Ma diète d’automne spéciale vésicule biliaire

Chère amie, cher ami,

Les vacances sont déjà loin pour beaucoup d’entre nous… Peut-être en êtes-vous rentré reposé, ou, comme moi… épuisé !

Un peu trop de chaleur, un peu de laisser-aller, un peu trop d’apéro, de viande et de fromage, de siestes, de prise de poids… et patatras, l’un des petits calculs (encore appelés lithiase) qui occupent ma vésicule biliaire[1] a dû se coincer dans le canal cholédoque[2].

Rassurez-vous, rien de bien grave, pas de douleur ni de colique hépatique, ni de jaunissement de la peau ou des yeux, mais juste ce qu’en d’autres temps, on appelait un « embarras digestif », avec un peu de fièvre pendant quelques jours et une petite tendance diarrhéique après les repas.

C’est assez désagréable, mais pas dramatique. J’espère bien, d’ailleurs, échapper à l’intervention chirurgicale consistant à purger la vésicule biliaire ou à l’enlever – ce qui n’est plus, aujourd’hui, une grosse intervention, sauf si l’on intervient sur un terrain inflammatoire et infecté[3].

Je suis quand même resté au lit quelques jours avec un peu de fièvre, une bouche pâteuse, des nausées, une perte totale d’appétit et d’énergie, et surtout, je ressens encore à ce jour une fatigue importante et ma langue reste toujours blanche.

Bien entendu, j’ai fait réaliser un bilan sanguin, qui n’a rien montré d’autre qu’une petite augmentation de la bilirubine totale[4]. J’ai donc été rassuré : j’ai pu me mettre au nettoyage de ma vésicule biliaire.

Point positif, cela m’a donné l’occasion de mieux réfléchir à mon alimentation et d’expérimenter « une cure de printemps en automne », que je vous propose à mon tour, et que je continuerai jusqu’à ce que ma langue ait retrouvé son joli rose habituel.

Autre point positif : j’ai perdu quelques kilos, et j’espère bien que les jours de cure à venir m’en feront perdre encore.

Avant de vous proposer ma diète d’automne, je tiens cependant à vous préciser que les calculs biliaires peuvent se former à cause de différentes substances ; il en existe principalement trois sortes :

Les calculs dus au cholestérol, qui représentent 80 % des calculs et se forment lorsqu’il y a un excès de cholestérol et que la vésicule se spasme (quand, par exemple, on a des raisons de « se faire de la bile »). Ils sont reconnaissables à leur aspect jaunâtre et verdâtre.

Les calculs pigmentaires, des petites pierres qui se forment chez les personnes souffrant de cirrhose hépatique ou de troubles sanguins héréditaires

Les calculs mixtes, composés de calcium et de sels biliaires.

Si vous souffrez de calculs biliaires mais que vous voulez éviter la chirurgie, il est possible d’opter pour un nettoyage naturel de la vésicule.

Plus de 3 millions de Français sont porteurs de calculs biliaires. Parmi eux, 150 000 personnes présentent des symptômes liés à la présence de calculs biliaires comme des douleurs parfois intenses (colique hépatique), des nausées, des vomissements, des diarrhées après les repas…

70 000 Français doivent réaliser chaque année une ablation de la vésicule biliaire (ce qu’on appelle une « cholécystectomie »), quand le calcul coincé dans le canal cholédoque entraîne des complications. Mais cette opération ne résout pas forcément le problème de fond puisque lorsque la vésicule est enlevée, d’autres calculs pourront se reformer dans le foie. D’où l’importance de mettre en place des mesures diététiques et nutritionnelles, que je vous livre dans cette lettre, et de les pratiquer à vie.

Car attention : si, en plus des nausées, vous avez des douleurs vives sous les côtes droites, pouvant irradier vers l’épaule, avec une fièvre prolongée au-dessus de 38,5 °C, n’hésitez pas à consulter. Le médecin vous palpera la région hépatique et si vous ressentez un spasme ou une douleur, il est probable que vous ayez un début de cholécystite (inflammation de la vésicule biliaire). Votre médecin vous prescrira dans ce cas une échographie abdominale et, si besoin, une radiographie de l’abdomen pour tenter de visualiser les calculs. Par la suite, d’autres examens seront peut-être nécessaires comme une écho-endoscopie ou un scanner.

Une intervention médicale précoce permettra d’éviter que ce début de cholécystite ne se transforme en « cholécystite aiguë lithiasique »[5], qui risque de vous conduire à l’hôpital dans de grandes souffrances.

Car il ne faut pas attendre ni ignorer les symptômes : si la constipation ou la diarrhée, la douleur et la fièvre se prolongent et que vous jaunissez, vous risquez une inflammation générale des voies biliaires, que l’on appelle « angiocholite », ou une péritonite, c’est-à-dire une inflammation du péritoine, cette fine membrane qui tapisse la cavité abdominale et entoure les organes digestifs ; ou pire, une pancréatite, c’est-à-dire une inflammation du pancréas.

Dans ces conditions, n’attendez pas et courrez chez votre médecin ou appelez le 15 (SAMU). 

Comment ai-je donc échappé à tous ces risques ?

Ou comment ma cure vésiculaire d’automne m’a sauvé.

Vous trouverez sur Internet de nombreuses cures (payantes), que je ne citerai pas. J’en avais essayé jadis quelques-unes, sans être persuadé de leur efficacité ni même de leur innocuité. Je les trouvais, de plus, terriblement compliquées à mettre en œuvre.

La mienne me semble plus simple :

  • D’abord, quelques jours de repos total et allongé, dans la pénombre ! Dans mon état, je ne pouvais rien faire d’autre, et j’ai même dû m’arrêter de travailler quelques jours ;
  • Jeûne de quelques jours (la seule idée de manger me révulsait), mais hydratation maximum avec de l’eau citronnée : pressez un ou deux citrons par litre d’eau. Certains écrivent que le jeûne favorise l’apparition de calculs. Je n’ai pas d’expérience personnelle, mais je pense qu’il faut respecter la nature et que lorsque l’on n’a pas faim, il ne faut pas manger ;
  • Cataplasmes d’argile verte sur le foie, c’est-à-dire sous les dernières côtes droites. Versez la poudre d’argile dans un récipient et ajoutez de l’eau bien chaude très progressivement, en mélangeant avec une cuillère en bois (pas en métal). Votre pâte doit être ni trop épaisse, ni trop liquide. Vous devez pouvoir l’étaler facilement. Ensuite, posez une gaze ou un linge très fin sur la zone, puis étalez la pâte. Recouvrez d’une gaze ou d’un autre linge, et laissez agir au moins 20 minutes. Rincez à l’eau tiède et répétez plusieurs fois par jour, jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux. Je vous conseille également de préparer, avant de vous coucher, une solution argileuse avec de l’argile blanche de préférence : mettez une bonne cuillère à soupe d’argile blanche dans un verre d’eau et laissez-la reposer la nuit. Buvez-la au réveil, avec les autres remèdes dont je vais à présent vous entretenir.
  • Dès que l’appétit est revenu, recommencez à manger. Souvenez-vous de mes deux lettres « L’alimentation santé que je vous conseille[6]» et « Un coup de rouge au petit déjeuner[7] » : les fruits rouges, les fruits à coque (noix, noisettes, noix de cajou, amandes, etc.) et les graines de lin apportent des vitamines, des antioxydants, des minéraux (magnésium), des fibres et des oméga-3. C’est un petit déjeuner sans graisses, sans sucre, qui donne un coup de fouet le matin. Pour ma part, dès que la faim m’a repris, j’ai ajouté une pomme bio. La plupart des conseils nutritionnels pour éliminer les calculs biliaires font appel au jus de pomme. Personnellement, je n’aime pas trop les jus : je préfère les fruits entiers, qui apportent des fibres, essentielles pour l’élimination des calculs et le transit intestinal. Bien entendu, je commence par un citron pressé dans un verre d’eau tiède avec une cuillère à café de vinaigre de pomme, qui est un puissant détoxifiant, anti-inflammatoire et anti-infectieux[8], et j’ajoute les remèdes dont je vais vous parler.

Au déjeuner (je n’ai toujours pas grand appétit), je me contente d’une salade composée (pissenlits, concombres, courgettes, betteraves, etc.) avec l’assaisonnement que je recommande en toutes circonstances : 2/3 d’huile d’olive, 1/3 d’huile de colza, une cuillère à café de vinaigre de pomme, des herbes et des aromates. Le soir, un bol de soupe de légumes me suffit.

3 remèdes pour nettoyer votre vésicule

D’abord, prenez 3 à 4 fois par jour, dans un bol d’eau chaude ou une tisane détox[9] de votre choix, avec un citron pressé :

– 1 ampoule d’aubier de tilleul sauvage du Roussillon, en préférant la marque « La Gravelline [10]» ;

– 1 ampoule de radis noir ou de mélange radis noir – artichaut[11]; 

– 20 gouttes de Choleodoron® du laboratoire Weleda[12], que l’on trouve dans presque toutes les pharmacies. Ce fantastique médicament (une association de curcuma et de chélidoine), formulé par Rudolf Steiner[13], est indiqué dans le traitement des troubles digestifs supposés d’origine hépatobiliaire : ballonnements, digestion lente, éructations, flatulences, nausées, constipation. Attention aux personnes intolérantes à l’alcool, le Choleodoron® en contient un peu.

Après quelques jours de cette « potion », je me suis préparé deux fois dans la journée (avec, par précaution, quelqu’un à mes côtés, en cas de colique hépatique) un grand verre avec : 4 cuillères à soupe d’huile d’olive, 4 citrons pressés, 4 ampoules d’aubier de tilleul et 4 ampoules de radis noir. Je ne vous dirai quand même pas que j’ai retrouvé les calculs dans la cuvette des toilettes, mais après une période de quelques heures où je me suis senti un peu « flottant », mon transit, jusqu’ici accéléré, est redevenu normal, les nausées ont diminué et le lendemain, j’ai eu envie de paëlla et d’un peu de protéines animales !

Effets secondaires et précautions d’emploi : tous ces remèdes sont cholagogues, c’est-à-dire qu’ils facilitent l’élimination de la bile. Donc si vous ressentez la moindre douleur ou observez une diarrhée, arrêtez de les prendre pendant quelques jours, avant de recommencer dose plus faible, allongez-vous et faites des cataplasmes d’argile sur votre foie.

Combien de temps ? La règle est simple : jusqu’à ce que l’appétit soit revenu et la langue de couleur rose. Cela peut prendre une à trois semaines. Pendant ces semaines, je vous assure que, comme moi, vous n’aurez envie ni d’alcool, ni de café, ni de fromage, ni de beurre, ni de viande… Quand vos envies naturelles reviendront, reprenez progressivement une alimentation peu grasse et peu sucrée. Si vous ne la tolérez pas, revenez quelques jours à une diète strictement végétale, avec les remèdes ci-dessus.

Quand vous avez terminé votre « cure » et que vous vous sentez mieux : faites-vous rapidement prescrire au moins une échographie de l’abdomen et un dosage de bilirubine, pour savoir où vous en êtes.

Agir en amont : une hygiène de vie anti-calculs biliaires 

Je vous ai proposé une cure à faire lorsqu’on avait des calculs. Mais il est aussi possible d’agit en amont en adoptant une hygiène de vie adaptée.

Voici ce que vous pouvez faire :

  • Évitez les pertes et les regains trop rapides de poids, donc des alternances de jeûnes drastiques et de reprise de régimes riches en graisses animales saturées (fromages, charcuteries, certaines viandes, abats, beurre[14], etc.), sucres, sucreries, viennoiseries, chocolat et alcools.
  • Limitez votre consommation d’œufs à 3 ou 4 par semaine, et préférez-les « à la coque »[15].
  • Privilégiez les petits poissons gras, en alternance : anchois, sardines, maquereaux, etc. ; ainsi que les fruits à coque pour leurs fibres et leurs minéraux.
  • Ne faites pas l’impasse sur l’huile de colza (riche en oméga-3), et essayez de faire des salades de chicorée, pissenlits (quand on en trouve), laitue, betterave, concombre, carotte, radis roses, radis noirs. La betterave est conseillée pour drainer la vésicule biliaire. Le concombre a une teneur en eau idéale pour détoxifier le foie et la vésicule biliaire. Les carottes, riches en vitamine C et caroténoïdes (précurseurs végétaux de la vitamine A) sont essentielles à une bonne santé hépatique et immunitaire.
  • Côté fruits: privilégiez les pommes, les poires (pas trop mûres, pour diminuer leur teneur en sucre), les figues, et en été, les melons et les pastèques. Ils vont vous apporter des fibres, des minéraux et des nutriments naturellement anti-inflammatoires.
  • Pratiquez un exercice physique régulier, ne serait-ce qu’une heure de marche par jour, en essayant de faire au moins deux fois par semaine 20 à 40 minutes d’un exercice plus intensif, comme du vélo d’appartement ou du rameur.
  • Prenez des graines de psyllium, une cuillère à soupe matin et soir, en cas de constipation.
  • Quand vous vous lavez les dents, ajoutez sur votre brosse à dents quelques gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée: elle accélère la digestion en stimulant la sécrétion de la bile. De plus, elle contient un composé appelé « terpène » qui peut dissoudre les calculs biliaires. Enfin, elle calme les spasmes de la vésicule biliaire (la tradition de terminer le repas par un thé à la menthe n’est probablement pas un hasard).

Chère amie, cher ami, j’espère que vous avez compris que, quelles que soient les solutions au problème (médicales, chirurgicales ou naturelles), il vaut toujours mieux prévenir que guérir. C’est la seule « vraie solution » aux calculs biliaires. Bien sûr, si votre vésicule biliaire ne manifeste aucun symptôme, vous n’avez pas à vous en inquiéter, ni à la soigner. Mais cela ne vous empêche pas de profiter des conseils diététiques que je vous ai donnés dans cette lettre !

Docteur Dominique Rueff


[1] https://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/vesicule-biliaire/symptomes

[2] https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/8231-canal-choledoque-definition

[3] Voir ci-dessous.

[4] https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyses/ana_enzymes01.htm

[5] https://www.fmcgastro.org/postu-main/archives/postu-2011-paris/textes-postu-2011-paris/la-cholecystite-aigue-lithiasique-diagnostic-criteres-de-gravite-traitement-quand-et-comment-chercher-une-lithiase-de-la-voie-biliaire-principale-comment-traiter-une-lithiase-de-la-voie-biliaire/

[6] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/lalimentation-sante-conseille/

[7] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/coup-de-rouge-petit-dejeuner/

[8] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/connaissez-medecine-populaire-vermont/

[9] J’ai personnellement utilisé « Cocktail Digest » de la marque « Les 2 marmottes », à l’anis vert, au fenouil, à la menthe douce, à la sauge et au romarin.

[10] http://www.la-gravelline.com/fr/

[11] Vous en trouverez en magasin bio, par exemple de la marque « Superdiet », https://superdiet.fr/?s=radis+noir+-+artichaut+bio

[12] https://www.weleda.ch/ch-fr/produit/c/choleodoron-gouttes

[13] https://www.babelio.com/auteur/Rudolf-Steiner/50776

[14] Je le remplace par une margarine aux oméga-3, type « Vitaquell® ».

[15]  Plongés dans l’eau bouillante pendant 3 minutes et demie.



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


5 réponses à “Ma diète d’automne spéciale vésicule biliaire”

  1. Chris Dé dit :

    Que penser de la méthode du Dr Clark «le grand nettoyage du foie»

  2. Dancer dit :

    Bonjour, je fais de mon côté un nettoyage du foie dont je vois justement les petites boules dont vous parlez dans la cuvette des toilettes… allez sur le site de Jérémie Mercier qui a rendu accessible ce nettoyage très efficace découvert par un medecin allemand…

  3. Annie Pellissier dit :

    Puis-je espérer qu’avec l’une des méthodes, les gros calculs que j’ai à la vésicule biliaire puissent se dissoudre et non pas être expulser tels quels ?… car vu leur grosseur, j’ai la crainte qu’ils se coincent dans les canaux et déclenchent une crise hépathique…
    Merci pour vos lettres d’information…
    En espérant une réponse de votre part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…