Merci

J’avais ce message dans mes projets quand je me suis rendu compte que celui qui se définit lui-même comme « l’allumé de service », Gabriel Combris, m’avait doublé dans un message de « Pure Santé ».

Gabriel nous rappelle les « conséquences de la gratitude » :

La gratitude, la science le démontre aujourd’hui avec précision, n’est pas seulement un sentiment noble et généreux. C’est un formidable remède, capable de prévenir des maladies extrêmement sérieuses. En témoignent ces quelques études, sélectionnées parmi des dizaines d’autres sur le sujet :

  • Des psychologues londoniens ont montré que les personnes à qui ils avaient demandé d’éprouver chaque jour un peu reconnaissance avaient retrouvé un meilleur sommeil et une tension artérielle réduite en seulement 2 semaines, par rapport à un groupe de contrôle [1]
  • Des médecins de l’hôpital de Boston ont constaté que des patients suicidaires à qui ils avaient donné des exercices psychologiques conduisant à ressentir de la gratitude voyaient leur désespoir disparaître dans 90 % des cas [2]
  • Des chercheurs irlandais [3] ont découvert que les personnes qui devaient noter chaque jour 5 choses dont elles se sentaient reconnaissantes voyaient leur niveau de stress et de dépression chuter jusqu’à 27 % au bout de trois semaines. Des résultats bien plus efficaces que tous ceux obtenus par des antidépresseurs chimiques, et sans le moindre effet secondaire bien sûr !

Alors je vous demande de me laisser m’y exercer et vous le proposer.

Merci, c’est d’abord à vous lecteurs que je pense qui me faites part de l’utilité de ces messages et de leur pertinence.

Merci d’être plus de 200 000, et chaque mois plus nombreux, à me lire toutes les semaines. Cela m’honore et me comble de gratitude.

Merci à celle qui, à l’arrêt de son taxi, lit instantanément mes « lettres » dès qu’un bip particulier retentit sur son smartphone. Elle se reconnaîtra.

Merci, à vous tous, patients et impatients, que je côtoie depuis plus de quarante ans, et qui me lisez encore aujourd’hui.

Merci à tous ceux qui ont connu mes doutes, écouté et suivi mes conseils et surtout, parfois des années plus tard, être venus me dire que je vous avais aidés.

C’est moi qui vous remercie.

La gratitude n’est pas une simple réponse à un besoin, même si certains en ont « vitalement » plus besoin que d’autres, comme les acteurs, les chanteurs et probablement… les politiques.

Elle est, en soi, une véritable philosophie de vie. Elle est un choix volontaire et parfois difficile dont je ne me suis rendu compte qu’il ne fallait rien attendre.

« Merci » : d’après le professeur de psychologie Robert Emmons, de l’université de Californie, aux États-Unis, ces cinq lettres peuvent changer nos vies.

Je pense qu’il est absolument indispensable d’apprendre ce mot magique à nos enfants dès le plus jeune âge.

Ne les embêtons pas avec des grandes théories que, trop jeunes, ils ne comprendraient pas. Contentons-nous de leur apprendre ce geste sacré du « merci » : un simple geste, un clignement d’œil, un hochement de tête. Leur apprendre à dire « merci » c’est leur apprendre la reconnaissance du don. Et de celle ou celui qui le prodigue.

« Aujourd’hui ça va, mais demain je ne sais pas ! »

Est-il nécessaire de recevoir un don ou un bienfait pour dire « merci » ?

Puisque cela semble faire tant de bien, ne pourrait-on pas, au soir de sa journée, avant de guetter le sommeil, faire un bilan et remercier pour tous les événements heureux ? En incluant les bonheurs faciles à reconnaître et…les autres, tous les autres, ceux dont nous n’avons nullement conscience et qui nous ont peut-être permis, à nous et nos proches, d’échapper à une catastrophe ?

Quand on pense sortir d’une période plus heureuse que les autres et quand on traverse une période moins légère, c’est certainement aussi à ce moment qu’il faut dire « merci ».

Je ne suis pas bouddhiste, mais quelle sagesse, quand même, dans ces 5 « remémorations » que le Bouddha a recommandé de réciter chaque jour !

  • Il est dans ma nature de vieillir. Il est impossible d’échapper à la vieillesse.
  • Il est dans ma nature d’être malade. Il est impossible d’échapper à la maladie.
  • Il est dans ma nature de mourir. Il est impossible d’échapper à la mort.
  • Tout ce qui m’est cher et tous ceux que j’aime ont pour nature de changer. Il est impossible d’échapper à la séparation d’avec ceux que l’on aime.
  • Mes actions sont mes vraies possessions. Je ne peux échapper aux conséquences de mes actions.

Ce que la philosophie bouddhiste dit, c’est que nous devons dire « merci » pour cette impermanence.

Il y a quelques années mon père, âgé de plus de 80 ans, répondait quand on lui demandait comment il se sentait : « Aujourd’hui ça va, mais demain je ne sais pas ! ». Il ressentait cette impermanence. A l’époque, ça avait le don de m’agacer. Maintenant je le comprends. Et je dis « merci » pour cette impermanence, car elle m’aide à vivre.

Le concept bouddhiste de « vacuité » [4] est très étranger à la philosophie dualiste occidentale.

Mais il nous indique que nous avons une autre motivation de remercier : celle, simplement, d’être là, aujourd’hui et maintenant, en tant qu’être manifesté.

Notre vie dépend des autres

J’ai remarqué que, de plus en plus, quand ils traversent la rue sur un passage clouté, les gens ne regardent plus autour d’eux. Ils avancent la tête enfoncée dans leurs pensées ou leur téléphone. Alors je m’efforce, quand j’y pense et qu’un automobiliste s’arrête, de faire un petit signe de la main.

Lorsque nous faisons preuve de gratitude, nous ressemblons à ces acteurs montés sur scène qui remercient à l’infini un César dont on les honore. Nous constatons ce qui, en nous, « ne dépend pas de nous », comme disait Epictète.

Je suggère que nous abandonnions définitivement cette pensée de Jean-Paul Sartre : « L’enfer c’est les autres ! » pour nous pencher ne serait-ce que sur ces 7,3 milliards de potentiels de vie, autour de nous, sur cette planète.

Pourquoi ne le faisons-nous pas ?

Parce que nous sommes dans le jugement.

Nous étiquetons et nous catégorisons les gens, les situations ou nous-mêmes. Mais, à moins d’être attentif à ce type de jugement, nous pouvons facilement nous laisser piéger dans des visions étroites et souvent négatives : « Il n’est pas très sympa » ou « Je ne sais pas m’y prendre dans les relations humaines » ou encore « Il ne peut pas y avoir de paix dans le monde ». Dès que nous arrêtons ainsi un jugement négatif sur une situation, nous nous créons une limite intérieure et étouffons toute possibilité d’agir de manière positive [5].

Remercier d’être là

En préambule [6] à la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) il est écrit : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

Ce texte n’a pas été modifié depuis 1946.

Il faudrait ajouter que la santé est un état d’équilibre précaire auquel nous devons continuellement apporter force et énergie.

D’où nous viennent ces « forces et énergie » ?

Marc-Aurèle a répondu : « De mon aïeul : le caractère honnête et l’égalité d’âme. De la réputation et du souvenir laissé par mon père : la conscience et la virilité… [7] ».

Pour ma part, c’est l’Univers tout entier, des plus grandes galaxies à la plus petite poussière d’étoile que je tire ma force. Et que je remercie, d’être là, d’être en vie.

On n’a pas plus besoin de philosophies ou de religions pour dire « merci », il suffit seulement d’observer, d’observer le mouvement des particules et de prendre conscience que nous sommes dans ce mouvement, nous sommes ce mouvement.

Cette philosophie permet de mettre de côté l’« ego » qui nous asphyxie et nous empêche de dire « merci ».

Lisez cette belle phrase d’Aristote: « L’homme qui est incapable de vivre en communauté ou qui n’en éprouve pas le besoin parce qu’il se suffit à lui-même, ne fait pas partie de la cité et par conséquent est une brute ou un dieu » [8].

L’écoute thérapeutique

Alors ce que je préconise, c’est de :

  • Donner aux autres cette reconnaissance que nous aimerions bien recevoir, en les remerciant, remerciant d’être, d’être là, même s’ils nous ennuient, nous agressent, ou nous posent des questions auxquelles nous n’avons pas toujours de réponse… c’est le propre de l’écoute thérapeutique.
  • Remercier aussi celle ou celui qui est nous écoute et nous supporte, avec nos interrogations que nous aurions modulées différemment si nous avions « tourné sept fois notre langue dans la bouche avant de les formuler ».
  • Essayer d’apprendre et de remercier le silence. En nous isolant dans la nature, en devenant parfois un ermite, donc un sauvage… pour retrouver l’essentiel.
  • Apprendre, nous les thérapeutes, puisque nous travaillons pour notre Santé, à nous remercier tout en pensant aux efforts de nos ancêtres. A tout ce qui a été en amont de nous, en amont de notre santé.

Merci à tous !

Surveillez bien votre boîte aux lettres

Dr Dominique Rueff


[1] The impact of a brief gratitude intervention on subjective well-being, biology and sleep

[2] Feasibility and utility of positive psychology exercises for suicidal inpatients.

[3] The effects of two novel gratitude and mindfulness interventions on well-being.

[4] Qui n’a rien à voir avec l’idée du vide ou vacuité, telle que l’on se la fait en premier.

[5] Emptiness, SGI Quarterly, avril 2001.

[6] Adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19-22 juin 1946; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats. 1946; (Actes officiels de l’Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948.

[7] Pensées, Livre I de Marc Aurèle (Folio, 2006).

[8] Les Politiques d’Aristote (Flammarion, “GF”, 1999).



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


35 réponses à “Merci”

  1. Sara dit :

    Merci à vous aussi.Pour le temps que vous prenez pour partager avec nous vos connaissances.

    • Monique Léon dit :

      Bonjour,

      Je prends plaisir à chaque sonnerie de portable à ouvrir mon mail pour vous lire. C’ est le premier remède que vous m’apportez. J’apprécie le contenu de vos lettres et je vous en remercie de tout cœur. Vous avez la bénédiction divine.

    • Pierre dit :

      Merci monsieur de rappeler à quel point il est important d’avoir de la gratitude.
      Monsieur Oshawa, penseur japonais, signalait, il y a de cela au moins 70 ans, que la plus grave des maladies, même que le cancer, est l’ingratitude, et que l’ingratitude ou ( l’égoïsme, l’orgueil, la résignation) est la maladie la plus longue et la plus difficile à soigner mais que l’on peut en guérir.

    • Christine VINCENT-SAVARY dit :

      MERCI de cette belle incitation à cultiver en soi et à offrir aux autres la gratitude. En 2005 j’ai découvert les travaux de Masaru EMOTO sur les potentiels de cristallisation de l’eau en fonction des « vibrations » positives ou négative reçues………..Les cristaux obtenus avec : merci, amour et gratitude sont de vrais joyaux et j’ai commencé à prendre soin de l’eau qui nous compose en pratiquant de plus en plus la gratitude pour qu’elle ait ce beau potentiel de cristallisation et je vais bien!

    • Danielle Lascaux dit :

      Merci de tout coeur, j’ai relevé sur mon calepin les phrases à réciter chaque jour suivant la sagesse Bouddhiste, je vais les méditer, je sens que cela me fera le plus grand bien…

  2. Christiane Valentin dit :

    Ouvrir cette lettre de bon matin, la lire avec bonheur et ressentir pour vous une profonde gratitude, pour tous les autres un vrai sentiment de fraternité et cette indéniable appartenance au « grand tout »… MERCI.

  3. Un grand merci pour ces pensées et réflexions que vous partagez avec nous régulièrement c’est un véritable bonheur à chaque fois. J’ai retrouvé le plaisir de dire merci à la vie le matin et le soir et je me sens plus apaisée et sereine, plus en communication avec le monde visible et invisible. Merci. Merci et mille fois merci

  4. Hélène dit :

    Merci à vous…

  5. Michèle Vaytet dit :

    Très intéressée par votre lettre… c’est vrai que devons cultiver en nous les sujets de reconnaissance. .savoir dire merci pour tout ce qui fait notre vie. .et en vous lisant j’ai pensé à des textes de la Bible qui nous encouragent à cette reconnaissance. .la Bible en elle même quand nous la lisons bien est remplie de ces conseils. En particulier cette lettre de Paul aux philipiens qui parle de reconnaissance. ..de se réjouir. .de ne pas s’inquièter…qui parle de joie. .très proche de certaines paroles de votre texte. Et vous avez raison en disant que dire merci libère. .c’est comme pardonner. .cela libère aussi. .donc merci pour cette lettre. .

  6. arlette dit :

    merveilleux ça met du baume au coeur de lire ce genre d article , et Dieu sait combien j en ai besoin en ce moment , 40 années de maladies et maintenant je me réveille enfin a 63 ans , et grâce a vos lettres j arrive a me réjouir de la vie qui m as été donnée , et aussi a remercier tout et tous dans ma vie , Merci a vous !!!!!!

    • constance farre dit :

      Je decouvre à l’instant votre superbe article sur le s bienfaits du MERCI . Et bien merci à vous car cette lecture nous envahit , nous grandit à la façon d’une fontaine d’humanité et d’amour .

  7. SOLAL dit :

    Bonjour,

    Dans ma nature d’être malade? Si je fais ce qu’il faut, je peux n’être jamais malade (ou très rarement).
    Quant à bouddha, il fut horrifié, lorsqu’il sortit de son palais, de constater l’impermanence des choses. Il créa sa doctrine précisément pour y échapper.

  8. Cécile dit :

    Pour la première fois, je voudrais vous dire que je souscris totalement aux 4 préceptes des « Merci » SAUF celui d’être malade. Ce n’est en rien une fatalité et ne ferai pas mienne cette assertion. Pour les autres, ce sont des paroles de Sagesse. Merci

  9. Mme Claude Delmotte dit :

    Je souhaite connaitre les détails pour me débarrasser de mon diabète traité par comprimés et stabilisé.
    J’ai un « surpoid »notoire et consequent

  10. Diane Racine dit :

    MERCI, vos messages m’interpellent et m’aident à faire la paix avec moi-même. Ne sommes -nous pas très durs envers nous-mêmes, A 68 ans, j’apprends à chaque jour de nouvelles raisons d’apprécier ceux et celles qui m’entourent.: conjoint exceptionnel, enfants généreux et 10 petits-enfants adorés. Ma mère de 93 ans a encore le sourire aux lèvres et la petite phrase drôle.
    Vos réflexions me permettent un temps d’arrêt et de douceur! MERCI

  11. TAVERNIER Claudine dit :

    A nous de vous remercier de tout cœur pour cette lettre pleine de bon sens et pour laquelle nous ne pouvons que ressentir gratitude . Elle touche au cœur tant elle parle vrai, juste et cela fait un bien fou de pouvoir lire des messages d’ une telle puissance … donc …merci…à vous aussi

  12. Claude Andary dit :

    Je vous adresse un vrai Merci. J’ai beaucoup aimé votre lettre, comme la plupart des lettres que vous écrivez, mais celle-ci plus particulièrement. Elle est pleine de sagesse et d’humanité. Et il est vrai qu’un « Merci » sincère fait toujours chaud au cœur.
    A bientôt pour une prochaine lettre.

    Claude Andary

  13. Martinou dit :

    Merci à vous
    Très belle soirée

  14. nicole dit :

    tres bel article a mediter merci merci merci…..

  15. Elisabeth dit :

    Je n’hésite pas à dire que votre lettre d’information récente sur le « MERCI » est FORMIDABLE !
    Le mot n’est pas trop fort pour vous exprimer moi aussi ma reconnaissance d’avoir eu l’idée de publier cette lettre.
    Rien qu’en la lisant, je me suis sentie d’abord concernée par ce thème de la gratitude, il a fait écho en moi et je reconnais l’avoir parfois mis de côté dans mon quotidien. Et ensuite, vos paroles ont été puissantes et génératrices d’un apaisement, d’une légèreté qui fait beaucoup de bien. Elles nous replacent immédiatement dans la valeur de cette attitude que nous devrions mettre en application le plus souvent possible dans nos vies de tous les jours.
    Ce simple mot MERCI est hélas de moins en moins employé. C’est pourquoi, quand on l’entend, il est ressenti avec d’autant plus de force.
    Oui, nous devrions éduquer nos enfants dans ce comportement simple mais noble.
    En effet, si moralement il fait du bien, il est certain que physiquement il a des effets insoupçonnés. A condition de ne jamais l’oublier, et de ne pas l’intellectualiser : en un mot, il doit venir du coeur, spontanément, et en conscience.
    Oui, le MERCI n’est pas toujours facile à dire (ou à penser), surtout face à des épreuves que l’on a du mal à accepter.
    Mais comprendre que, malgré tout, ces épreuves nous font avancer dans notre progression personnelle, cela nous rend fort et tolérants vis-à-vis des autres.
    Alors, pour conclure, MERCI à vous d’avoir diffuser cette pause salutaire dans nos esprits d’êtres humains souvent troublés par l’ambiance actuelle tellement terre-à-terre.
    BONNE JOURNEE !

  16. Comtois Janine dit :

    La lecture de cette lettre m’a procuré un tel bonheur que je ne peux m’empêcher de vous remercier de tout mon coeur. Mille merci pour vos conseils.

  17. Josette DUMONT dit :

    Merci pour votre lettre pleine de gratitude.
    Mais pourquoi ne pas remercier directement celui qui est à l’origine
    de tout….. Dieu, ou le grand architecte , ou ce en qui vous croyez ?
    Très cordialement
    Josette

  18. Rouland Dilette dit :

    Merci à vous Dr Ruef pour vos précieux conseils . Cette lettre est très belle et me touche au cœur .

  19. werner dit :

    Cela m’arrive bien souvent le soir de dire merci pour cette belle journée, merci à vous de nous
    donner des bons conseil.

  20. Berthile dit :

    C’est tellement agréable de dire merci et de recevoir un merci, (un sourire, un petit signe de la main. ..etc..)
    Merci à vous pour tout…

  21. Mirabelle dit :

    …………..et faire sienne la devise du Samouraï. n’attendre rien s’attendre à tout pour moi la plus belle des philosophies . Merci pour toutes vos lettres .

  22. Estelle dit :

    Merci pour cet article tout à fait pertinent. Moi-même je m’efforce de remercier aussi souvent que possible. Ça ne coûte rien et ça fait toujours plaisir, valorisant par la même la personne à laquelle on adresse ce remerciement. Je suggère aussi que l’on lance une étude de grande ampleur sur le niveau de bonheur et ou de tendance à la dépression des électeurs en fonction de leurs habitudes de vote. Ceux qui ont des valeurs d’altruisme et de partage et ceux qui à l’inverse votent pour la préservation de leurs privilèges et le repli identitaire. Peut-être ces personnes se reconnaîtront-t-elles, d’un bord comme de l’autre. En effet j’ai toujours été frappée par la haine que dégageaient certaines personnes dans leurs propos, racistes par exemple, ou à l’encontre des réfugiés, pour citer le pire. Les valeurs humanistes aident à mieux vivre, c’est un fait, et bien entendu et avant tout elles aident la communauté humaine. Alors avis aux scientifiques: lancez donc l’étude que je suggère. Elle permettra peut-être une prise de conscience qui permettrait à la communauté humaine de vivre dans un monde meilleur. Merci!

  23. DREGE Lucien dit :

    Après ce nouveau message je tiens tout simplement moi-même à dire merci au docteur RUEFF dont j’ai acquis et lu tous les livres auxquels je me réfère souvent ce qui (oui à 83 ans) me permet de rester en forme en menant une vie saine c’est à dire comme il le conseille . Je lui avais écrit il y a plusieurs années pour un problème de cholestérol et il m’avait gentiment répondu gracieusement . Aujourd’hui le problème est réglé et le gros avantage de suivre ses conseils c’est que désormais je ne me dispute plus avec mon cardiologue qui voulait à tout prix que je prenne des statines qui pratiquement m’ empêchaient de marcher et de jouer au tennis. Maintenant j’entretiens de bonnes relations avec mon cardiologue (qui ne me parle plus des statines ) ce qui fait qu’il n’y à plus de claquements de portes à chaque consultation annuelle . Cette année je lui ai dit que je voulais arreter le tennis car je trouvais que je ne bougeais plus assez . Il m’a dit que j’avais tort . Il faut dire aussi qu’il est aussi sportif et li avait ajouté que si un jour il était contraint d’arrèter le sport il ne ferait pas de vieux os . Ainsi va la vie .

  24. delacroix dit :

    Merci! petit mot magique qui met du baume au coeur à celui qui le recoit et fait grandir celui qui arrive à le donner!

  25. Brigitte R dit :

    Oui ! La gratitude nous permet de vivre connectés aux autres, à toute vie
    dans cet univers et à prendre conscience que TOUT est relié. MERCI Dr Rueff
    de me permettre de vous lire ! Un vrai bonheur !

  26. Denis DROUET dit :

    Cher Docteur RUEFF (non) Bonjour Dominique,
    Et d’abord merci à Gabriel qui est à l’origine de cette réflexion sur la gratitude.
    En tant que philosophe en retraite (mais toujours en activité car on ne peut pas arrêter de philosopher quand on a commencé), j’ai beaucoup apprécié dans votre article le rapport que vous faites entre le bouddhisme et les stoïciens (Epictète et Marc-Aurèle) … sans oublier Aristote, source inépuisable de thèses dans tous les domaines. Il est rai que Sartre, avec »l’enfer c’est les autres » dans Huis-Clos, voit le verre à moitié vide, tandis que vous et moi et plein d’autres heureusement privilégions la moitié pleine !
    Merci Dominique pour cet article qui illumine ce dimanche de convalescence … le Bouddha sur la cheminée approuve de toute sa sérénité ce mail écrit avec l’index de la main gauche (l’épaule droite ayant été opérée il y a dix jours).
    Bien cordialement (non) Avec ma profonde amitié,

    DENIS

  27. christiane lermytte dit :

    merci tout simplement .un tout autre sujet peu t on guerir des acouphénes

  28. Bernadette dit :

    Merci infiniment Dr Rueff pour tout ce savoir et ces connaissances que je reçois chaque jour . C’est un vrai plaisir de vous lire . Je vous transmets ma profonde gratitude et je remercie l’univers , le cosmique , de m’avoir laissé la vie il y a 6 mois !

  29. foucaud dit :

    Simplement merci du fond du coeur ;
    et ma reconnaissance attendrie pour ce rappel de quelques-uns des grands philosophes / spirituels grecs
    qui m’ont tant aidée dans ma propre recherche de l’essentiel…

  30. Marie-Noëlle dit :

    Bonjour
    Je voulais savoir ce qu’était l’exercice de la feuille morte qui fait dormir mais je suis tombée sur une publicité pour ALTERNATIF BIEN ETRE.
    Ca ne fait rien car je dors bien mais ma fille dort très mal. C’était pour elle.
    Quant aux mercis que nous devrions dire, je suis tout à fait d’accord, mais ma génération le faisait automatiquement car on lui avait appris et donc continue à le faire.. Par contre les jeunes générations ne le connaissent pas, tout leur est dû. C’est bien dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…