Méfiez-vous du BPMN…

Chère amie, cher ami,

Lorsque j’étais jeune médecin, je voyais autour de moi des confrères passionnés par leur métier, fiers de l’exercer avec toute la liberté que leur conféraient le système de santé et les réglementations.

Tant qu’aucune thérapeutique dangereuse ou trop risquée n’était mise en œuvre, les « autorités » nous fichaient une paix royale.

Les choses ont bien changé depuis, y compris la notion de danger.

Ces grands principes qui paralysent tout

Avec l’exacerbation du principe dit « de précaution » qui vire parfois au « principe d’immobilisme », la créativité, la liberté et le champ des possibles ont insidieusement diminué.

C’est ce que j’appelle le « bien penser médical » ou le « bien penser médico-nutritionnel » (BPMN).

Si je vous en parle, c’est que ce BPMN fait des ravages depuis une vingtaine d’années.

Les quelques exemples qui suivent en disent long sur cette tendance qui ronge notre système de santé.

Il y a quelques années encore, nous étions nombreux à proposer des procédés thérapeutiques sans danger à condition d’être exercés avec toute la prudence et les connaissances requises.

Je pense par exemple à la « neuralthérapie [1] » (injection d’une petite dose dans les cicatrices et les foyers inflammatoires d’anesthésiques locaux dérivés de la xylocaïne pour lever certains barrages et beaucoup de douleurs), ou à certaines formes d’ostéopathie aujourd’hui interdites.

Beaucoup avaient aussi recours à l’isothérapie ou l’auto-isothérapie qui consistaient à utiliser des dilutions homéopathiques, en échelle croissante, de toxiques de l’environnement ou de ses propres excrétions (urine, selles, salive…) et bien d’autres encore…

À ce propos, je me souviens encore de ce week-end à la montagne. Nous étions dans un joli chalet, complètement isolés par la neige. Cela aurait été le paradis, mais j’étais plié en deux par la douleur, et je vomissais tripes et boyaux. Pour me soigner, le confrère avec qui j’étais m’avait préparé par dilutions successives ce qu’il appelait un « bouillon de poule » dilué et dynamisé. L’odeur de son étonnante potion était abominable. « Ce devait être une bien vieille poule », lui avais-je dit.

J’avoue avoir grimacé en avalant ce breuvage. Mais peu importe, il m’a remis d’aplomb !

Pourquoi se priver de ces pratiques quand les thérapies « conventionnelles » ont échouées ou ne sont pas accessibles ? Pourquoi s’en priver quand elles peuvent sauver ? Demandez-donc leur avis aux patients !

Les pharmacies victimes du diktat des labos

Il y a quelques dizaines d’années, nos pharmacies étaient aussi beaucoup plus intéressantes, beaucoup plus riches. On trouvait dans les officines de nombreuses souches de plantes (phytothérapie) ou de minéraux qui ont disparu depuis.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les grands laboratoires qui les distribuaient ont jugé que leur rentabilité n’était pas suffisante.

De la même manière, l’organothérapie [2] (dilution homéopathique de produits animaux) a été largement attaquée puis réduite à sa plus simple expression sous prétexte de danger liés aux prions [3], alors qu’aux dilutions et avec les procédés de filtration proposés, leur présence était tout simplement impossible. Mais le « principe de précaution » a encore frappé !

Les pratiques innovantes victimes de procès en charlatanisme !

L’ozonothérapie (cure d’ozone encore largement exercée en Allemagne) a été considérée comme dangereuse puis interdite alors qu’elle représentait un puissant moyen de lutter contre les infections. Elle permettait également à l’organisme d’éliminer les toxiques et d’augmenter ses capacités immunitaires.

Je ne vais pas parler ici des thérapies de chélation par intraveineuses (IV)…

Et que dire des thérapies par les sons, les couleurs, le mouvement (art thérapie, eurythmie) qui ont conduit bon nombre de médecins devant les tribunaux ordinaux pour « pratique charlatanesque »…

De purs procès d’intention alors même que personne ne s’est jamais plaint de ces pratiques innovantes, en dehors de « confrères bien intentionnés ».

La « médecine anthroposophique », qui utilise des dilutions homéopathiques, est tout juste tolérée parce que les indications proviennent des raisonnements philosophiques du fondateur de l’Anthroposophie, Rudolf Steiner [4]. Elle a longtemps été considérée comme une médecine charlatanesque dérivant d’une secte et cela a également conduit des confrères à devoir en répondre devant les tribunaux ordinaux (instances des professions de santé).

Même punition pour certains confrères qui préconisaient du gui fermenté (Viscum album) en traitement d’appoint de certains cancers. Pourtant, ceux qui le conseillaient ne reniaient ni n’entravaient les thérapies dites traditionnelles…

On pourrait multiplier les exemples à foison.

Une frilosité qui freine tout progrès médical

Ce fameux « principe de précaution » ne constituerait-il pas, sous prétexte de précaution sanitaire, un véritable frein à l’évolution de la pratique médicale ? Et au-delà, au progrès ?

On pourrait écrire des pages entières sur ce sujet qui reste d’actualité. En attendant je vous propose de vous référer à quelques liens [5] qui vous permettront de commencer à vous forger votre propre opinion.

Ce principe de précaution est d’ailleurs considéré par certains (et pas des moindres), comme un « principe de perversité » [6].

Quant à « l’Evidence Based Medecine » ou « Médecine Fondée sur les Preuves », elle divise autant que le principe de précaution. C’est dire à quel point les « preuves irréfutables » sont fragiles. Souvenez-vous d’ailleurs de ce que déclarait Albert Einstein : « Je n’ai pas fait une seule de mes découvertes par un processus de pensée rationnelle ». Et il aurait ajouté : « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé ! ».

C’est pour cette raison que les idées neuves en médecine (et ailleurs) mettent souvent des années, parfois des dizaines d’années à s’imposer [7].

De grands médecins traités comme de vulgaires voyous

Il ne faut donc s’offusquer ni des polémiques ni des insultes.

Certains voient leur vie complètement gâchée par ces attaques.

Je me souviens très bien d’un confrère et ami, cancérologue et sublime chanteur lyrique. Il a fini par s’expatrier à San Marin après avoir fait la « Une » d’un grand journal méditerranéen et… quelques jours de prison.

Qu’avait-il fait pour mériter cela ? Il avait simplement préconisé des thérapies complémentaires dans le cadre du traitement du cancer qui, certes, n’étaient peut-être pas toutes vérifiées ou vérifiables (par les approches scientifiques de l’époque) mais sans danger.

Je me rappelle le ton offusqué d’une ex-ministre de la Santé que j’avais visiblement dérangée à l’heure du café à son sujet. Elle me répondit : « N’ayez crainte, si votre ami est intègre, nous sommes dans un Etat de droit, il ne risque rien ».

Quelques jours après, il était menotté et écroué. Comme un bandit de grand chemin.

Il aura fallu attendre très longtemps pour trouver quelques lignes bien cachées, publiées en bas de page du même quotidien qui l’avait insulté : mon confrère était finalement blanchi de tout soupçon.

Mais le mal était fait. Et il n’est jamais revenu exercer en France.

Il n’est pas question, du moins pour moi, de prendre parti dans ces affaires comme dans celle du Pr Solomides, du Dr Gernez ou du Pr Beljanski, et plus près de nous du Dr Jacques Benveniste que l’on tenta de faire passer pour un charlatan après avoir publié, puis retiré, ses articles dans la revue internationale « Sciences »… Il avait eu le tort de s’intéresser à la mémoire de l’eau, ce qui donnait un commencement d’explication scientifique au mécanisme d’action de la médecine homéopathique.

Une vraie omerta sur les sujets qui sortent du cadre

Il ne suffit d’ailleurs pas d’être prix Nobel de médecine et physiologie, comme ce fut le cas de Luc Montagnier en 2008, pour être à l’abri des bassesses et des insultes.

Il a eu le tort de reprendre, avec les moyens actuels de la science, les travaux de Benveniste, de les compléter et de les amplifier. En 2012, quarante-quatre « confrères prix Nobel » ne se privèrent pas, dans une publication, de lui faire un quasi procès en sorcellerie [8].

Est-ce la raison pour laquelle, aujourd’hui encore, il a beaucoup de mal à trouver des financements pour ses recherches ?

Un excellent film documentaire a été diffusé en 2014 (sur France 5) sur les travaux actuels du Pr Montagnier. Même ce documentaire a provoqué de vives polémiques.

Il est très curieux de constater qu’avec le « bien penser » ambiant, certains sujets semblent tabous et dangereux pour celui qui ose les mettre en avant. On a l’impression de ne même pas avoir droit (quand on est professionnel de santé) de se poser certaines questions, encore moins de mettre le débat sur la « place publique ».

Il en est ainsi des vaccinations, de la mémoire de l’eau, de l’homéopathie, parfois même des intolérances alimentaires… Dès que l’on aborde ce type de sujet, on passe au mieux pour un gâteux sans importance, au pire pour un négationniste de la sacro-sainte vérité scientifique.

N’est-ce pas pourtant l’Etat français, les autorités nationales de santé qui nièrent que le nuage de Tchernobyl avait survolé la France, comme elles ont nié pendant de longues années les effets de l’amiante, comme elles continuent de nier l’incidence sur la santé de la pollution des rivières et des nappes phréatiques, la gestion de plus en plus tendue des hôpitaux publics, le burn-out des personnels et soignants, etc. ?

Deux vérités à dire malgré tout

Parmi ces vérités qu’il faut taire, il y en a au moins deux que le groupe Chronimed que j’ai fondé dénonce depuis des années :

  • La compréhension de l’autisme [9] et les troubles envahissants du développement (TED).

Il y a peu, seuls les psychiatres étaient « officiellement » compétents et on en trouvait encore pour culpabiliser les mères d’enfants malades à propos des TED. Aujourd’hui, on devrait quand même être en droit de se poser des questions à propos de ces troubles et même de l’électrosensibilité [10] : mauvais calendrier vaccinal, adjuvants dans les vaccins, problèmes d’environnement ou de pollution, qu’il s’agisse de métaux, d’autres substances ou même des ondes électromagnétiques comme le prétend le professeur de cancérologie Dominique Belpomme, membre de plusieurs sociétés savantes internationales et président de l’ARTAC [11] ?

  • Parmi ces autres « tabous » figurent les maladies chroniques inapparentes dites « infections froides », dont j’ai donné la définition dans un de mes derniers livres [12]. Il s’agit en fait de certaines formes microbiennes qui peuvent rester « silencieuses » dans l’organisme pendant des années et se réveiller un jour, si le système immunitaire s’affaiblit. Elles déclenchent alors des pathologies qui peuvent devenir chroniques.

L’incroyable silence de l’Etat sur la maladie de Lyme

Parmi ces « infections froides », il en est une qui fait couler beaucoup d’encre : la maladie de Lyme.

On le sait, elle est transmise par les tiques qui nous inoculent leurs germes, dans ce cas les borrelies. Je ne rentrerai pas dans le détail de ce sujet, mais là encore, il faut signaler à la fois la méfiance et la lenteur des autorités de santé qui, tout en promettant force commissions et décrets, font tout ce qu’elles peuvent pour freiner les publications et travaux sur le sujet.

Comment expliquer l’absence totale de politique de prévention publique [13] ?

Qui connaît, en France, le véritable danger des tiques et autres parasites susceptibles de transmettre ces « infections froides » qui peuvent toucher les articulations et le système nerveux avec comme conséquence un handicap important et une nécessité de traitement précoce, complexe et lourd ?

Bien au contraire, comme pour Tchernobyl, on nie, et on ne se contente pas de nier : on fait passer les malades pour de doux dingues et la maladie comme rarissime (le journal Le Monde recensait en 2013 pas moins de 15 000 cas). On fait aussi bien sûr passer pour de dangereux charlatans les médecins qui essayent de prendre en charge ces patients !

Ne jamais baisser les bras face à la bien-pensance médicale

Heureusement, quelques associations [14] (pardonnez-moi, si j’en oublie) et leurs avocats essayent d’inverser le processus. Mais c’est extrêmement difficile et lent.

Il faut bien, pour conclure, constater que si le « bien penser » a encore de beaux jours devant lui, nous sommes de plus en plus nombreux, patients, impatients voulant se prévenir activement, et médecins, à vouloir lui rendre la vie de plus en plus difficile.

Méfiez-vous donc du BPMN !

J’espère que cette lettre ainsi que les autres publications de « Santé Nature Innovation » y contribueront. Je tiens à préciser qu’elles ne remplaceront jamais un médecin bien formé et surtout un médecin libre de ses opinions et prescriptions.

 

Docteur Dominique Rueff


[1] Situation actuelle de la neuralthérapie selon Huneke

[2] Organothérapie

[3] Prion (protéine)

[4] Principe de précaution

[5] Le véritable enjeu des débats sur le principe de précaution

[6] Wikiliberal principe de précaution

[7] En 2005, le prix Nobel de médecine a été attribué à Barry Marshall et Robin Warren découvreurs vingt ans plus tôt de la bactérie Helicobacter pylori dans l’estomac, bactérie qui par la suite a été incriminée dans les ulcères gastriques. Avant cette date, on attribuait l’ulcère au stress : il fallut vingt ans pour que la théorie infectieuse s’impose

[8] Mise à l’index du professeur montagnier par 44 prix nobel

[9] Autisme: d’où vient l’épidémie ?

[10] Sensibilité électromagnétique

[11] ARTAC

[12] « Mieux que Guérir » publié en décembre 2011 aux Editions Josette Lyon

[13] Aux Etats-Unis, où certains Etats sont fortement touchés, on trouve des panneaux à l’entrée de certaines forêts : « Attention, danger de mort »

[14] Association France Lyme



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


42 réponses à “Méfiez-vous du BPMN…”

  1. Hélène PROST dit :

    Bonjour
    Je vous remercie vivement de tous vos articles qui sont passionnants et me correspondent tout à fait.
    Je me permets de vous recommander de regarder VIRITHERAPIE, qui je pense, vous interessera.
    Cordialement
    Helene

    • LE GOFF Joseph dit :

      A vous lire, cancéreux que je suis du thyroïdien médullaire depuis 1990, je m’interroge. Actuellement multimétastasé dont la queue du pancréas, je viens d’apprendre que devant le caractère invasif du cancer, rien ne sera entrepris (sauf interventions confort du malade-je). N’y a-t-il pas des thérapies selon les principes que vous prônez dont je pourrais bénéficier, s’il n’est pas trop tard désormais?

    • mestr dit :

      virithérapie ou virothérapie ?
      merci
      cordialement

  2. Je lis souvent avec beaucoup d’intérêt vos lettres et j’en les partage quelques une sur ma page Facebook pro « Santé & magnétisme »
    Vous avez raison, comme vous le faites dans votre dernière lettre de dénoncer les dérives dogmatiques et « bien-pansante » de la médecine conventionnelles. Et dans ma pratique de mon activité de magnétiseur, je prend connaissance, à travers les témoignages de certains de mes patients, dles effets pervers de certains traitements, et de leur inefficacité; du manque d’humanité, de l’ incohérence et parfois même de l’incompétence de certains médecins.
    Vous parlez de l’homéopathie, de la phytothérapie et c’est très bien, mais vous intéressez vous personnellement à la médecine énergétique ? Et si oui je serais curieux de connaître votre opinion sur ce genre de thérapie.

    Cordialement.

  3. Jean Louis Lemarre dit :

    J’ai découvert vos livres il y a environ 30 ans avec ceux des drs Kousmine Hertogue Valnet et autres médecins désireux de préserver la santé.
    Merci pour tout ce que vous m’avez apporté.
    J’ai 70 ans et suite a une hypertrophie prostatique qui m »empoisonnait l’existence j’ai fait descendre le psa de 14,57 en07/2015 à 7,43 en 05/2015 et j’ai retrouvé une telle aisance urinaire que je pense qu’il est maintenant bien plus bas.Si vous le souhaitez je vous enverrai par mel les analyses et ma manière de m’alimenter qui ne s’éloigne pas trop des conseils que vous donnez. Encore merci et bon courage

  4. dr jacques fradin dit :

    sans oubler dans les plantes medicinales la TM de Lespedeza capitata qui remplace avantageusement le vieux lespenepryl retiré du » commerce » depuis mai 2016

  5. Joubert dit :

    Bravo,
    Que ça fait du bien d’entendre tout cela. Je suis naturopathe et nous devrions marcher la main dans la main, les deux façons de concevoir la santé n’ont pas à se défendre l’une de l’autre. Le dr Gernez qui avait réuni 30 naturopathes français, dont moi, avait dans l’idée de créer un protocole anticancer moins agressif pour le malade. Hélas ! il est décédé avant de voir son bébé voir le jour. Mais peut-être se serait-il retrouvé en prison avant.
    En tous cas merci pour cet article, les médecins ouverts ça existe et ça rassure. Nul n’a la connaissance absolue. Cette incompréhension je la constate encore plus aujourd’hui car moi aussi j’ai contracté la maladie de Lyme à cause d’une tique qui était amoureuse de moi (Juillet 2016). Non seulement, les médecins ne connaissent pas du tout cette maladie, (pour la plupart) mais en plus ils la dénigrent et surtout, hors antibiotiques, point de salut. Non ! la médecine naturelle peut beaucoup et je suis bien placé pour le savoir. Là encore pas de collaboration, comme vous le dites : charlatanisme. Merci de votre clairvoyance et de votre ouverture.

    • olivier dit :

      marcher main dans la main vous dites oups très peu pour moi la medecine symptomatique devrait être interdite point barre ; seule la médecine d’urgence traite les causes sinon là c’est la mort de la personne .
      Et les labos ont bon dos car personne n’a obligé les médecins à prescrire la dépakine et les pharmaciennes à le délivrer . personne n’a obligé les pharmaciennes a se débarrasser des plantes en vrac , des suppositoires en homéopathie organothérapique, à accepter les cadeaux la médecine française pour moi est morte consultez pour une fascite plantaire , une éruption à la tyramine , une sigmoïdite , une douleur chronique , des céphalées au gluten , une aménorrhée à l’hyperprolactine , une chondrocalcinose au soja non bio , une spasmophilie frustre , une hypothyroidie frustre tout ces cas non diagnostiqué par les charlatans de la médecine symptomatique sont du vécu dans mon cabinet de naturopathe : les gens n’ont aucune réponse à leur problème sauf ceux qui ont la chance de connaitre la naturopathie , les autres qui n’en ont jamais entendu parler sont livré à eux mêmes et le charlatan de Salon de Provence doctorat de médecine acroché au mur sera incapable en 10 mn de donner la cause d’une goutte chez une femme qui se gavait d’abats , un autre charlatan de Chateauroux lui aussi duement diplômé d’un doctorat en médecine sera incapable de faire le rapprochement entre hyperuricémie et excés de soda chez une vieillarde de 90 ans : alors je suis désolé mais je ne tiendrais pas la main de ces personnes qui ne pensent qu’au tiroir caisse au lieu de réviser le soir ; Les déserts médicaux existent parce que les gens ne sont pas soignés alors forcément ils s’entassent dans les salles d’attente et il manque de charlatan en blouse blanche et ainsi de suite … .
      Une autre anecdote sur un patient qui voulait aller à Tchnernobil le charlatan docteur en médecine lui conseilla de consommer du sel iodé ohh la honte …
      Concernant Gernez il s’est trompé sur son raisonnement ( l’alcalinité détruit les cellules cancéreuses et l’acidité serait un milieu favorable au cancer ) car moi je pense et c’était l’objet d’une de mes conférences sur le cancer que la cellule cancéreuse est génée que l’on soit en acidiose ou en alcalose dés que le milieu est dans un excés ou dans l’autre et les expériences corroborent mes conclusions .
      cordialement à un confrère
      olivier
      naturopathe

  6. Labasse dit :

    Merci beaucoup pour ce courrier et votre courage. On pourrai parler aussi du Poconeol qui a disparu de nos pharmacies.
    Cordialement

    • Suzy Evans dit :

      Je suis en admiration devant des médecins comme vous. Je vous remercie de toutes vos informations.
      Nous avons besoin de personne comme vous..
      Trop de charlatans en médecine, laboratoires farmacetique , tous sont intéressés à faire de l’argent.. Et empoisonné le public..
      Merci de nous informer.
      Amicalement
      Suzy Evans.
      Washington DC

  7. Laurens dit :

    Bonjour,
    A ma modeste échelle, j’ai participé depuis 1975 à la réhabilitation de ces chercheurs qui ont proposé des alternatives à la cancérologie orthodoxe, pour en rendre les pratiques moins toxiques… et plus efficaces. En sus des auteurs que vous citez, je pense à Antoine Prioré, à Georges Lakhovsky et en particulier à Wilhelm Reich, qui a eu l’immense mérite de mettre l’accent sur l’atrophie et le traumatisme émotionnels dans la cancérogenèse et sur les émotions dans les soins, une dimension essentielle que peu d’oncologues, y compris hétérodoxes comme Laurent Schwartz, prennent en considération. Or les patients cancéreux que je croise le disent clairement : le moral opère au moins 50 % du résultat. Métaphore : Primo Levi, rescapé d’Auschwitz, disait que les détenus concentrationnaires se classaient entre les damnés – ceux qui se résignaient et obéissaient jusqu’à l’épuisement aux ordres absurdes – et les élus – ceux qui cultivaient leur désir de vengeance, sabotaient éventuellement et feignaient l’obéissance : est-il besoin de préciser que les premiers mourraient bien plus vite et en plus grand nombre que les seconds ?
    Cela dit, vous faites un travail formidable !
    Cordialement, GL.

  8. barbier dit :

    Grand merci au Docteur Rueff

    Cette lettre devrait etre divilguée un maximum parce qu elle explique vraiment bien
    d ou provient le grand disfonctionnement de la santé en France .
    Quand va t on faire faire boucher le trou de la sécu par le gain des labos sur des médicaments inutiles et dangereux ?
    Quand la sécu va enfin rembourser les médicaments naturels ?

  9. Claire dit :

    Merci à vous de nous ouvrir une nouvelle fois les yeux sur ce qu’est notre médecine actuelle. Je vous reçois 5/5.
    Avoir le courage de dénoncer les dérives, outrancières ou cachées, c’est faire oeuvre de salubrité pub!ique. Je fais suivre.

  10. darsa dit :

    Je viens vers vous par désarroi. Je ne comprends pas pourquoi il y a une sorte d’omerta sur la déficience enzymatique citochrome P 450 . Je ne comprends pas pourquoi les médecins ne sont pas formés à la prise en considération de cette déficience, pourquoi la CGSS ne l’intègre pas comme maladie et nous prive de la prise en charge de soins différents obligatoires, je ne comprends pas pourquoi les pharmaciens n’ont pas une formation plus importante sur les risques encourus et donc la prise en considération de cette particularité. Il y a bien pire, je ne comprends pas pourquoi la formation médicale n’est pas plus importante vu les pathologies générées par ce problème enzymatique, tel que le rôle de la protéine S, rôle perturbé par exemple ….
    Je n’ai à ce jour rien lu dans les publications au sujet du citochrome P 450 et il serait temps d’en parler.

  11. BOUGEARD dit :

    Bonjour, Vous informez, grand merci Monsieur Rueff, moi j’expérimente avec mes intestins, les effets de cette « médecine » irresponsable : antibiot…. antiinflam… cortisone ! cystite sur cystite en moyenne 4 par an ! jusqu’au jour ou j’ai décidé de ne plus consulter… je ne pouvais plus aller aux w.c. mon ventre se révoltait ! C’est à ce moment , est-ce un hasard ? j’ai connu Cell-Innov. et Jean-Marc Dupuis. Je suis abonnée à diverses revues où j’ai pu comprendre et apprendre bien des choses de la nature qui ne doit rien au hasard. Je continuerai à vous lire en vous remerciant de votre courage à persévérer dans ce monde fou. Respectueux sentiments. Miryam

  12. Bernard Louis Quidoz dit :

    <>
    En ce moment je souffre de douleurs chroniques du ZONA postherpétique, ou bien (intérieur)
    Serait-il une maladie chronique inapparente dite infection froide? Provenant de la varicelle?
    Si oui, pourriez-vous m’en faire une description et le moyen de s’en débarrasser?
    Je veux savoir la vérité, pas un diagnostic.
    Après sept (7) ans de cette effroyable engeance, le diagnostic est inopérable.
    Merci à l’avance et toutes mes félicitations pour ce travail de pionnier de la divulgation de la vérité.

  13. Martin dit :

    Attention à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain! Ce n’est pas le principe de précaution qui est le problème. Les grandes entreprises agro-alimentaires, ou de pesticides, herbicides, etc,. ou de téléphonie mobile et autres matériels connectés, ou simplement tous les partisans de l’ultralibéralisme en économie, veulent supprimer ce principe, et il a déjà été bien entamé à plusieurs occasions.

  14. France dit :

    Bonjour !
    Je voulais juste dire merci,
    merci pour cette lettre très intéressante, comme la plupart de vos lettres.

  15. Arnal dit :

    J’ai 71 ans.on m’a diagnostiqué à 33 ans une SEP. Aucun neurologue pour me parler des travaux du Dr c.kousmine dont j’ai suivi le traitement(je fais du sport et suis en pleine forme.Quant a beljanski (radié mais dont mitterand à utilisé les molécules…interdites…, j’invite ceux ui sont intéressés à se renseigner sur internet pour savoir ce dont il a été victime)je l’ai connu grâce au Dr Thadee Nawrocki , naturopathe,acupuncteur,cancérologue,fervent adepte des molécules de Beljanski,en procédure avec le conseil de l’ordre pour sa pratique non conventionnelle, médecin qui applique toujours la règle d’hipocrate:chercher la cause,puis la cause de la cause,et enfin la cause de la cause: pour approcher d’ un diagnostic convenable.Maintenant,c’est »docteur,j’ai mal au genou. » » prenez ça,on verra dans 15. Jours!!!
    Je suis orthodontiste et j’ai eu la chance de suivre l’enseignement du professeur Don Perdro Planas à Barcelone » une vraie révélation sur le fonctionnement de la bouche et ses effets à distance.Et une honte pour les partisans des »fils de fer »et des extractions de prémolaires.
    Le Dr Rueff à grandement raison mais c’ est nous qui sommes responsables de ne pas nous mobiliser,par exemple,contre le vaccin hexavax à 2 mois !!!!! Ce qui est une hérésie Reconnue.
    Il y aurait beaucoup trop à dire sur toute cette médecine allopathique,les milliards des labos,etc,etc

  16. poirson dit :

    j’ AI TOUJOURS PENSE QUE TROP DE SCIENCE TUE LE BON SENS….ME VOILA CONFORTEE..SI BESOIN ETAIT !!!! sincères salutations

  17. Paula dit :

    Bonjour ! Je suis tout à fait d’accord avec les propos du Dr Rueff dans cet article. Il y a une dizaine d’années, je souffrais d’une otite, avec une oreille qui coulait toujours, après 6 mois de traitements dits classiques (antibiotiques par voie orale, gouttes etc…). J’ai eu la chance de rencontrer un médecin homéopathe qui m’a soigné l’oreille par isothérapie (fabrication de granulés homéopathiques à partir du pus de l’oreille). L’écoulement a été stoppé en 3 jours. Par la suite, je me suis intéressée à l’homéopathie et aux médecines naturelles. Maintenant, je me soigne le plus possible par les plantes et les huiles essentielles. Depuis 5 ans, je n’ai pas pris un seul antibiotique. Il faut de la constance et, surtout, être entouré de bons conseils (médecin homéopathe, naturopathe etc..).
    Un grand merci au Docteur Rueff;

  18. mario groulx dit :

    Bonjour Dr . Pensez-vous qu’un foie peut etre engorgé ?? et que des plantes peuvent aider à son mieux fonctionnement

  19. ARNAUD Nicole dit :

    J’ai beaucoup aimé votre article. Je suis fière de recevoir votre lettre.
    Il y a longtemps que je suis persuadée que les laboratoires ne
    travaillent que pour « leur pomme » faisant fi de la santé des patients :
    traitement du cholestérol, vaccins et tant d’autres

  20. Tête dit :

    bonjour, je suis naturopathe, et je voudrais faire des interventions sur l’alimentation et le cancer auprès de patients atteints par cette maladie. je suis effarée de voir que ce sujet n’intéresse personne, ni les centres de traitement, ni les associations pour cancéreux, ni même la ligue contre le cancer!
    et pourtant l’alimentation est primordiale quand on a cette pathologie.
    Hypocrate ne disait-il pas: »que ton aliment soit ton médicament »?
    ma démarche est sinon ignorée sinon j’ai l’impression qu’elle dérange. Pourquoi ne donne-t-on pas la possibilité d’être acteur devant la maladie plutôt que d’être passif et de subir les traitements? ça fait tellement de bien au moral d’agir, cela redonne l’espoir.
    cordialement

    • poutine dit :

      ce ne sont donc pas les labos les fautifs mais bien les médecins
      et je citerais un certain physicien :
      Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. – Albert Einstein

  21. renard dit :

    Votre lettre sur le BPMN m’a presque fait pleurer. Vraiment. Principe de précaution. Principe d’incarcération mentale en fait. Vous vous insurgez et j’ai envie de vous serrer dans mes bras. En lisant, j’ai eu l’impression de reconnaître un frére de sang.
    Mais vous, vous, vous êtes de ceux qui font. Je ne suis que de ceux qui lisent. Mais… merci, merci d’avoir écrit ce que je pense sans savoir comment le faire savoir.
    Gràce à vous, moi qui ne suis pas docteur, je serai patient, très patient… Un jour viendra où les murs de l’intolérance s’effondrerons.

  22. Anna dit :

    Merci de dénoncer ce nouvel obscurantisme du 21eme siècle. Jusqu’où ira-t-il ?
    Vous en décrivez très bien les conséquences. Votre combat est réconfortant pour ceux qui ont dû affronter seul les
    omerta médicales. Si nous sommes encore en démocratie, c’est bien au citoyen de manifester son désaccord, sa volonté d’en finir, son attente justifiée d’être écouté, soigné, et pas seulement envoyé avec mépris chez le psychiatre .
    Ne serions nous bons qu’à payer toujours plus ? Drôle de système.
    Face à ce gigantesque blockhaus médical, des initiatives se font jour, les personnes s’organisent pour préserver leur santé, se soigner à leurs frais, tout en finançant malgré tout un système qui ne tourne que pour lui .
    Tout cela fait moyenâgeux.
    Fort heureusement, il existe des praticiens éclairés, bien formés, décidés à pratiquer la médecine dans un esprit humaniste
    Merci de votre détermination à faire évoluer cette situation ubuesque.

  23. Dr Ruhlmann René dit :

    mon cher Confrère
    je suis aussi retraité et j’ai aussi le même dégoût pour les fabricants de « médicaments » de mort. Et leur dictât sur la médecine. Peut-être une petite idée: en 1968 j’ai été reçu à mon internat en Normandie avec la question de médecine suivante « signe diagnostic et traitement de l’infarctus du myocarde » . Heureusement que j’ai rôdé mes connaissances à l’hôpital car si j’avais eu le malheur de soigner ces infarctus comme je l’ai rédigé dans ma copie….je les aurais tous tués !!! Heureusement que j’ai ouvert les yeux (grâce à des patients) sur les autres techniques. A 75 ans je ne risque plus, comme vous, quoi que ce soit de la part des autorités de tous bords. J’ai utilisé il y a plus de 30 ans les physiatrons synthétiques de Solomides avec des résultats remarquables, de même le Viscum album fermenté de Weleda tout aussi remarquable et je passe sous silences les techniques telles Myothérapie (Dr Pollak) phytothérapie, électrothérapie et acupuncture et bien sûr homéopathie que j’utilise encore pour ma famille et mes amis. Mais CHUT! nous n’avons pas le droit de guérir les malades officiellement en dehors de la sacro-sainte faculté complètement contaminée et dirigée par les grand groupes pharmaceutiques tout comme les responsables politiques les uns après les autres. Voir les ministres de la santé: le « confrère » Douste Blazy avec le vaccin anti-Bépatite B en 1994, la grippe H1N1 avec Roseline Bachelot en 2009-2010,et maintenant Marisol Touraine avec la vaccination toxique de l’Hexavaccins..
    Merci cher confrère si vous pouvez arriver à faire quelque chose pour nos successeurs ( que je plaints de tout mon cœur)
    Bien confraternellement
    Dr Ruhlmann

  24. Claudia Plante-Jourdain dit :

    Vous avez tout à fait raison. En fait ce Bien penser est généralisé à tous les domaines de notre vie, l’aspect médical n’en est qu’un malheureusement, voir le sacro-saint principe de précaution dans le monde politique, journalistique et leur langue de bois, la route et ses automobilistes décérébrés, l’école et ses profs muselés, la tour Eiffel qui a une jupe, etc, etc … Bref, c’est une société incolore, inodore et si possible sans cervelle, donc sans liberté, qui connait ses heures de gloire grâce aux gouvernements successifs et aux journalistes réduits à n’être que des hauts parleurs. Affligeant!
    Merci pour votre action, vous n’êtes pas seul.
    Claudia

  25. doukie dit :

    Bonjour et merci d’oser dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, au risque de se faire évincer de la société!
    Mais dans quel monde vivons nous …? le profit et la puissance sont les leitmotiv de tous ces têtes bien pensantes et nous ne sommes que les moutons pour les satisfaire ! Tout ceci est très inquiétant et on peut se demander à qui peut-on faire confiance lorsque nous sommes confrontés à la maladie.
    Très cordialement

  26. GEORGE Gilles dit :

    Bonjour !
    Moi aussi je voulais juste dire merci,
    merci pour cette lettre très intéressante, comme la plupart de vos lettres.

  27. ALAIN QUINZELAIRE dit :

    Mais Dr Rueff, ces prétendus « soignants » avec leur « BPMN », ils s’en « foutent » de notre état de santé! leur prestige bien assis et la santé de leur compte en banque, est leurseule préoccupation ! ils ont des réponses toutes prêtes à fournir aux »pauvres ignorants » que nous sommes et eux répugnent à se poser les questions qui dérangent; comment attendre le moindre progrès de ces pharisiens de la médecine? Ce sont les « blanchisseurs » de leur bien-pensance: ils ne savent que « Salir les autres pour se laver » et dans ce domaine ils sont tristement imbattables….

  28. terre emmanuel dit :

    bonjour serais t’il possible d’avoir des renseignement sur la fibromyalgie mon neurologue ma constaté que j’ai la fibro depuis environs deux ans j’ai lu quelque livre sur cette maladie mais en faite je ne sais pas grand chose personne ne sais vraiment comment je doit vivre avec mes douleur ce que je doit mangé de préférence ou pas en faite j’ai l’impression que personne ne sais trop ce qu’on vie tous les jour. c’est une des maladie que j’ai en plus d’un vieillissement prématuré de la colonne vertébrale qu’on ma diagnostiqué y’a quelque année, plus de l’apnné du sommeil plus des migraine que j’ai depuis l’age de 11 ans des problème d’ulcère duodénum et de l’estomac. alors qu’on me dise comment je doit faire pour c’est souvent la déprime
    en attendent une réponse merçi pour tout si vous pouvé me répondre

  29. Maréchal Daniel-Victor dit :

    Merci de nous faire partager vos synthèses relatives à ce qu’il faut bien appeler le désert actuel de possibilités de soins de la population eu égard aux pathologies lesquelles ne sont pas là par hasard. (Le bol alimentaire particulièrement dégradé depuis 30/50 ans, les multiples scandales des laboratoires/banques qui grèvent sas vergogne le système de santé avec des résultats très décevants pour ne pas dire plus. La relation médecin/malade elle même victime de pathologie, Que dire de la situation psychologique des médecins. . .Il vaut mieux conclure par ce dicton chinois « l’imbécile qui regarde le doigt au lieu de voir la lune . . . Encore merci pour cette lettre d’information et bon courage à Luc Montagnier qui a précédemment travailler sur le langage des abeilles et sur les autistes. le sujet est trop vaste, j’arrête là.

  30. Manguy Yves dit :

    Cher Docteur,
    Merci pour l’analyse que vous faites, et que je partage concernant le manque d’ouverture de la médecine officielle lié sans doute pour une part à la pression des labos dont le Professeur joyeux lui même a été récemment la victime concernant les vaccins. Je pourrais ajouter un autre domaine qui est complètement exclus du champ que vous évoquez (qui sans doute sont plus présents en campagne) à savoir ceux qui pratiquent le magnétisme, ou les « rebouteux » qui soignent ou guérissent des maux ou la médecine officielle ne peut apporter qu un simple soulagement de la douleur avec des calmants ) pourtant reconnus par quelques médecins, (je signale ce docteur qui lorsqu’il avait un patient victime d’une entorse par exemple lui disait tout simplement: « allez donc voir le père Poirier (rebouteux local) il vous ferra plus de bien que moi! Ce qui se vérifiait….Il en est de même de certains magnétiseurs que je connaît, qui sont seulement reconnus dans certains hôpitaux pour calmer la douleur des brûlés, mais cela n’est pas dit! pourquoi?

  31. MR dit :

    Je me permet de commenter la « mémoire de l’eau »

    Il me semble que le physician « Jean Charon », par exemple
    dans son livre « l’esprit cet inconnu » donne peut-être une
    explication physique (esprit porté par positons et electrons, …) :

    c’est une extrapolation qu’il faisait à partir de ses théories
    introduisant les nombres complexes dans la relativité
    générale!…

  32. Buiatti dit :

    Le P rincipe de précaution est excellent et les *contre*semblent incapables d agir

  33. PLESSES Jean Louis dit :

    Je ne suis pas plus affligé par ce constat aujourd’hui, que par toutes les différentes procédures judiciaires dont ont été victimes tous les praticiens que j’ai connus depuis une bonne vingtaine d’années, et qui ont essayé de faire progresser les recherches médicales au risque de condamnation ou de perte de notoriété.
    Cela fait maintenant trop longtemps que l’on traite séparément par exemple, les problèmes d’allergie et autres colons irritables , alors qu’il est établi depuis fort longtemps la relation étroite entre le cerveau et l’intestin par le biais du nerf vague.
    C’est un exemple parmi tant d’autres, qui pourrait permettre de mieux faire comprendre au patient une possible origine de ces désagréments.
    Par delà ce constat c’est une plus grande responsabilisation du patient comme acteur de sa santé qu’il faut rechercher, et de plus de belles économies pour la sécurité sociale qui en a bien besoin.
    Ces constants je les ai réalisés en qualité d’acteur économique sur le terrain, en occupant pendant plus de 35 ans un poste d’inspecteur de l’URSSAF qui me permettait d’avoir un regard particulier sur le financement de la sécurité sociale, et ses dérives impensables dont j’étais un des garants.
    J’ai donc rencontré énormément de dirigeants d’entreprise qui engageaient des dépenses colossales sans discernement, et sans véritables choix efficaces de soins, des médecins qui ne remettaient pas en cause leurs pratiques ni leurs formations , car c’est certainement destabilisant ou moins intéressant financièrement de modifier un statut confortable.
    Concomitamment à l’exercice de mon activité, je realisais au fil des années des formations en développement personnel, magnétisme, radiesthésie, aromatherapie ,bio énergie.
    Cette sensibilité me conduisait encore plus à pressentir l’immense abime qui existait entre une médecine qui coûte chère, et dont l’efficacité reste à prouver dans certains domaines, et une médecine du savoir être, qui prend en compte l’individu en sa qualité d’être unique, dont l’éducation reste à faire pour qu’il donne un autre sens au soin qui lui sera apporté, qu’il revendique une certaine attitude plus responsable aussi de son praticien, et cela aussi dans l’intérêt collectif en sa qualité de citoyen, partenaire de la gestion de la sécurité sociale.
    Il reste du travail, et je souhaiterais que ces orientations soient prises avant que le système de SS qui est à bout de souffle soit remis en question, non pas pour des causes financières qui arrangeraient bien nos gouvernants , mais pour son inadaptation entre des besoins d’une population qui ont changé, et une réponse inappropriée du monde médical.
    Il existe aujourd’hui trop de discours divergents, trop de thérapeutes qui s’engouffrent dans cet espace, et trop de produits complémentaires qui ne sont pas non plus sans effets nocifs. Tout cela contribue à créer une jungle de possibles en matière de soins dans laquelle il ne fait pas toujours bon de s’engager sans risque.
    Je voulais donc témoigner avec simplicité et humilité sur ces articles, dont le sens et la portée me conviennent, et pour encourager ceux qui osent risquer leur notoriété pour faire avancer la réflexion.
    Je pense par exemple au professeur Belpomme, venu sur Biarritz dénoncer les risques de l’electomagnetisme , devant un parterre de gens affligés par l’attitude très frileuse des pouvoirs publics à l’égard de ce qu’il considère comme un risque énorme pour la santé.
    Il n’y a pas que les magnetiseurs et autres radiesthésistes qui le savent.
    Continuez à écrire pour nous éveiller et nous rassurer sur nos croyances que nous faisons partager à notre petit niveau.
    Cordialement

    Jean Louis

  34. krieger dit :

    bonjour les laboratoires qui les dirigent.qui imposes les lois qui nous empoisonnes qui veut diminuer la population.peut etre devrions nous inventer une medecine anti nouvel ordre mondial .exc pas de ponctuations

  35. Eric dit :

    Bonjour,
    Je vous remercie comme tant d’autres de vos articles éclairants, et les transmets régulièrement à mes amis.
    Une chose pourtant, si vous me le permettez, est pour le moins horripilante, c’est l’absence de contrôle de vos vidéos liées. Je n’ai jamais été au bout d’aucune à cause de contrainte. Cette asservissement (je pèse le mot) obligeant à tout avaler sans contrôle est assimilable à de la médecine allopathique obligatoire.
    Sans la liberté de blâmer ….
    Bien cordialement
    Eric

  36. Nadine Lipowski dit :

    Merci Dr Rueff de nous éclairer je suis entièrement d’accord avec vous. Mon regretté beau père qui était iridologue homéopathe et écrit un livre « Guide des remèdes de la nature  » pensait comme vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…