Pourquoi boire du thé vert tous les jours ?

Première partie

Chère amie, cher ami,

Le thé vert n’est pas simplement une boisson détox « à la mode ». C’est un véritable allié pour votre santé, doté de merveilleuses propriétés. Dans cette lettre et la suivante, je vais vous expliquer pourquoi, quels sont ses intérêts, comment le choisir et le préparer pour profiter de ses bienfaits.

Une plante mondialement étudiée 

Le thé vert, issu du théier (Camellia Sinensis), un arbuste originaire d’Extrême-Orient, reste la boisson la plus consommée au monde après l’eau. On recense plus de 2 000 études publiées sur le thé vert, ce qui en fait la plante médicinale la plus étudiée dans le monde ! Des recherches portant sur le stress oxydant[1] ont révélé que les extraits de thé vert sont 200 fois plus efficaces que la vitamine E pour prévenir l’oxydation des cellules[2] dans le cerveau par les radicaux libres, et donc préserver son bon fonctionnement.

Cette lettre prend ses sources dans une centaine d’études scientifiques portant sur les mécanismes par lesquels le thé vert peut prévenir certaines maladies et retarder le vieillissement.

C’est, justement, la régulation de ce stress oxydant qui constitue le point commun de l’activité préventive et adjuvante du thé vert dans bon nombre d’affections.

Les effets antioxydants du thé vert

Un article paru en 2015 dans la revue Sciences et Avenir[3] donne une excellente définition de l’effet antioxydant du thé vert : « Le thé contient trois principales familles d’antioxydants : les catéchines[4], les théaflavines et les théarubigines[5]. Il y aurait dans une tasse de thé vert jusqu’à 400 mg de polyphénols totaux[6], selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES). Grâce à ces composés, le thé est considéré comme la boisson à la plus forte activité antioxydante, deux tasses représentant l’équivalent de sept verres de jus d’orange [le sucre en moins !][7] ; le pouvoir antioxydant des extraits de thé vert est d’ailleurs quatre fois supérieur à celui de la vitamine C. La substance antioxydante la plus importante dans le thé vert est l’EGCG (épigallocatechine-3-gallate), un polyphénol puissant de la famille des catéchines[8] […] ».

Les extraits de thé vert protègent l’organisme en se liant aux radicaux libres générés par les agents oxydants, notamment le fer, le peroxyde d’hydrogène, le radical superoxyde[9] et le paraquat[10], un herbicide bien connu.

Du thé vert pour 60 maladies et affections ? 

Le thé vert a des implications dans la prévention et le traitement adjuvant de plus de 60 maladies et affections. En plus de ses effets antioxydants :

  • il est anti-inflammatoire ;
  • il est anti-infectieux, antiviral, antifongique et antibactérien ;
  • il renforce l’immunité ;
  • il diminue les caries dentaires ;
  • il facilite la digestion ;
  • il a des effets dans la prévention cardiovasculaire ;
  • il a des effets dans la prévention et le traitement adjuvant des cancers ;
  • il augmente la sensibilité à l’insuline, diminue l’appétence aux sucres, et peut donc intervenir dans la prévention du diabète de type II ;
  • il peut contribuer à la perte de poids ;
  • c’est un puissant diurétique qui améliore la détoxination de l’organisme par les reins ;
  • il améliore les capacités cognitives.

Mais voyons tout cela plus en détail.

Thé vert et prévention du cancer

On a commencé à s’intéresser aux propriétés du thé vert à la suite d’études épidémiologiques montrant que les taux de cancer étaient moins élevés dans les régions où l’on consomme beaucoup de thé vert : Chine, Corée et Japon.

Des études nutritionnelles effectuées dans les régions du Japon où le thé vert est particulièrement populaire, ont révélé que l’incidence des cancers de l’estomac, du foie, du pancréas, du sein, du poumon, de l’œsophage et de la peau est plus faible chez les personnes qui consomment du thé vert.

Une étude de 2018[11] détaille les différents mécanismes anticancéreux du thé vert, en particulier vis-à-vis des risques de cancer du poumon, qui diminuent de 45 % chez les fumeurs qui boivent du thé vert. 

Des études animales montrent que le thé vert réduit les risques de nombreux autres cancers :

  • cancer de la prostate[12];
  • cancer du foie[13];
  • cancer du sein[14];
  • cancer de l’endomètre (utérus)[15];
  • cancer des ovaires[16];
  • cancer de l’œsophage et de la bouche[17], etc.

Les chercheurs ont démontré que le thé vert agit comme un puissant antioxydant et, mieux encore, joue le rôle de neutralisateur des agents cancérigènes.

Des études sur les souris ont montré que les thés verts et blancs ralentissaient la division cellulaire dans le cancer. Par ailleurs, ces thés ont des effets « anti-angiogéniques » : il participent à la destruction des micros-vaisseaux qui se forment autour des tumeurs et qui permettent leur croissance tout en favorisant la dissémination des métastases.

Il faut enfin signaler la commercialisation depuis peu de temps de l’Onkotea®, des thés à propos desquels le professeur Beljanski aurait noté des propriétés plus particulièrement anticancéreuses[18].

Le thé vert pourrait intervenir sur l’origine des cancers de quatre façons :

1) en neutralisant les différents agents cancérogènes (notamment ceux liés à la pollution) et en protégeant les cellules contre leurs effets mutagènes ;

3) en protégeant l’organisme et plus particulièrement son ADN des dommages des radicaux libres ;

4) en protégeant les cellules des dommages des radiations ionisantes (les rayons X), qu’elles soient d’origine naturelle, comme c’est le cas pour certains sols (Bretagne), ou provoquées par les appareils de radiologie et les scanners.

De là à conclure que boire trois tasses de thé vert par jour a une action préventive certaine sur les cancers, il n’y a qu’un pas qu’il ne faudrait pas franchir avec trop d’enthousiasme, car l’action anticancéreuse de l’EGCG, principal antioxydant du thé vert, n’a été démontrée en laboratoire que sur des souris et à fortes doses. D’autres études doivent venir confirmer cette efficacité chez l’homme.

Dans tous les cas, il faut s’abstenir de consommer du thé vert (et les antioxydants en général) à fortes doses en cours de chimiothérapie, car les effets antioxydants du thé vert pourraient venir contrecarrer les effets thérapeutiques (oxydants) de la chimiothérapie. 

Le thé vert protège le cerveau, améliore les fonctions cognitives et la mémoire 

Une étude[19] réalisée en 2016 auprès de 1 000 personnes vivant à Singapour montre que les consommateurs réguliers de thé vert de plus de 55 ans couraient 50 % moins de risques de voir décliner leurs fonctions cognitives que ceux qui en buvaient peu. Une autre étude menée par les professeurs Christoph Beglinger de l’Hôpital universitaire de Bâle et Stefan Borgwardt de la clinique universitaire psychiatrique de cette même ville, révèle ses effets positifs sur les performances cognitives et la mémoire au travail[20].

Le thé vert améliore l’éveil, la concentration et la mémoire[21] : les moines bouddhistes l’utilisent pour rester éveillés durant leurs méditations. Pourquoi les étudiants qui révisent leurs examens ne feraient-ils pas de même ?

Prévention et effets adjuvants du thé vert pour les maladies cardiovasculaires 

Les agents qui inhibent l’agrégation des plaquettes sanguines réduisent aussi les risques de maladies cardiaques. Ainsi, le thé vert inhibe l’agrégation des plaquettes de manière semblable à l’aspirine, mais contrairement à ce dernier, il inhibe aussi le facteur d’activation des plaquettes (PAF), qui est à l’origine des accidents cardiovasculaires aigus. L’action inhibitrice du thé vert sur le PAF est semblable à celle du Ginkgo biloba, et suggère que le thé vert intervient dans plusieurs phases de l’agrégation anormale des plaquettes sanguines.

Des études de laboratoire ont montré que le thé vert abaisse le taux de cholestérol, en réduisant l’absorption du cholestérol alimentaire et en favorisant son excrétion fécale. Ces effets sont semblables à ceux des résines que l’on utilisait jadis en thérapeutique et qui furent abandonnées du fait d’effets secondaires intestinaux que n’a pas le thé vert. Les effets protecteurs de cette plante sont d’autant plus appréciables qu’elle diminue également l’oxydation du cholestérol. Or, c’est cette oxydation, et en particulier une fraction du cholestérol que l’on nomme LDL[22] qui, beaucoup plus que le taux de cholestérol total, est à l’origine des accidents cardiovasculaires.

Le thé vert diminue également l’absorption des graisses dans l’estomac et dans l’intestin. Il inhibe l’activité des lipases[23] qui interviennent dans le métabolisme des triglycérides, des graisses que l’on trouve principalement dans les produits animaux, laitiers et l’huile végétale. Nous savons que ces graisses jouent un rôle important dans le risque cardiovasculaire.

Le thé vert peut aussi abaisser la tension artérielle en modulant le métabolisme de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA)[24].  Les inhibiteurs de l’ECA constituent l’une des classes de médicaments utilisée pour combattre l’hypertension artérielle. De fait, une consommation régulière de thé vert pendant au moins trois semaines tend à faire baisser la tension artérielle[25].

Une équipe de scientifiques chinois vient de publier une vaste étude qui démontre que boire du thé vert plusieurs fois par semaine augmente les chances de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Les chercheurs ont estimé que les quinquagénaires amateurs de thé développeraient en moyenne un accident cardiovasculaire ou une maladie coronarienne 1,41 an plus tard et qu’ils vivraient 1,26 année de plus que ceux qui ne buvaient pas ou peu de thé[26].

Le thé vert protège et raffermit la peau

Il peut être appliqué :

  • sur les yeux fatigués pour les reposer ou atténuer les cernes ;
  • en compresses pour rafraîchir le visage, estomper des tâches ou des imperfections ;
  • sur des coupures mineures et des coups de soleil ;
  • sur un zona ou un herpès ;
  • dans l’eau du bain avec des sels d’Epsom[27], pour mieux se relaxer et se détendre après une journée d’effort ou de sport.

Nous verrons dans une prochaine lettre les autres propriétés du thé vert, et surtout comment le choisir et le préparer. Nous évoquerons également les propriétés des autres thés.

Docteur Dominique Rueff


[1] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/stress-oxydant/

[2] On appelle ce phénomène la peroxydation des lipides : https://biologiedelapeau.fr/spip.php?mot152

[3] https://www.sciencesetavenir.fr/nutrition/le-the-vert-un-puissant-antioxydant-aux-vertus-preventives_29925

[4] Les catéchines font partie de la famille des flavonoïdes ; ce sont des molécules qui s’accumulent dans certaines plantes, dont certaines ne sont pas comestibles, et leur serviraient à se défendre.

Ces molécules antioxydantes participent à l’amertume et à l’astringence des aliments dans lesquels on les trouve (thé, cacao, café, vin, etc.).

[5] « Lors du processus de fabrication du thé noir, une partie des catéchines sont transformées en théaflavines et théarubigines. Les théaflavines et théarubigines ont une action thérapeutique équivalente, voire supérieure à celle des catéchines, dont une action anticholestérol et préventive contre les maladies cardiovasculaires. Elles réduisent les courbatures et ont des effets antiallergiques. », Nathalie Hutter-Lardeau, http://french.visitbeijing.com.cn/a1/a-X9XFFK8F455EB8131C54F0

[6] Molécules antioxydantes présentes dans les légumes verts et colorés.

[7] Note personnelle

[8] https://www.femmeactuelle.fr/sante/alimentation-equilibree/les-secrets-sante-des-catechines-02304

[9] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18197822

[10] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17235729s

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29429153

[12] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28353571

[13] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28095030

[14] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30513889

[15] Kakuta, Y., Nakaya, N., Nagase, S., Fujita, M., Koizumi, T., Okamura, C., Niikura, H., Ohmori, K., Kuriyama, S., Tase, T., Ito, K., Minami, Y., Yaegashi, N., and Tsuji, I. Case-control study of green tea consumption and the risk of endometrial endometrioid adenocarcinoma. Cancer Causes Control 2009; 20(5):617-624 ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19067194

[16]  Larsson SC, Wolk A. Tea consumption and ovarian cancer risk in a population-based cohort. Arch Intern Med 2005;165:2683-6 ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16344429
– Zhang M, Binns CW, Lee AH. Tea consumption and ovarian cancer risk: a case-control study in China. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2002;11:713-8 ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12163323

[17] Wang LD, Zhou Q, et al. Intervention and follow-up on human esophageal precancerous lesions in Henan, northern China, a high-incidence area for esophageal cancer ; Gan To Kagaku Ryoho. 2002 Feb;29 Suppl 1:159-72.

[18] https://www.natural-source.com/eu/onkotea.html?___store=eu_fr

[19] https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00213-014-3526-1 et https://www.sciencedaily.com/releases/2014/04/140407101545.htm

[20] https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/mnfr.201200035

[21]  Green tea extract enhances parieto-frontal connectivity during working memory processing. André Schmidt, Felix Hammann, Bettina Wölnerhanssen, Anne Christin Meyer-Gerspach,Jürgen Drewe, Christoph Beglinger, Stefan Borgwardt. Psychopharmacology, October 2014.

[22] LDL signifie Low Density Lipoprotéines

[23] Enzymes sécrétées par le pancréas qui contribuent à la transformation des triglycérides en acides gras

[24] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28544013

[25] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18848434

[26] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/maladies-cardiovasculaires-vert-fontaine-jouvence-coeur-79101/

[27] https://www.selepsom.fr/



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


11 réponses à “Pourquoi boire du thé vert tous les jours ?”

  1. Muriel dit :

    Article très intéressant. J’avais commencé à en boire tous les jours par contre je faisais de l’hypotension dès que j’en buvais. J’ai donc dû arrêter.

  2. alberte wojtyna dit :

    je profite de cet article pour vous demander si vous connaissez un produit « gingko bilboa « qui répond aux normes que vous citez dans un précédent article.

  3. joel ataroff dit :

    pas recommandable pour toutes et tous . je fais de l’hypertension avec le thé vert, noir et la menthe et bien sûr le café , depuis toujours . Rueff a plutôt une approche holistique d’habitude . Chaque être humain est mystérieusement unique , ce qui bon pour l’un , est nocif pour un autre .

  4. Anne-Marie Brougère dit :

    J’aimerais beaucoup pouvoir en boire mais je souffre de tachicardie et l’on m’a deconseillle de boire tout produit qui ai des effets excitants. Le the vert en fait-il partie

  5. Johanne dit :

    Je ne bois aucun brevage avec caffeine. Est ce que le the vert sans caffeine est aussi efficace?

  6. Fayolle Guy dit :

    Vous avez parlé de 4 points à propos de l’onco tea, mais vous n’en développez que 3, manque le 2 ???

  7. Johanne dit :

    Je ne vous aucun brevage avec caffeine. Est ce que le the vert sans caffeine est aussi efficacy?

  8. lola dit :

    BJR JE BOIS DU THE MATCHA VERT BIO A LA MENTHE ET IL EST DELICIEUX POUR LES BIENFAITS J’EN SAIS RIEN CAR J’AI PAS DE PROBLEME DE SANTE!! MAIS J’EN BOIS UN PAR JOUR AVEC DU MIEL BIO CAR TOUT CE QUI EST EXCESSIF EST NOCIF. ATTENTION PRENDRE QUE DU THE BIO CAR TROP DE PESTICIDES DANS LE NON BIO !!!

  9. Odile.perrier dit :

    Il est dit aussi que le thé vert empêcherait la fixation du fer? Ou diminuerait sa présence dans le sang?
    Qu’en pensez vous?

  10. carbonare dit :

    Monsieur Dominique Rueff, avez vous reçu mon commentaire sur la demande de conseil comment faire si on a trop de fer ? et si en rapport avec l’extrait de cet article « Les extraits de thé vert protègent l’organisme en se liant aux radicaux libres générés par les agents oxydants, notamment le fer, »… le fait de boire du thé vert pourrait-il être bénéfique aux personnes qui ont trop de fer ?

  11. carbonare dit :

    Monsieur Dominique Rueff, bonjour, et merci pour tout ce que vous apportez au sein de SNI. Mon commentaire est une demande de conseil : animateur de « bien vieillir », j’ai été surpris d’apprendre qu’avoir trop de fer pourrait être une gène pour la santé et encore plus quand j’ai appris que le seul remède pour palier cet état était une saignée !!! comment faire si on a trop de fer ? et si en rapport avec l’extrait de cet article « Les extraits de thé vert protègent l’organisme en se liant aux radicaux libres générés par les agents oxydants, notamment le fer, »… le fait de boire du thé vert pourrait-il être bénéfique aux personnes qui ont trop de fer ? ou bien y aurait’il d’autre(s) solution(s) pour apporter une amélioration à des personnes en surplus de fer ? respectueusement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…