Une maladie épouvantable et négligée : la fibromyalgie – Deuxième partie

Chère amie, cher ami,

Dans ma lettre précédente sur la fibromyalgie, je vous ai décrit les principaux symptômes de cette maladie et comment la reconnaître.

Je vais à présent vous donner mon protocole d’accompagnement naturel de la fibromyalgie, qui est d’autant plus essentiel que les médicaments classiques ont peu d’intérêt.

Amélioration du sommeil

Il ne s’agit pas de prendre des médicaments pour dormir, mais d’améliorer de façon naturelle son sommeil, en adoptant les réflexes suivants :

  • éviter les excitants comme le café à partir de 15 heures ;
  • ne pas pratiquer une activité physique trop intense en fin de journée ;
  • se préparer au sommeil en éteignant les écrans, en se relaxant et en se détendant, et surtout en respectant son besoin de dormir quelle que soit l’heure,
  • se coucher dans une pièce aérée et pas trop chauffée.

La mélatonine

La mélatonine[1] peut également aider. Elle a une double-action :

  • elle facilite l’endormissement ;
  • elle améliore les douleurs de la fibromyalgie, la fatigue chronique qui l’accompagne et les troubles du sommeil, comme le montrent de nombreuses études[2].

Trouver personnellement « sa bonne dose » de mélatonine n’est pas chose aisée. Certains réagissent avec des doses très faibles de l’ordre du quart de milligramme, et d’autres doivent prendre plusieurs milligrammes pour obtenir un effet satisfaisant.

Je conseille le Complexe Sommeil[3], qui est malheureusement un peu sous-dosé en mélatonine, mais qui apporte du L-tryptophane, de la L-théanine, de la passiflore et du pavot de Californie, qui facilitent tous le sommeil. J’en recommande généralement deux comprimés une demi-heure avant le coucher, en ajoutant, si besoin, 1,5 à 3 milligrammes de mélatonine[4]. N’hésitez pas à (re)lire ma lettre sur la mélatonine pour plus de détails.

Le 5 hydroxy tryptophane (5 HTP) ou encore Griffonia Simplicifolia[5], est efficace pour de nombreux symptômes comme les douleurs musculaires, la fatigue et l’anxiété, parce qu’il favorise la synthèse de la sérotonine. Posologie : un comprimé de 100 milligrammes, 15 minutes avant les trois repas. Ce produit est déconseillé chez les enfants et il ne faut jamais l’associer avec des antidépresseurs.

Le magnésium

Après la mélatonine, c’est le magnésium que je mettrai en avant, mais pas n’importe lequel : le malate de magnésium[6]. C’est un complément alimentaire breveté composé d’une molécule d’acide malique et de deux molécules de magnésium, qui apporte 800 milligrammes de malate de magnésium par comprimé. Le malate de magnésium permet également d’évacuer l’aluminium de l’organisme, un élément particulièrement toxique pour le cerveau. C’est la forme idéale de magnésium pour favoriser la détoxification de l’organisme.

Il est recommandé de prendre ce complément au cours d’un repas riche en protéines et en fibres (et si possible en trois prises par jour) pour optimiser son absorption intestinale, car les fibres contribuent à la production d’acides gras à chaînes courtes et à la réduction de l’acidité de l’intestin, deux facteurs qui améliorent le transport du magnésium vers le sang.

Dans un même ordre d’idée, je conseille également le glutathion, qui est un puissant détoxicant de l’organisme. Je vous renvoie ici aussi aux deux lettres que j’ai écrites sur le sujet[7]-[8].

La S-adénosylméthionine

La S-adénosylméthionine (SAMe)[9]-[10] est une substance naturellement présente dans le corps humain, qui aide à produire et à réguler les hormones et les neurotransmetteurs (substances chimiques du cerveau). Prise en complément alimentaire, elle entraîne une diminution des douleurs, notamment les tensions musculaires et la fatigue matinale. Elle augmente également la synthèse des neurotransmetteurs à effets psychotropes (dopamine, sérotonine) ainsi que de la mélatonine. Elle contribue donc au bien-être mental, et elle a aussi une action directe sur les douleurs articulaires.

Selon plusieurs synthèses d’essais cliniques[11], la prise de SAMe serait aussi efficace que les traitements antidépresseurs. La supplémentation en SAMe peut s’ajouter aux antidépresseurs, mais il est déconseillé de se supplémenter en SAMe sans avis médical.

La coenzyme Q10

La coenzyme Q10 réduite est indispensable à l’amélioration de la fibromyalgie. Avant toute supplémentation, il est important de faire doser par une prise de sang votre taux sanguin de coenzyme Q10. Cet antioxydant permet de lutter contre la fatigue chronique, car il est indispensable à la respiration cellulaire et au fonctionnement de tous les muscles, et donc à la production d’énergie dans l’organisme. La coenzyme Q10 contribue également à améliorer la performance physique ainsi que la récupération après l’effort. Je vous renvoie ici aussi à la lettre que j’ai écrite sur le sujet[12].

C’est l’ubiquinol[13], ou coenzyme Q10 réduite, que l’on conseille car elle est beaucoup plus efficace que la coenzyme Q1O oxydée ou ubiquinone. Dans le cadre de la fibromyalgie, la posologie est de deux ou trois capsules par jour à prendre au milieu d’un repas contenant des graisses. Je mentionne le produit des laboratoires Copmed : des dosettes de 100 milligrammes de poudre[14] à absorption perlinguale, qui peuvent s’avérer très utiles pour les personnes qui ont du mal à avaler les capsules.

La vitamine D

Il existe de nombreux indices qui permettent de penser qu’un taux optimal de vitamine D est essentiel pour le contrôle des symptômes de la fibromyalgie. Les études sont nombreuses[15] et une importante méta-analyse les rassemble[16].

J’ai déjà abordé en détail l’importance de la supplémentation en vitamine D pour la santé. Il est important de connaître votre statut en vitamine D et le corriger en conséquence. Officiellement, les apports nutritionnels conseillés en France sont de 200 UI/J (5 µg) avant 65 ans et le double, voire le triple après 65 ans. Mais beaucoup recommandent aujourd’hui des doses 5 à 20 fois plus élevées, soit des apports de 1000 à 4000 UI/jour. Cet apport, sans danger, permet de maintenir un taux dans la fourchette des valeurs optimales. Cependant, le suivi par les analyses de laboratoire semble indispensable car, à forte dose prolongée, les excès de supplémentation en vitamine D restent à éviter, d’autant que la vitamine D se stocke dans les graisses. Des apports trop importants peuvent être néfastes à la croissance, entraîner la calcification des tissus mous (reins, paroi vasculaire…), l’hypercalcémie (taux sanguin de calcium élevés), mais cela ne risque de se produire qu’à très fortes doses (plus de 150 nanogrammes par millilitre de plasma pendant une durée prolongée, ce qui en pratique s’avère difficile).

Voici les normes officielles pour interpréter les résultats de votre taux de vitamine D :

  • Carence : taux inférieurs à 10 ng/ml)
  • Déficit : entre 10 et 30 ng/ml)
  • Normalité : entre 30 et 100 ng/ml)
  • Excès : au-dessus de 150 ng/ml

Je recommande de faire doser son taux de vitamine D au moins une fois par an, si possible à l’automne.

Il faut savoir que l’exposition au soleil ne suffit pas pour atteindre des taux optimaux de vitamine D pour environ 75 % de la population. Voilà pourquoi je recommande pendant au moins tout l’hiver des supplémentations de l’ordre de 2000 unités par jour, avec bien entendu une surveillance biologique.

Atteindre un taux optimal de vitamine D, c’est non seulement diminuer sa sensibilité aux douleurs musculaires, le risque de problèmes cardiovasculaires et probablement de certains cancers, mais également augmenter son immunité envers tous les agents infectieux, en particulier contre le SARS-CoV-2 de la Covid-19.

Il existe de nombreuses formes disponibles de vitamine D. La plupart se présentent en flacon compte-gouttes à 1000 UI par gouttes[17], d’autres en gélules[18] et on la trouve maintenant en spray dosé à 2000 UI par prise[19]. Certains l’associent à la vitamine K2[20], qui améliore l’effet de la vitamine D sur la santé osseuse et le métabolisme vasculaire.

La L-Carnitine

La L-Carnitine est un nutriment naturellement présent dans la viande rouge, le poisson et les produits laitiers. Elle participe à la production d’énergie au sein des cellules, permet d’améliorer les fonctions cardiaques et cérébrales, les performances sportives, tout en diminuant les douleurs musculaires, la fatigue après l’exercice, et en augmentant la récupération après l’effort ainsi que l’oxygénation musculaire. Je vous propose de vous référer à la lettre[21] que j’ai écrite sur le sujet pour de plus amples détails.

L’alimentation

Dans ma longue expérience personnelle, il n’y a pas un exemple où la mise en route d’une alimentation dite « anti-inflammatoire » n’améliorait pas la fibromyalgie. On peut très bien, dans un premier temps, suivre des conseils simples :

  • Consommer le moins possible de gluten et de produits laitiers.
  • Prendre plusieurs petits repas dans la journée plutôt que de gros repas.
  • Consommer le moins possible de graisses animales saturées, c’est-à-dire la viande, le fromage et certaines pâtisseries.
  • Mastiquer suffisamment.

Si cela n’est pas suffisant, il faudra rechercher les intolérances alimentaires et proposer un programme d’éviction. Pour cela, je propose de s’adresser à la société Imupro[22] et de commencer par une recherche simple de 44 aliments[23] que l’on peut toujours modifier sur demande si les intolérances sont très nombreuses. On peut maintenant commander cette analyse[24] en même temps qu’un bilan Proteomis[25] et c’est très pratique car il n’y a besoin que d’une seule prise de sang.

J’ai très largement décrit l’intérêt de la détection et de l’éviction des intolérances alimentaires dans bon nombre de maladies, en particulier dans les maladies auto-immunes, dans un livre[26] que j’ai coécrit en 2007, L’immuno-nutrition, auquel je vous propose de vous référer.

Dans toutes les douleurs chroniques liées aux maladies auto-immunes ou à une hypersensibilité neuronale musculaire, l’éviction des intolérances alimentaires conduit un soulagement très significatif.

Dans le but de diminuer l’inflammation de l’organisme, il est également capital de se supplémenter en oméga-3.

Oméga-3[27]

Dans toutes les maladies inflammatoires chroniques, quelle que soit leur cause (y compris dans la dépression chronique qui est aussi une maladie inflammatoire), le taux des médiateurs de l’inflammation, notamment l’interleukine-1, est très élevé et une supplémentation suffisante en oméga-3 permet de réduire ces taux.

Pour une bonne supplémentation, prenez deux fois par jour une à deux capsules d’huile de poisson des mers froides. Elle contient un mélange d’acides gras dit EPA et DHA qui permet de réduire la sensibilité, la tension musculaire et les douleurs articulaires de la fibromyalgie, mais aussi de bien d’autres pathologies comme la dépression ou les risques cardiovasculaires.

Les laboratoires Copmed ont mis au point une association particulièrement efficace sur les douleurs articulaires : l’Ostéo Algic©[28].  Elle associe aux huiles de poisson, sous forme de krill[29], du bambou et du sélénium qui diminuent les douleurs articulaires et l’oxydation.

Le combat contre la fibromyalgie, quel qu’en soit le stade, n’est jamais un combat inutile. Comme nous venons de le voir ensemble, il est possible de trouver des mesures pour soulager les symptômes de cette maladie. Elles seront toujours plus utiles que les multiples intoxications médicamenteuses auxquelles ces patients sont confrontés. L’aide psychologique reste fondamentale, elle peut permettre de retrouver peu à peu la possibilité de mobiliser ses muscles et ses articulations.

Avec l’aide de ce protocole, il est fort possible que vous évitiez un handicap profond et que vous puissiez peu à peu, avec l’âge, voir vos symptômes s’estomper et votre mobilité augmenter sensiblement.

Prenez soin de vous,

Docteur Dominique Rueff


Source :

[1] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/et-si-on-sinteressait-de-plus-pres-a-la-melatonine/

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17894923/

[3] https://www.nutrition-conseil.com/produit/complexe-sommeil-avec-melatonine-30-gelules-vegetales/

[4] https://www.nutrition-conseil.com/produit/melatonine-15-mg-60-comprimes/

[5] https://copmed.info/RDGRIFFONIA

[6] https://www.nutrition-conseil.com/produit/magnesium-malate-800-mg-120-comprimes/

[7] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/les-fantastiques-pouvoirs-du-glutathion-et-son-action-sur-le-covid-19/

[8] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/glutathion/

[9] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/depression-substances/

[10] https://www.nutrition-conseil.com/produit/same-s-adenosyl-methionine-30-comprimes/

[11] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28682528/

[12] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/connaissez-vous-bien-la-coq10/

[13] https://www.nutrition-conseil.com/produit/ubiquinol-q10-reduit-100-mg-30-capsules/

[14] https://copmed.info/RDUBIQUINOL

[15] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29677539/

[16] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29123619/

[17] https://www.onatera.com/produit-vitamine-d3-1000-ui-huile-20-ml-orfito,15934.html, mais il existe bien d’autres marques

[18] https://www.nutrition-conseil.com/produit/vitamine-d3-20-%c2%b5g-100-comprimes-secables/

[19] https://copmed.info/RDVITAD3SPRAY2000UI

[20] https://www.nutrition-conseil.com/produit/vitamine-k2-d3-60-comprimes/

[21] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/l-carnitine-pour-vos-muscles-et-votre-coeur/

[22] https://www.imupro.fr/

[23] https://www.pole-nutrition-sante.fr/coordonnees/

[24] https://www.proteomis.com/fr/bilan-des-intolerances-alimentaires-40-aliments

[25] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/bilan-proteomis-tresor-de-plus-sante/

[26]  https://www.decitre.fr/livres/immunonutrition-9782755401073.html

[27] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/la-saga-des-omega-premiere-partie/ , https://www.lettre-docteur-rueff.fr/la-saga-des-omega-deuxieme-partie/ et https://www.lettre-docteur-rueff.fr/la-saga-des-omega/

[28] https://copmed.info/RDOSTEOALGIC

[29] https://www.dieti-natura.com/plantes-actifs/krill.html



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


Une réponse à “Une maladie épouvantable et négligée : la fibromyalgie – Deuxième partie”

  1. Encarnita Cubero dit :

    Je souhaite simplement vous remercier de TOUT. Depuis longtemps se suis vos lettres et celles de vos collègues et je vous en remercie. J’ai 78 ans et je suis assez « obéissante ». J’ai quand même attrapé la covid, très bénigne, et j’ai continue à faire ce que je lisais. Merci de tout mon coeur et je vous écrirais plus longuement. Cette fois-ci, pour de bon BONNE ANNÉE.
    Bien sincèrement,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…