Quel petit-déjeuner en 2017 ?

Avant d’aborder le sujet du petit-déjeuner qui fait l’objet de vastes débats dans de nombreux ouvrages et médias, je voudrais vous faire part des conclusions d’une courte visite que j’ai faite dans les rayons « croquettes pour enfants » d’un super marché.

Oui, vous avez bien lu !

Ces alignements de boîtes colorées de céréales aux divers noms enchanteurs pour nos petits qui vont, très vite, leur permettre d’affirmer leurs goûts et leurs préférences, occupent une place de plus en plus importante.

Indépendamment de leur nom de marque et de leur forme : müeslis, pétales, flocons d’avoine, de maïs, semoules, farines… soufflés, enrobés de chocolat ou de caramel, mélangés ou non à des fruits secs ou des oléagineux ne change pas grand-chose au résultat final : ils sont bourrés de sucre.

C’est même leur principal composant puisque, pour une portion habituelle de de 30 à 45 grammes, on en retrouve, en moyenne, de 20 à 30 grammes (soit environ entre 4 et 6 morceaux de sucre, en fonction de leur taille !).

Les étiquettes, en grande partie illisibles pour un consommateur courant, font état de la présence, pour leurs principaux ingrédients :

  • De protéines dont l’origine est imprécise : moins de 10%,
  • De fibres alimentaires : moins de 5%
  • De matières grasses, acides gras saturés, aux environs de 5%
  • De sel aux environs de 1%
  • Diverses vitamines et minéraux en faibles quantités sans qu’il soit précisé si elles sont naturellement comprises dans l’aliment ou ajoutées.

Des étiquettes « à rallonge » et obscures

Certaines marques ne précisent pas ou peu la multiplicité des ingrédients, d’autres les détaillent de façon presque ésotérique.

Elles mentionnent pratiquement toutes la présence de sucre en poudre, de cacao, de sirop de glucose ou de dextrose, de mélasse, d’émulsifiants, de « régulateurs d’acidité », d’arômes naturels, de carbonate de calcium, d’amidon de maïs, d’huile végétales de tournesol, de palme, de soja, d’amandes et autres « fruits à coque »…

Disons-le clairement : la complexité de de ces mélanges facilite le risque d’intolérances et d’allergies diverses.

Les étiquettes révèlent également un apport calorique de 150 à plus de 250 calories pour une portion moyenne de 30 grammes. En pratique, la portion moyenne est souvent plus près de 45 grammes que de 30. On va donc dépasser les 350 calories. Je vous laisse compter les calories quand on ajoute les 70 calories d’un verre de lait écrémé, celles provenant de jus de fruits (qu’ils soient pressés maison ou en bouteilles) et d’autres aliments souvent ajoutés au muesli comme du pain, du beurre, de la confiture ou des fruits… et je ne parle pas de ces pâtes à tartiner très prisées au goût de noisettes et de cacao. On peut très largement dépasser les 500 calories qui sont considérées par la plupart des nutritionnistes comme un maximum à ne pas dépasser au petit-déjeuner.

Le pire ne réside pas dans ce total mais dans le détail :

  • Du sucré à au moins 60%,
  • Un déficit en protéines,
  • Des additifs imprécis dont l’absence de toxicité n’est pas prouvée,
  • Le risque de pollution par les herbicides dont nous allons reparler.

Quant à la monotonie d’un tel repas… je préfère ne pas en parler !

L’intolérance au gluten

Aujourd’hui on parle plus volontiers de « maladie coeliaque » que d’intolérance au gluten.

Il s’agit d’une inflammation chronique des parois intestinales, qui deviennent plus perméables du fait de la présence d’une protéine du gluten, la gliadine, dans les céréales. Chez certaines personnes prédisposées, cette protéine va produire localement un conflit antigène-anticorps, puis lorsque ce conflit perdure une maladie générale de l’organisme, dite maladie auto-immune, comme, par exemple une thyroïdite, une arthrite chronique..

Les symptômes, douleurs, ballonnements apparaissent ainsi que des déficits nutritionnels en particulier en fer, en vitamine D et B….

Il y a encore peu de temps on considérait que l’intolérance au gluten ne touchait que quelques pourcentages de la population mais elle est en constante augmentation.

Alors je pose la question : peut-on proposer systématiquement un petit déjeuner constitué systématiquement et en grande partie de céréales ?

Des pesticides au petit-déjeuner ?

L’association « Générations Futures » a publié le 11 octobre 2016 [1] une étude révélant (en dehors du bio) que 100% de ces produits contenaient des pesticides et un bon nombre de perturbateurs endocriniens [2].

Même si les méthodes de l’étude ont été contestées, notamment par le journal « Ouest France » [3] on est en droit de s’interroger sur l’intérêt et la nécessité de faire consommer régulièrement à nos enfants de tels mélanges sucrés, salés et très certainement pollués. Certes les doses, par portion, sont faibles mais dans tous les cas ces cocktails de pesticides, d’herbicides, de phtalates dont les céréaliers industriels ne savent pas se passer sont suspectés d’agir sur le développement du fœtus, de favoriser l’apparition de malformations, de troubles des organes reproducteur, de pubertés précoces et d’obésité.

En attente de nouvelles règlementations nous ne sommes pas en mesure d’influer sur la composition et la qualité de ces produits.

Fatigue et troubles de l’attention

Alors posons-nous la question : sont-elles vraiment incontournables nos céréales du matin ?

Certes les céréales industrielles sont faciles d’emploi : verser du lait sur une portion de céréales, en y rajoutant parfois du sucre en poudre pour « améliorer » le goût ne prend que peu de temps.

En plus, ces produits sont très appréciés des enfants.

Mais doit-on, peut-on, raisonnablement se laisser aller à cette facilité ?

Cela peut devenir un véritable problème d’organisation, surtout en situation de famille nombreuse, Je n’ai nulle intention de diaboliser ni un produit ni un comportement. Je souhaite simplement vous inviter à réfléchir sur les risques que vous prenez et surtout faites prendre à vos enfants, en cédant à la facilité et à l’excuse du manque de temps.

Combien d’enfants avec de tels petits déjeuners sont fatigués ? Bien avant le « coup de pompe » de fin de matinée, qui va leur donner une furieuse envie de consommer une sucrerie ou une viennoiserie à la récré, combien manquent aussi d’attention et sont agités ?

Osons le dire : sans aller jusqu’aux « troubles de l’attention, avec ou sans hyperactivité » [4] (TDAH) qui est une vraie maladie, les performances sont altérées pour beaucoup d’enfants et leurs voisins de classe perturbés par leur agitation matinale.

Ces troubles peuvent mener à de vraies dépressions, à d’autres troubles chroniques de l’alimentation (tentations de plus en plus fortes de rajouter du sucre au sucré !), à l’obésité précoce et aux dépressions. Certains ajoutent qu’ils peuvent induire, chez les plus grands, des conduites addictives comme la consommation de drogues et de stupéfiants.

Ces constatations n’ont, en fait, rien de surprenant quand on commence à réaliser le danger d’un petit déjeuner aux 2/3 glucidique.

Je pense que chacun sait maintenant que toute absorption de glucides (et pas seulement ceux que l’on appelle « sucres rapides ») entraîne une sécrétion d’insuline.

En conséquence, et pour simplifier à l’extrême, toute hyperglycémie est suivie d’une hypoglycémie. Les pics dépendent de la qualité et de la quantité des sucres ingérés.

Je vous parlerai dans une prochaine lettre d’un livre publié en aout 2016 [5] du docteur David Perlmutter, un neurologue américain mondialement connu : « Ces glucides qui menacent notre cerveau ». Certes ce n’est pas le premier et beaucoup d’entre vous ont lu l’ouvrage plus ancien de Danièle Starenkyj « Le mal du sucre » [6] écrit en…1981 et de nombreuses fois réédité. Ce livre a d’ailleurs fait partie des lectures « lumineuses » de mon existence. Il explique parfaitement ce phénomène d’hyperglycémie qui découle de toute ingestion de produits sucrés et constitue, très certainement, l’un des mécanismes les plus nocifs de l’alimentation.

Les addictions au sucre et au sucré que l’on induit chez les jeunes enfants ne seraient-elles pas le « marche pieds » d’autres addictions qui risquent de survenir dès les premiers instants de doute et d’anxiété ?

Dans une lettre suivante je vous parlerai des alternatives à ces petits-déjeuners hyperglycémiques.

Surveillez donc bien votre boîte aux lettres,

Dr. Dominique Rueff




N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


21 réponses à “Quel petit-déjeuner en 2017 ?”

  1. Dr Valette dit :

    Bonjour Docteur Rueff

    « Notre corps est le temple de l’âme. Prenons soin de lui si on veut que notre âme y reste. « (Lu).
    Bien se nourrir est donc primordial.
    Vos lettres alertent et font prendre conscience et vous en remercie.
    Cependant, je suis restée sur ma faim (de petits déjeuners?):
    Alerter oui, mais proposer une ou d’autres alternatives seraient vraiment précieux et judicieux. Q ue conseillez-vous?
    Je mange le matin un ou deux fruits avec des noix ou amandes ou noisettes.Je buvais du thé vert…c’est decalcifiant.. je bois des tisanes.
    Qu’en pensez-vous? Pourriez-vous proposer des alternatives?
    En espérant ne pas vous avoir contrarié.. loin de moi l’idée
    Bien cordialement et confraternellement
    Docteur Valette

  2. Buchcik Myriam dit :

    Merci pour cette lettre confirmant ce que je disais à mes enfants…mais l ‘important est aussi de ne pas diaboliser les repas , chez les filles ee ne plus manger est aussi grave…et l’énergie est essentielle pour aller à l’école!
    Alternative est un müsli ou du pain …je suis curieuse de votre prochaine lettre! Merci encore pour vos apports de qualité.

  3. MAGENDIE dit :

    bien de dénoncer une mauvaise alimentation ,mais orienter et conseiller les lecteurs pour une meilleure alimentation serait bien en même temps.

  4. MAGENDIE dit :

    Je trouve bien toutes ces alertes sur une mauvaise alimentation mais j’aimerais que ces lettres comportent aussi des conseils pour orienter le public vers une meilleure alimentation, plus le conseil de livres pour affinerleurs recherchent

  5. BARTHELEMY dit :

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord avec vous et je n’ai jamais consommé ces céréales au petit déjeuner. Elles sont trop sucrées et je n’aime pas leur goût. Je n’en ai jamais donné à mon fils non plus.

  6. Leleux Brigitte. dit :

    Merci pour vos publications très intéressantes.
    Depuis quelques temps au petit déjeuner, Je prends des céréales bio Bjorg ,avec soit du lait de riz ,soit du lait d’amandes bio ,et un kiwi ( bio- bien sûr ).
    J’ai l’impression de me sentir mieux ( Moins ballonnée entre autre).
    Qu’en pensez vous?
    Merci de me repondre.

  7. Maire francis dit :

    Bonjour
    je viens de lire votre lettre sur les petits déjeuner. Je n’ai rien appris de nouveau, sauf que hélas voici 60 ans que je prend du pain et de la confiture, donc 70% de glucides.
    Dernièrement j’ai introduit le beurre et la chicorée.
    Mais il me parait très difficile de changer après aussi longtemps !
    Cordialement
    Francis maire

  8. Bidault Claire-lise dit :

    Bonjour,
    J’ai lu l’entier de votre article avec lequel je suis d’accord en ce qui concerne les petits déjeuners, mais à moins que j’ai mal lu l’entier de votre article, je n’ai pas trouvé d’exemples ou d’infos pour de petits déjeuners sains ?
    Si vous parler de glycémie, donc de sucres, il faudrait privilégier les protéines, mais à part les oeufs, si on ne veut pas trop de viande, cela devient difficile de remplacer les protéines par quoi, ? je vois difficilement des légumineuses le matin.
    Sinon peut-on mélanger sans que ce soit trop contradictoire pour la digestion si l’on veut un peu de glucide prendre des protéine et sucres comme par exemple oeufs, fruits frais et secs + noix ou amandes ?
    Merci d’élargir et de citer si possible pour l’info des groupes d’aliments à associer au choix selon les goûts, et pour varier.
    Cordialement.

  9. Lestel dit :

    Bonjour,
    Merci pour vos articles très intéressants.
    Que pensez-vous des graines de lins moulues au petit déjeuner? J’ai entendu dire que le lin participait à la décalcification, mais je ne parviens pas à trouver de confirmation.
    Merci de m’éclairer.
    Cordialement

  10. Pierre ROBERT dit :

    Cher Dr RUEFF

    J’aime lire vos articles mais celui-ci m’a déçu. En effet pour accéder à votre vidéo vous dites :  » Ne consommez pas de curcuma avant d’avoir lu ceci : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? – etc… puis accès à votre vidéo dans laquelle il n’est jamais question du curcuma – ce qui m’a déçu.

  11. Goudal dit :

    Tout à fait d’accord avec vous. Depuis trois ans j’ai arrêté les féculants et j’ai perdu 12 kilos sans problème. Depuis mes petits déjeuners se composent de thé (sans sucre ni lait) et de pamplemousse rose (ou d’ananas) auquel j’ajoute des fruits secs (raisins secs, canneberge, noix de cajou, une noix du Brésil pour le sélénium), quelques cubes de gingembre confit et, en saison, un ou deux kumquats coupés en petits morceaux. Il m’arrive de compléter avec un œuf à la coque et un morceau de tome de brebis. Et je suis bien calée jusqu’à 14:00 heures.
    Cordialement,
    Isabelle

  12. DOUVILLE dit :

    Bonjour,
    Les publicités depuis les années 80, ont incitées les parents sur la présences des céréales au petit-déjeuner. J’ai comme tout le monde donné à mes enfants des kellog’s etc avec du lait. Mon fils né en 89 consommait 1 litre de lait par jour avec des céréales. A 14 ans, cancer de la glande pinéale, avec intervention chirurgicale, radiothérapie, chimiothérapie… en 2016, ma petite-fille de 13 ans est passée à deux doigts du coma, résultat diabète de type 1. Elle consommait régulièrement lait, céréales, viennoiseries, nutella, pour toute la famille 1 klg de nutella tous les 15 jours……. Nous avons toujours essayé de se baser sur le mode de vie des américains, et voilà le résultats, des enfants diabétiques, obèses. Dans mon enfance, le goûter était un simple morceau de pain avec un carré de chocolat ou de confiture.. et le matin du chocolat au lait Banania avec pain, beurre et confiture maison. On suit des modes mais il semble bien que l’âge aidant, nous devenons plus raisonnable.

  13. de Bournonville Hélène dit :

    c’est très bien de nous avertir que nos petits déjeuners sont mauvais pour la santé, et que nous mettons en danger la santé de nos enfants dès leur plus jeune âge, alors, quel est le petit déjeuner idéal ? Vous ne dites jamais rien ! Merci de dire ce qui est mauvais et de nous mettre en garde sur nos mauvaises habitudes, mais quid des bonnes habitudes à avoir ???

  14. Nat dit :

    Épileptique depuis l’âge/9 ans : mon intestin complètement ABiME ! Depuis que je mange ss gluten : plus d’aphtes/de ballonnements. mais ayant faim le matin, je ne sais quoi déjeuner. Les céréales Bjorg ont des glucides et les cracottes bio partent rapidement (fines)

  15. Pinault dit :

    Bonjour
    tout d’abord merci pour tous vos communiqués.. .
    Je suis expart et vous lis de Casablanca.
    Je n’ai pu voir la vidéo de Elke en entier.
    Pourrons -nous la voir ultérieurement?
    Merci beaucoup d’avance.
    Belle journée.
    Catherine

  16. Pierre Pommeret 88 ans et actif dit :

    mon petit déjeuner;
    2 tranches pain grillé, arrosées huile d’olive, dessus fromage chèvre frais et en saison tranche tomate du jardin plus 1 yaourt chèvre maison et une pomme, où une orange
    merci Docteur de vos conseils

  17. Francine Boyer dit :

    J’apprécierais que l’on puisse voir la ligne de temps à la base des vidéos. Comme ça on saurait quel est le temps d’écoute et on pourrait en écouter une partie, noter notre position et continuer à un autre moment. Merci pour votre écoute!

  18. Etcheverlepo Pierrette dit :

    Merci

  19. Plée Dominique dit :

    Une récente étude internationale vient de montrer une baisse de QI de 3 a 4 points dans les pays occidentaux, depuis une vingtaine d’années.
    Les chercheurs ne savent pas trop a quoi l’attribuer mais envisagent l’impact des perturbateurs endocriniens au moment de la formation du fœtus. J’ajouterai, ce qui n’est pas politiquement correct, l’impact toujours nié, mais néanmoins réel, de toutes les imbécillités déversées a longueur de journée sous forme de « divertissement » (jeux vidéo, programmes TV, etc…) et qui participent de l’abrutissement programmé et généralisé auquel on assiste tous les jours. Les sucres des céréales pourraient être une autre piste mais gageons qu’il n’y a pas qu’une cause mais probablement un effet « cocktail »

  20. BODIN CHARLES dit :

    CERTES, LE CURCUMA s’assimile mieux avec de l’huile, mais est-ce inutile de le prendre aussi en poudre bien fine et d’en asperger une salade, les légumes ou même la viande blanche du menu? Bien des malades font cela et semblent s’en satisfaire?

    Merci de vos appréciations sur les céréales hyper sucrées!

  21. Bronnec dit :

    Bonjour Docteur,
    Si je peux me permettre, le BIO n’existe pas.
    Tout agriculteur, selon certains critères, peut tout simplement acheter se logos.
    Je m’explique, vous avez un agriculteur qui fait du Bio, mais autour de lui, si les autres agriculteurs utilisent des produits pour traiter, le vent, l’eau etc ne s’arrêtera pas au limite de celui qui fait du Bio soit disant
    Le terme naturel est plus juste.
    Je voie très mal un agriculteur bio qui désherbe une parcelle à la main, il fait comme tous ils utilisent des pesticides soit disant naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…