Il faut bien comprendre que si nos taux de DHEA baissent régulièrement dès l’âge de 25 ans, certains ont, même jeunes, des taux relativement plus faibles que la moyenne. Cette hormone n’est donc pas réservée à un public âgé, et il peut être vraiment intéressant d’en prendre assez tôt si certains signes indiquent une déficience.

D’autres effets plus difficiles à confirmer ?

La DHEA a de nombreux autres effets bénéfiques que l’on a encore du mal à confirmer de façon très claire. Voici quelques uns de ces bienfaits :

  • Effets sur le maintien ou l’amélioration des fonctions cérébrales et cognitives (mémoire), effet « antidépresseur « like ». C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est recommandé de prévenir son médecin s’il vous prescrit des médicaments dits « antidépresseurs » dont la DHEA peut modifier l’effet.
  • Effets sur la libido et bien au delà des conclusions de l’étude DHEâge, j’ai observé des effets positifs dans les deux sexes et à tout âge, mais il est vrai qu’ils sont plus facilement détectables chez la femme que chez l’homme.
  • La DHEA peut avoir un effet positif sur la fertilité : une supplémentation de 80 mg par jour chez des femmes n’ayant pas eu de réponse à des traitements classiques est en mesure de déclencher une ovulation [7].
  • L’amélioration de l’immunité reste plus difficile à prouver mais je connais de nombreuses personnes qui, pour cette raison, ne veulent plus se passer de DHEA, comme elles ne veulent pas se passer, surtout en automne et en hiver, de vitamine C, de zinc ou de vitamine D…

Faut-il se méfier de la DHEA ?

Est-ce que la prise de cette hormone présente des risques ou des contre-indications ?

Permettez-moi de redonner ici la parole au Pr Baulieu : « Par précaution, on n’en prescrit pas à un patient qui a un cancer du sein ou de la prostate… Et on a peut-être tort d’ailleurs, mais on s’abstient car certaines vieilles théories prévalent toujours. En dehors de ces cas limites, il n’y a pas d’effets secondaires de la DHEA. C’est un point très important ».

Je crois que tout est dit, je partage complètement les propos de mon éminent confrère. Sauf sur un point : par précaution je ne conseille pas de DHEA à quiconque ayant eu un cancer dit « hormonodépendant ». Cela étant, il s’agit là plus d’une précaution « médico-légale » que d’une opinion scientifiquement fondée.

L’étude du Pr Baulieu l’a bien souligné : aux doses classiquement préconisées (10 à 100 mg par jour) il n’y a que de faibles effets secondaires qui n’apparaissent, en fait, que si l’on a dépassé les doses utiles, ce que le suivi des dosages devrait pouvoir éviter.

En pratique j’ai parfois remarqué, sans aller jusqu’à l’acné, que la peau pouvait devenir trop grasse. C’est le signe évident que les doses quotidiennes doivent être réduites. Il en est de même pour l’apparition de rares hirsutismes (augmentation de la pilosité) qui disparaissent dès la diminution des doses.

Médicament, complément alimentaire ou dopage ?

Aux Etats-Unis et dans certains pays européens, la DHEA est considérée comme un complément alimentaire. En France, elle est autorisée comme un médicament et ne devrait, en théorie, être délivrée que sur prescription médicale. Pourtant, le moins que l’on puisse dire, c’est que les médecins français ne sont pas vraiment encouragés à en prescrire.

Cela étant, la législation transfrontalière n’empêche personne de la commander dans un pays où elle est considérée comme un complément alimentaire. Il est toutefois évident que, dans ce cas, cela reste sous la seule responsabilité du consommateur.

On peut insister sur le fait qu’aux doses inférieures à 50 mg par jour, en respectant les contre-indications et en adaptant la dose en fonction de la réaction cutanée, il n’a pas été identifié de dangers.

Amis sportifs, attention ! La supplémentation en DHEA est totalement proscrite chez les sportifs faisant des compétitions, pouvant, dans ce cas, être assimilée à un dopage.

De quelle manière faire doser sa DHEA ?

Je pense vous avoir déjà fait comprendre qu’il était important de connaître son taux de DHEA. Et cela même si l’on est jeune, surtout en cas de fatigue ou de stress prolongés.

N’importe quel laboratoire d’analyse peut le faire et le dosage est peu coûteux. Il faut faire doser la forme circulante, c’est-à-dire le sulfate de DHEA (S-DHEA).

En revanche, écoutez-moi bien… Ne vous amusez pas à interpréter vous-mêmes les résultats, car l’équilibre hormonal toujours complexe nécessite d’être interprété par un praticien habitué.

Globalement, le taux plasmatique idéal de DHEA, différent chez l’homme et chez la femme, doit être voisin du taux plasmatique moyen observé vers la trentaine, âge où le taux de DHEA est à son maximum.

En ce qui me concerne, il n’est pas question de conseiller de la DHEA sans avoir un dosage et un éventuel bilan hormonal complet. Inutile en effet de surcharger quelqu’un qui n’en a pas besoin ou de décevoir un autre avec des doses trop faibles… On peut aussi faire réaliser des dosages salivaires de DHEA. Ils sont très fiables et évitent une prise de sang.

Comment choisir sa DHEA ?

La DHEA est un produit pur et de synthèse : ne croyez pas aux précurseurs de DHEA dont votre corps est incapable d’assurer la transformation « in vivo ».

La DHEA est aujourd’hui disponible en pharmacie sur prescription médicale. Certains sites Internet proposent également une DHEA dite de « qualité pharmaceutique ». Renseignez-vous auprès de ces sites.

À vous de choisir en fonction de votre situation personnelle, de l’avis de votre médecin, de votre motivation et des prix. Mais dans tous les cas, évitez l’automédication, et compte tenu des interactions de la DHEA avec les nombreux métabolismes que nous avons décrits, prévenez votre médecin de votre choix.

Une nutrition mal adaptée peut renforcer les déficiences

Les carences en acides gras, en particulier en oméga-3 et 9 peuvent induire des déficits en DHEA : consommez au quotidien de l’huile d’olive et de colza ou de chanvre ainsi que des petits poissons gras (sardines, anchois, maquereaux)…

Les déficiences en antioxydants (vitamine A, vitamine E naturelle, tocophérols, sélénium, magnésium et zinc) augmentent la consommation de DHEA.

Et la ménopause dans tout ça ?

Mes patientes me posent souvent cette question : puis-je prendre de la DHEA si je suis un autre traitement hormonal, en particulier pour la ménopause (ou l’andropause) ?

La réponse est oui ! Faiblement androgénique, la DHEA n’interfère pas avec la sécrétion de testostérone. Elle ne la remplace donc pas lorsque cette dernière est indiquée, en particulier après la cinquantaine.

Même si en théorie elle peut augmenter légèrement la sécrétion d’hormones sexuelles chez la femme, la DHEA ne les remplace pas non plus et n’est donc pas contre indiquée en cas de traitement hormonal de la ménopause. Au contraire, on a vu qu’elle pouvait améliorer la libido et l’état de la peau.

De même, la prise de DHEA ne remplace pas la prise d’autres hormones quand elles sont nécessaires : qu’il s’agisse d’hormones surrénaliennes comme le cortisol ou d’hormones thyroïdiennes ou d’hormone de croissance (dans les pays où elle est autorisée). Les déficiences en hormones thyroïdiennes et en testostérone peuvent même réduire la production de DHEA.

Si vous n’êtes pas « au top » de votre forme, contrôlez votre taux de DHEA !

La DHEA est une supplémentation hormonale essentielle chez beaucoup d’entre nous. Il semble aussi indispensable de connaître son taux de DHEA que son taux de zinc, de sélénium, de cuivre ou de fer, en particulier si l’on sent que sa forme n’est pas au top.

Il ne faut jamais se supplémenter sans connaître et suivre son taux, ni négliger ses réactions personnelles. Il est essentiel de prendre l’avis d’un thérapeute averti des indications et contre-indications.

Toutefois, une fois encore, toutes les études semblent indiquer que des doses quotidiennes inférieures à 25 mg chez les femmes et 50 mg chez les hommes ne présentent guère de danger.

Pensez donc à faire un dosage salivaire ou à demander à votre thérapeute un dosage plasmatique de sulfate de DHEA (S-DHEA).

À partir de là, vous pourrez atteindre ou maintenir la dose utile de DHEA pour atteindre la forme, la maintenir et prévenir bon nombre d’affections liées au vieillissement et à la baisse naturelle de DHEA avec l’âge, ainsi qu’aux multiples expositions au stress de nos vies à tous !

Je dois vous laisser. A très bientôt, et d’ici là, surveillez bien votre messagerie.

Docteur Dominique Rueff




N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


27 réponses à “La DHEA est-elle l’hormone de jouvence ?”

  1. docteur Gillet dit :

    DHEA??j’ai lu l’article .j’ai 68 ans et j’ai pris de la DHEA pendant 8 ans :l’année derniere j’ai eu des poussées hypertensives necessitant un traitement médicamenteux et surtout j’ai pris du poids!! il y a 2 mois jj’ai tout arreté .ma tension est redevenue normale et je perds du poids en mangeant normalement .curieux!! je précise que je suis médecin et que j’ai fait tous les controles sanguins!!!si la DHEA diminue avec l’age il serait sage de respecter la NATURE!!

    • Alain ANDREU dit :

      Le professeur Beaulieu en prend depuis plus de vingt ans… il en a maintenant 90.. en pleine forme ! Personnellement j’en prends depuis 3 ans (j’ai 48 ans), suite à un dosage de sulfate de DHEA effondré.
      Ce que ne dit pas l’article : attention, une partie de la DHEA peut s’aromatiser en oestrogène, ce qui peut être génant chez l’homme âgé ou avec des problèmes de prostate. Dans ce cas, la 7 keto DHEA est conseillée, car elle ne se métabolise pas en oestrogène mais garde les propriétés de la DHEA.
      Enfin, la DHEA peut abaisser d’environ 20% le cortisol, ce qui peut être génant chez ceux qui en sont déficients. D’ailleurs ces 2 hormones vont de concert; on ne devrait jamais perscrire de la cortisone seule sans DHEA; la seconde gomme les effets secondaires de la première.
      Considérer que le vieillissement ne doit pas être contré est un point de vue respectable mais discutable. C’est celui de la médecine de la chaise roulante, avec ses services de gériatrie remplis de personnes âgées dépendantes du personnel soignant.

  2. SABY Georgette dit :

    Bonsoir,

    Alain ANDREU qui a mis un commentaire ci-dessous parle de la DHEA 7 KETO, une nouvelle formule sans oestrogènes, ce qui me conviendrait (j’ai eu un cancer du sein en 1980, mais depuis le temps, peut-être pas de soucis?)

    Je n’ai trouvé qu’un laboratoire « BIOVEA » qui fait cette formule. Vous en connaissez d’autres ? Ou bien me conseillez-vous de rester sur la simple DHEA ?Je viens de faire un dosage plasmatique de sulfate de DHEA tout à fait normal.

    Avec mes remerciements ,

  3. Janine Andresen dit :

    Ce nouveau article sur le DHEA m’a vraiment passionnée.
    J’ai 73 ans, une excellente hygiène de vie et donc une très bonne santé (aucune carence, aucune traitement).
    Un médecin m’a rescrit de 57 à 64 ans la DHEA, parallèlement au TSH.
    Je suis rassurée de savoir qu’il n’y a pas d’incompatibilité.
    J’aimerais bien connaître mon taux actuel de DHEA !

  4. Pierre Pougeard dit :

    Et pas un mot du 7-Keto…

  5. Ruf dit :

    Je ne suis pas sûre que la prise de DHEA soit sans effets secondaires. Il y a plusieurs années j’en ai pris après analyses sérieuses à l’hôpital américain. Je n’ai aucun cancer mais tendance à avoir des nodules dans le sein. L’effet à été immédiat et catastrophique. Multiplication des nodules, le gynécologue m’a fait arrêter immédiatement.

    • Crochet Didier - Magnétiseur dit :

      la DHEA est un complément alimentaire. oui, un complément super, mais cela ne peut pas être une panacée à elle seule, si l’alimentation n’est pas équilibrée,ni suffisante.
      Avec chaque jour une consommation de pomme ENTIERE –> peau + pulpe + écraser les pépins, vous auriez mis plus de chance de votre coté.
      il faut de tout pour un bon équilibre alimentaire.
      La pomme avec ses 3 composants, équilibre avantageusement la DHEA sur le problème évoqué.

  6. Picot dit :

    Bonjour,

    Je viens de faire doser mon taux de DHEA . Celui est très bas . Mon medecin refuse de me prescrire cette fameuse DHEA.
    J’ai 68 ans dans un mois , je suis sous levoyhyrox .. Et donc ma question est : ou puis je me procurer de la « vraie  » DHEA sur internet ? Existe t il des sites de confiance ?

    Merci d’avance et merci de nous informer comme vous le faites .

    • Klein dit :

      Bonjour Picot ,
      Je prends 50mg de DHEA par jour depuis 2003 .J’ai 69 ans et je suis en pleine forme .J’ai commandé à
      plusieurs sites internet et analysé le contenu des gélules en diluant le contenu d’une gélule dans de l’alcool
      puis observation au microscope grossissement 200 ou 400X . La DHEA a une structure particulière qu’on ne peut confondre avec aucune autre. Eh bien ! Toutes les marques différentes contenaient effectivement de la DHEA.

  7. Pascale dit :

    Bonjour,

    Encore un super message de la part du Dr Rueff.
    Merci pour ce nouveau souffle apporté dans les lettres SNI !

    J’aurais aimé que vous parliez davantage des causes de l’effondrement de la DHEA mise à part le stress et le vieillissement, comme dans la médecine intégrative que vous prônez.
    Horowitz en parle bien dans son super livre avec l’axe hypothalamus-hypophyse-surrénales perturbé par les cytokines inflammatoires générées par un stress physique/psychique d’origine infectieuse.
    Peut-être une autre lettre pour parler de cet axe HHS ?

    Une autre question, et si on manque de soufre (on serait bcp à en être carencé), pas de DHEA sulfaté ?
    Merci pour vos lettres

  8. treigner dit :

    Bonjour,
    J’ai lu avec intérêt votre article sur la DHEA.Bien que mon taux soit trop faible ,j’ai fait plusieurs essais de prise de cette hormone mais à chaque fois après seulement quelques jours et même avec la dose la plus faible j’ai eu des boutons genre acnée alors que je n’en ai jamais-(même pas eu en période d’adolescence!).J’aurai 70 ans fin de ce mois.
    Avez vous une réponse et une solution à me proposer?Est ce que la DHEA -7keto dont certaines personnes citent le nom me conviendrait mieux ? D’avance merci pour la réponse

    • Dominique valentin dit :

      Bonjour,
      Dans le cas où vous réagisssez mal à la DHEA je vous conseille un substitut naturel à la dhea comme la maca (https://www.maca-bio.com/un-substitut-a-la-dhea)
      En revanche attention aux arnaques, car il existe deux types de maca une efficace cultivée sur les hauts plateaux dite: « maca lepidium peruvianum chacon » et une beaucoup moins efficace car contenant beaucoup moins de substance active, la maca meyeni walpers. Cette seconde est certes moins cher mais également beaucoup moins efficace.

  9. Marie Duval dit :

    C’est bien joli de nous dire de nous supplémenter en DHEA, mais vous n’expliquez absolument pas ce qui serait à l’origine d’une éventuelle déficience en cette hormone. L’homme augmenté si à la mode avec les nanotechnologies c’est aussi un humain supplémenté en des tas de substances que son corps produit en principe naturellement. Dans le cas d’une insuffisance (dont le rapport causal sur un certain nombre de symptômes listés reste à prouver: concomitance n’est pas causalité) il serait intéressant, surtout chez les sujets relativement jeunes, d’en explorer les raisons plutôt que de doper l’organisme. Je me demande toujours si la supplémentation n’empêche pas au contraire l’organisme de se remettre à fabriquer les hormones dont il a besoin. Fatigue, peau sèche etc sont des symptômes qui doivent nous avertir que quelque chose ne va pas (et c’est souvent lié au mode de vie) plutôt que de nous inciter à effacer les symptômes.

  10. robert pierron dit :

    La DHEA active la production d hormones de croissance qui sont en nombre limite. On abrège donc son existence.
    Cf les travaux de Gernez et d opinion de Willhem. Qu en pensez vous?

  11. mestr dit :

    Bonjour Dr Rueff
    J’ai été abonné à la revue du DR Hertogue qui soigne à coup d’hormones de synthèse alors qu’à priori cela était proposé par des revues prônant la santé naturelle.
    Autant il est intéressant de connaitre les effets d’un manque de DHEA, autant j’attends d’une lettre pronant la médecine alternative qu’elle nous donne des pistes pour trouver ces mêmes hormones de manière naturelle et non celles qui vont nous donner des effets secondaires qui peuvent nous détériorer encore plus la santé.
    j’ai le sentiment que vous ne répondez pas aux posts…C’est dommage !

    Donc pouvez-vous nous donner des plantes rechargeant en DHEA ?

    Merci
    cordialement
    chris

    • Lemonnier dit :

      Dans sa lettre le docteur Rueff signale(paragraphe:Comment choisir sa DHEA): La DHEA est un produit pur et de synthèse : ne croyez pas aux précurseurs de DHEA dont votre corps est incapable d’assurer la transformation « in vivo ».
      Le docteur Hertogue(sommité dans ce domaine) ne pouvait donc vous prescrire que de la DHEA de synthèse.
      Il y a sur le net plein de site de ventes de soi-disant précurseurs »naturels »de la DHEA.
      Même si cela se révélait vrai,ce serait inutile vu que la transformation ne peut se faire dans le corps « in vivo ».
      L’honnêteté de ce monsieur n’a t’elle pas été sur le fait de ne pas vous mentir?En fait la DHEA n’existe pas dans la nature(elle est obtenue à partir du yam essentiellement
      )
      Attention donc, les produits vendus sous l’appellation DHEA naturelle ou précurseurs de la DHEA sont donc généralement des arnaques.
      Je vous invite à lire ce lien et vous souhaite bonne continuation.
      Pascal

  12. couffy dit :

    Bonjour,

    En tant que pharmacien et biologiste, je déconseille formellement aux patients d’acheter des produits comme la DHEA sur Internet : on se souvient des produits contenant de la mélamine…c’est une sécurité de passer en France par son pharmacien.
    Je vous confirme qu’il n’y a pas beaucoup de prescriptions car je pense que nos amis médecins restent méfiants à prescrire de la DHEA pour 2 raisons : ils ont rarement une démarche préventive « active » et une hormone reste une hormone avec des effets inducteurs sur le métabolisme. La seule indication validée par le Pr Beaulieu est celle concernant la peau. Je pense néanmoins qu’un dosage est un indicateur qu’il faut avoir…quant à la prescription demander à son médecin car il engage sa responsabilité…et surtout pas d’automédication via Internet..
    Jean-François

    • olivier dit :

      Les docteurs en médecine ne prescrivent pas la DHEA parce qu’ils sont incompétents , c’est pas plus compliqué : ils laissent leurs patients se ratatiner sur place dans le respect du cadre légal de la médecine symptomatique : si les gens étaient soignés, il n’y aurait pas de déserts médicaux car ils seraient chez eux en pleine santé au lieu de squatter les salles d’attente lieux de perdition .
      Les Hormones sont la VIE , la DHEA nous manque car nous nous retrouvons en insuffisance surrénalienne bien avant l’âge à cause de notre mode de vie trop sexualisé pas étonnant que les surrénales énormes à la naissance deviennent 2 haricots secs en fin de vie : à trop tirer sur l’élastique , il casse .
      L’automédication étiologique vaut bien mieux que la médecine symptomatique : demandez conseil à votre naturopathe et préférez internet à la pharmacie qui ne propose que des placebos ou des médicaments de confort inutiles ou dangeureux .

  13. frede dit :

    bonjour
    dhea et hirsutisme? une femme avec une plosité masculine peut elle se supplémenter en dhea sachant que c’est légèrement androgénique si j’ai bien compris? les taux hormonaux sont dans la norme malgré cet hirsutisme
    merci

  14. Lacroix francoise dit :

    Ayant des cancers du sein hormono dépendants dans ma famille mon médecin m’avait mise en garde contre la DHEA . J’ai eu moi même ensuite un cancer du sein ,,j’ai parlé de la DHEA à mon oncologue qui y est opposée et qui m’a demandé de mettre en garde mes filles ! Donc , extrême prudence …

  15. mases dit :

    Juliette.
    Bonjour j.ai pris de la DHEA pendant deux ans après la ménopause. Je n avais pas fait de de dosage sanguin. J ai eu en suivant un cancer primitif du péritoine dont j ai guéri puisqu c était en 2001! A l examen anatomopathologique la muqueuse intra utérine avait une structure identique à celle d une femme non menopausee , alors que j avais 60 ans a l époque. Ma cancérologue m a dit que la DHEA avait peut être stimulé le développement de la tumeur via des facteurs de croissance.. J’ai 75 ans et je suis en pleine forme, adepte de produits naturels et d une hygiène de vie saine qui sans être austère n en est pas moins rigoureuse. J exclue au maximum la prise de médicaments. J’apprecie beaucoup vos lettres et vous en remercie.

  16. edith elkabetz dit :

    Bonjour Couffy et bonjour Olivier .
    72 ans dans 3 semaines, je  » bosse  » encore et jusqu’à l’an passé je me sentais dans une forme extraordinaire en dépit de pas mal de coups durs existentiels , sauf que brusquement: ……la goutte qui fait déborder le vase……. un énorme stress en plus , un gros chagrin supplémentaire , et …..plouf !!!!!……
    Le psychisme en cause est une évidence , mais dur, dur d’avoir brutalement le « dos en compote », et de ressentir une fatigue extrême touchant à l’épuisement. Puis, – en dépression- de subir des crises d’anxiété, de profond découragement et de tristesse alternées, de surcroît, OLIVIER, sans avoir « tiré sur la corde, sentir que l’élastique ne va pas tarder à casser « …… de faire un abcès de fixation sur quelques rides plus marquées, une peau desséchée, des kilos qui s’invitent sans raison, et pire que tout, courir après sa mémoire partie de temps en temps en balade ……
    En bref les vilains signes énoncés par le Docteur Rueff….. « la totale » !!!
    Je fais quoi ? s’enfoncer ou réagir ( ? x 2 ) J’avais entendu parler de la DHEA il y a 20 ans à l’apparition de la première simili-ridule, mais d’autres priorités m’ont distraite du « vieillissement ». Je l’accepte un peu, mais juste parce que je sais faire 10 ans de moins que mon âge et ce qui m’empêche d’en rire c’est que – même si j’ai foi en cette bonne « dame nature » que prônent certains dans leur commentaire- je doute fort que son ordre primordial soit de faire la courte échelle aux 3éme âge qui tentent de remonter un étage ….. Alors ? anti-dépresseurs, anti-douleurs, somnifères, corticoïdes ….tout le cortège assorti d’une petite diète ? Et ça à coup plus sûr que la DHEA , ça ne servirait pas à « effacer les symptômes  » ?….. ! …..(comme je l’ai lu dans un commentaire) A Marie Duval , je dirais qu’il n’y a pas que le « mode de vie » en cause , mais parfois, l’ usure des mauvais temps , et juste la Vie elle-même, alors pourquoi ne pas tenter la DHEA ?
    Couffy a écrit:  » un dosage est un indicateur qu’il faut avoir…quant à la prescription demander à son médecin car il engage sa responsabilité…et surtout pas
    d’automédication via Internet. » Voilà qui me paraît sensé , toutefois si l’on sait les médecins du secteur hostiles à la DHEA et contre toute prescription de dosage , difficile d’étendre sa recherche en parcourant au hasard l’annuaire de toute sa région, voire de la France entière …… et, à distance , par voie postale se trouverait-il un médecin assez convaincu et audacieux pour prescrire un dosage S-DHEA / Zinc / Sélénium / Cuivre et Fer …….? Le conseil , Jean-François est judicieux , mais n’apporte
    malheureusement pas de solution concrète .

  17. Bernard Brassac dit :

    DHEA

    Je ne suis pas d’accord avec le Dr Rueff. Je suis franco-australien et vis dans ce pays depuis 30 ans. Des études sérieuses ont été faites par des sommités du monde médical dans ce pays et il y a réellement des risques à consommer de la DHEA.

    Personnellement j’ai 73 ans et je n’ai pas eu besoin de cette hormone « Hazardous » pour avoir des tests de santé d’un homme de 50/55 ans selon mes médecins.

    Le secret ? Une excellente hygiène alimentaire (ce qui contribue pour au moins 80% à une bonne santé globale) et de puissants et efficaces compléments alimentaires : La lutéine, le pycnogenol, l’astaxanthine, le resveratrol, et la curcumine spectrum.

    Essayez et vous verrez rapidement les résultats.

    • Crochet Didier - Magnétiseur dit :

      1-les études du Professeur BEAULIEU,qui en est le premier consommateur, sont très sérieuses. Moi, cela m’a permis de redémarrer après des turbulences très difficiles.
      pour moi, vivre c’est d’abord vieillir en bonne santé.
      2- Le premier gros problème,c’est que cela soigne et/ou guérit trop vite. ET SURTOUT BOYCOTTE les autres médoc.
      3- Est-ce que l’eau est toxique pour le corps ? NON, bien entendu vous me répondrez ! Et bien, buvez donc 6 litres d’eau chaque jour d’une semaine,et vous serez vite malade et hospitalisable. Tout est question d’équilibre! LA BONNE REPONSE, est que la DHEA est bénéfique, mais ne remplacera pas les éléments fondamentaux nécessaires et indispensables dans les repas. les fruits, les légumes verts et/ou colorés ….,
      ——————
      m’enfin que mangeons nous ?
      des patates, des frites, des ships, de la mousseline,
      des pâtes, des nouilles,des spaghettis, des macaronis, des gâteaux, du pain,
      au total, DEUX aliments seulement:
      1- pomme de terre
      2- farine de blé
      Notre alimentation doit être équilibrée et la DHEA fera merveille. J’en ai parlé dans un précédent commentaire à
      SABY Georgette

  18. LOUISE lESSARD. dit :

    J,aimerais bien essayer …ce produit DHEA….
    aussi une amie me dit de prendre ce produit….EURO D 10,000…que pouvez-vous me dire sur ce produit est-ce dangereux???merci

    • Crochet Didier - Magnétiseur dit :

      cela fait bientôt 20 ans que je prends de la DHEA 50mg .
      Je suis client à ce laboratoire 003 52 26 29 95 68 au Luxembourg.
      il est clair que j’ai commencé à me relever à partir de cette date. –> une meilleure santé.
      Aujourd’hui je suis plus en forme qu’à 40ans et 50ans où la vie avait été difficile pour moi. Sans la DHEA, je n’aurai pas pu redémarrer dans ma vie.

  19. Christian STROEBEL dit :

    Je viens de mesurer le taux de S DHEA, 2,99 umol/l cela me parait très faible pour mon âge 53 ans, alors que la norme va de 1 à 15 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *